Bienvenue sur le site de l'Agence de développement économique de la Communauté d'Agglomération

Carnets économiques

13 décembre 2018

ARBOREA, la belle pousse devenue grande

Cet été, la société ARBOREA, spécialisée depuis 1998 dans la gestion, expertise et transaction forestière a connu un vent de nouveautés. Philippe Imbert a en effet cédé sa place de......

Région : Le Plan Ambition signé pour la filière avicole

La Région Auvergne-Rhône-Alpes adopte des plans de soutien spécifiques à chaque filière agricole. Le 12 décembre, le Plan Ambition pour la filière avicole a été signé.

À l’issue d’une visite organisée le 12 décembre chez l’entreprise Arrivé Auvergne, à Saint-Germain-des-Fossés, Jean-Pierre Taite, vice-président de la Région délégué à l’agriculture, à la viticulture et aux produits du terroir, a procédé à la signature officielle du Plan Ambition pour la filière avicole. Cette officialisation vient sceller le soutien de la Région à une filière de qualité, qui compte environ 1500 exploitations spécialisées.

Cette signature entre dans le cadre du plan global de soutien de 29 M€ annuels, établi sur 3 ans, par lequel la Région s’est engagée, en collaboration avec la Chambre régionale d’agriculture Auvergne-Rhône-Alpes, pour accompagner l’ensemble des filières agricoles (9 M€ par an supplémentaires, en plus des 20 M€ annuels du Plan d’investissements).

L’enjeu pour la filière sera d’opérer certaines mutations, comme l’alignement sur de nouveaux standards de bien-être animal. La rénovation et la modernisation des bâtiments d’élevage des volailles sont également attendus, et devraient nécessiter un investissement global d’environ 40 M€ sur 5 ans en région, qui devrait apporter son soutien à la filière dans cette perspective.

La filière œufs devrait aussi évoluer avec l’augmentation de modes d’élevage alternatifs, en volière ou en plein air.

Coworker à Vichy

L’Étincelle, un nouvel espace de coworking, est accessible au public à l’Atrium, tout près de la gare de Vichy.

Il s’adresse tout autant aux salariés, aux auto-entrepreneurs, aux dirigeants d’entreprises, aux étudiants et aux demandeurs d’emploi, qu’ils soient ou non adhérents de l’association. Aménagé au premier étage du pôle d’activités tertiaires l’Atrium, il accueille ceux qui souhaitent effectuer du télétravail ailleurs que chez eux ou simplement discuter pour faire émerger des idées.

Plusieurs espaces sont accessibles. Une zone avec des canapés invite à travailler en groupe. « Les coworkeurs peuvent venir avec leurs ordinateurs pour une réunion ou tout simplement pour “brainstormer”, » explique Gabriel Olekhnovitch, le secrétaire de l’association, présidée par Vincent Bouyssou, via lamontagne.fr.

À côté, une pièce de 50 m2 et des bureaux individuels offrent la possibilité de travailler dans le calme. Coralie Loridon, responsable marketing de la société Whisperies, a pu tester les lieux. Bientôt, l’Étincelle disposera d’une salle de formation et d’un espace de confidentialité, où les utilisateurs pourront recevoir un client, un collaborateur…

À l’entrée, deux personnes en service civique à Vichy Communauté assurent l’accueil et l’animation du site qui devrait être doté d’ordinateurs en 2019. « L’idée est de faire de ce lieu un point central pour l’inclusion numérique, explique Vincent Bouyssou. C’est-à-dire, faire découvrir le numérique à ceux qui n’y ont pas accès chez eux. » Et ouvrir de nouveaux horizons. À l’instar d’autres tiers-lieux, l’Étincelle veut devenir un incubateur économique et social en proposant des conférences, des expositions d’artistes pour faire découvrir des savoirs et des talents locaux.

L’accès à l’espace de coworking est gratuit jusqu’au 31 décembre. A partir du 1er janvier, il sera payant : à l’heure, plein tarif 4 €, tarif réduit (adhérents de l’Étincelle, étudiants et demandeurs d’emploi sur présentation d’un justificatif) 2,5 € ; à la demi-journée, plein tarif 8 €, réduit 5 € ; à la journée, plein tarif 15 €, réduit 10 € ; à la semaine, plein tarif 75 €, réduit 50 € ; au mois, plein tarif 150 €, réduit 100 €.

Le tiers-lieu l’Étincelle est ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 18h30, à l’Atrium, 37 avenue de Gramont, à Vichy.

L’inauguration aura lieu le 18 décembre, à 18h30, avec une conférence sur la transformation sociale de l’entreprise, animée par Faustin Falcon, président de la société pecheur.com.

Tel. 04.63.01.10.85.

Rue de la Paye se développe à l’Atrium

La société Rue de la Paye/Cegedim SRH vient de prendre possession de ses nouveaux locaux de 1 000 m² et compte recruter 70 personnes sur 2019.

Leader de l’externalisation de la paye pour les experts-comptables et de nombreuses PME, l’entreprise a fait le choix de s’installer à Vichy en 2008, d’y relocaliser son siège social dès 2010 et s’est fortement développée depuis, comptant actuellement 54 salariés.

L’entreprise a rejoint Cegedim SRH au printemps dernier, et présente un développement important qui va l’amener à recruter près de 70 personnes en 2019.

Pour répondre à ce besoin, Rue de la Paye vient de s’installer sur un plateau de 1.033 m² à l’Atrium, pôle d’activités tertiaires, où elle occupait jusqu’alors des bureaux de 180 m². Un vrai changement de dimension pour Frédéric Malot, fondateur et PDG de l’entreprise, et ses équipes. “Nous sommes très bien ici à Vichy. Nous avons été bien accueillis et accompagnés dans notre recrutement et désormais notre développement. L’Atrium présente des locaux spacieux et modernes, qui plus est à proximité de la gare et du centre-ville, c’est appréciable.”

L’objectif est de faire de Vichy le centre d’excellence dans le traitement de la paye en France.

Sur la photo : Joseph Gaillard, Vice-président à l’économie de Vichy Communauté, Frédéric Malot, PDG de Rue de la Paye, et Frédéric Aguilera, Président de Vichy Communauté

Voir la fiche de Rue de la Paye

Postuler : recrutement@ruedelapaye.com

 

 

 

Trophées des entreprises de l’Allier 2019

La Montagne organise ses Trophées des entreprises de l’Allier. Les sociétés souhaitant participer peuvent déposer leur candidature dès à présent. Les lauréats seront récompensés le 4 avril 2019 à Vichy au Palais des Congrès.

Ce rendez-vous a plusieurs objectifs. En plus d’être un point de convergence et de rencontre incontournable pour les acteurs du monde économique de l’Allier, c’est aussi un moyen de mettre sur le devant de la scène les entreprises locales et valoriser les secteurs d’activités du département.

Les entreprises qui le désirent peuvent s’inscrire dès à présent et jusqu’au jeudi 7 février. Une fois les dossiers déposés, un jury composé d’experts et de partenaires se réunira le 12 février et sélectionnera trois candidats dans chacune des catégories proposées :

• Ils réussissent (Performance économique)

• Ils se lancent (Création / Reprise / Transmission d’entreprise )

• Ils s’exportent (développement à l’international)

• Ils innovent (Innovation / Numérique / Process)

• Ils s’engagent. (RSE / transition écologique et énergétique / économie circulaire).

Les lauréats seront ensuite récompensés lors de la cérémonie programmée le 4 avril 2019 à Vichy au Palais des Congrès.

Toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, quel que soit leur secteur d’activité, peuvent s’inscrire, en cliquant ici.

 

Lac d’Allier : l’avancée des travaux de la rive gauche en vidéo

Les travaux de réaménagement de la rive gauche du lac d’Allier se poursuivent !

Curage, aménagement et renaturation, découvrez l’avancée ci-dessous en vidéo.

Pour rappel, ce projet de réaménagement répond à plusieurs objectifs :

  • conforter les berges de l’Allier présentant des signes d’affaissement et réduire les risques liés aux inondations ;
  • renforcer les activités touristiques, publiques ou privées, existantes ;
  • valoriser l’attrait du site pour les habitants de l’agglomération comme pour les touristes.

(re)découvrez le projet sur www.ville-vichy.fr/projets/allier/rive-gauche

Assises du tourisme à Vichy

Les acteurs du tourisme étaient réunis vendredi, au Palais des congrès. Parmi les intervenants, Bruno Delas, qui avait en charge le plan de gestion Unesco pour la ville de Lyon, a fait profiter l’assistance de son expérience.

En ouverture des premières Assises du tourisme Vichy Destinations, le président de Vichy Communauté, Frédéric Aguilera a expliqué, vendredi matin,  la nécessité de « refonder une stratégie (*) dans le domaine du tourisme » en réunissant les différents acteurs, relate lamontagne.fr.

La nouvelle société publique locale, Vichy Destinations, sera un outil de cette nouvelle ambition, et la candidature au Patrimoine mondial de l’Unesco, qui sera déposée le 22 janvier, un rendez-vous majeur.

Bruno Delas

Voici l’entretien de Bruno Delas accordé à la Montagne.

Quels conseils pourriez-vous donner à la ville de Vichy pour sa candidature à l’Unesco ?

Plus que des conseils, je ferai plutôt des observations. Il faut bien être dans l’esprit de la démarche Unesco. Avant d’être un prix d’excellence, il s’agit de la responsabilité de gérer de manière exemplaire son patrimoine. Tout ce projet doit être fondé sur un triptyque. Il y a d’abord le pilotage politique, c’est-­à-­dire la volonté des autorités politiques. Ensuite, il y a le domaine de l’expertise scientifique. Quand on parle de patrimoine, c’est un enjeu fondamental. Cela permet de construire des histoires à conter aux visiteurs, histoires qui doivent être fondées scientifiquement. Enfin, il y a l’enjeu de la démarche participative, qui consiste à associer les forces vives des quartiers, la société civile, les habitants pour les impliquer dans la mise en partage de ce patrimoine. Ce ne doit pas être simplement une affaire poussiéreuse du passé, mais une affaire qui a du sens par rapport à la vie quotidienne. L’Unesco n’est pas une coupe que l’on met sur la cheminée mais toute une dynamique, un travail de tous les jours qui n’est jamais terminé.

Selon votre expérience, quels ont été les points les plus difficiles à mettre en œuvre ?

Une des grandes difficultés est de coordonner l’action de la multitude d’acteurs qui interviennent. On est dans un champ pluridisciplinaire. À Lyon, c’était une question d’urbanisme, mais également de culture, de tourisme…

Il faut mobiliser l’ensemble des acteurs dans une démarche commune. J’en ai également discuté avec le maire de Vichy. Une autre difficulté, peut-­être la plus importante sur lesquelles j’ai eu à travailler, concerne la signalétique. Bien souvent, les touristes ne comprennent pas pourquoi, à la sortie d’un monument, il n’y a pas une flèche avec des inscriptions en allemand, en chinois, en japonais et en ardêchois qui indique quelle est la direction de l’autre musée.

Il faut avoir des signes qui ne prennent pas trop de place et qui soient parlants pour l’étranger comme pour le Français, le jeune comme le vieux. Gérer le patrimoine, c’est aussi faire preuve de créativité au quotidien.

Les exigences de l’Unesco sont-elles plus contraignantes par rapport à votre candidature, en 1998 ?

Oui, sans aucun doute. Elles ont été renforcées depuis 2005, au regard des difficultés liées à la sur­fréquentation touristique, à l’urbanisation sauvage… Il y a aussi la volonté pour l’Unesco de rééquilibrer entre le sud et le nord. On ne peut désormais déposer qu’un seul dossier de candidature par an. Vichy sort un peu de ce quota car il s’agit d’une candidature transnationale. C’est aussi un atout car l’Unesco encourage ce type de candidature. Mais cela peut mettre plusieurs années avant d’aboutir car il faudra se mettre d’accord à 11, sans parler la même langue.

Quel a été l’effet Unesco pour Lyon en termes de fréquentation touristique ?

Il y a un effet d’annonce, qui est un peu le même partout. On parle de 20 % d’augmentation au début. Cet effet d’annonce s’épuise au bout de quelques années. Ce qui ne s’est pas passé pour Lyon. La gestion du tourisme s’est révolutionnée sous l’effet Unesco. Ce segment du tourisme culturel urbain, qui n’existait pas vraiment avant cette candidature, s’est structuré. Les acteurs se sont professionnalisés sur le territoire derrière la marque « Only Lyon » qui porte toute cette dimension­-là.

(*) Frédéric Aguilera a indiqué que la stratégie de développement du tourisme était fondée sur quatre piliers : le thermalisme­santé ; le sport bien­être, activités pleine nature ; le patrimoine ; l’activité des congrès. 

 

Transition énergétique : 10 millions d’euros pour le fonds « Oser EnR »

Créé fin 2013, le fonds d’investissement « Oser EnR » soutient une vingtaine de projets de production d’énergie renouvelable sur la région Auvergne-Rhône-Alpes. Les projets dans les domaines de la méthanisation, du bois-énergie et du solaire sont des axes prioritaires.

Pour répondre aux enjeux de la transition énergétique, l’ex région Rhône-Alpes créait, fin 2013, un fonds d’investissement dédié au développement des énergies renouvelables (EnR). Le fonds Oser, étendu à la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes, participe aujourd’hui au financement de 18 projets hydroélectriques, photovoltaïques, solaires, etc. pour un montant de 8 millions d’euros.

Il intervient via des prises de participation en capital dans les sociétés porteuses de projets ; à l’instar du projet de méthanisation territoriale conduit par Vichy Communauté avec Engis Biogaz et Méthajoule. Les 10 millions d’euros nécessaires à son développement sont apportés à hauteur de 25 % par chacun des quatre partenaires.

Recapitalisation

Présidé par Pierre-Henri Grenier, directeur général adjoint de la Banque populaire Auvergne-Rhône-Alpes, le fonds Oser vient de se recapitaliser à hauteur de 10 millions d’euros dont 5 millions apportés par la région.

La méthanisation, la bois-énergie et le solaire sont autant de filières qui présentent des potentiels de développement des énergies renouvelables. « Nous visons un objectif de 36 % d’énergie renouvelable dans la consommation finale d’énergie en 2030 », a rappelé Eric Fournier, vice-président de la région, délégué à l’Environnement, au Développement durable, à l’Energie et aux Parcs naturels régionaux, dans un article relayé par lemoniteur.fr

Les 10 partenaires du Fonds OSER ENR : La Banque des Territoires, la Banque Populaire Aura, le Crédit agricole Sud Rhône-Alpes, la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, la Compagnie nationale du Rhône, la Nef, GEC EneR, Energie partagée Investissement, le Crédit agricole Centre-Est et la Caisse d’Epargne Loire-Drôme-Ardèche.

Volley-ball : les joueuses professionnelles de Chamalières à Vichy

Les joueuses pros de Chamalières sont en résidence à Vichy depuis mardi pour une préparation décisive.

Au gymnase Pierre-Coulon, elles préparent avec soin le rendez-vous capital de ce samedi 8 décembre, contre Quimper.

Sous la conduite d’Atman Toubani, leur entraîneur, elles ont droit à deux entraînements quotidiens et à des séances techniques.

Des animations et groupes de supporters sont attendus lors de ce match capital de Ligue A qui se jouera, ce samedi à 21 heures au gymnase Pierre-Coulon.

Tarif unique : 5 euros.

Plus d’informations et réservation des places sur : www.billetweb.fr/chamalieres-quimper

LES 2èmes RENCONTRES DU PLM à VICHY

Pour célébrer sa 3ème promotion 2017/2018 et ses lauréats, l’Académie du PLM (Product Lifecycle Management) organise une journée thématique vendredi 14 décembre à la CCI de Vichy, placée sous le signe d’échanges sur les avancées technologiques, la mutualisation des savoir-faire et le networking qui anime la communauté du PLM.

C’est autour de cet évènement fédérateur, célébrant cette nouvelle génération de professionnels mais aussi les nombreux partenariats tissés depuis 2015, qu’il sera donné aux invités l’occasion de réfléchir autour du thème « PLM, IoT, réalité augmentée : Quelle industrie digitale pour demain? ».

Au programme :

10h : conférence « PLM, IoT, réalité augmentée : Quelle industrie digitale pour demain? » animée par Hugues Drion (CEO FlexThings , Conférencier).

11h15 : table ronde « Quelle industrie digitale pour demain ? »

14h : remise des diplômes à la 3ème promotion de consultant fonctionnel PLM (cette cérémonie sera entrecoupée d’intermèdes de retours d’expériences d’anciens académiciens aujourd’hui en poste).

Rendez-vous vendredi 14 Décembre 2018, Amphi JJ Cluzel, CCI délégation Vichy, 5-15 rue Montaret, de 10h00 à 16h00.

Inscription

Renseignement :

Sigolène LUDON
Responsable de Formation
Académie du PLM
Délégation de Vichy : 5 / 15 Rue Montaret 03200 VICHY
06 74 83 49 10 – 04 70 30 41 60 –
sludon@allier.cci.fr

Qu’est-ce que le PLM ?

C’est le domaine d’activité dont le but est de concevoir, créer et maintenir les produits tout au long de leur cycle de vie, depuis l’établissement du cahier des charges des produits et des services qui leur sont associés jusqu’à leur retrait du marché.

Située dans les locaux de la CCI Allier, délégation de Vichy, l’Académie du PLM a ouvert ses portes pour répondre aux besoins en personnel qualifié générés par l’implantation croissante de solutions PLM.
L’Académie du PLM de Vichy forme, depuis 2015, des Consultants fonctionnels PLM (titre RNCP de niveau I de Manager des Systèmes d’Information et d’Infrastructure), dans le cadre d’un partenariat étroit avec les acteurs du métier et les entreprises engagées dans une démarche rationnalisée de gestion des données conduisant à la traçabilité du cycle de vie de leurs produits (Product Lifecycle Management).
Elle a accueilli au mois d’Octobre sa 4ème promotion dans le cadre de contrats de professionnalisation, d’un plan de formation entreprise et d’un financement Conseil Régional Auvergne Rhône Alpes pour 10 parcours de formation.

academieplm.com

Fusion CEREALES VALLEE-NUTRAVITA : nouveau logo

CEREALES VALLEE-NUTRAVITA contribue, par l’innovation, à valoriser durablement les grandes cultures pour répondre aux enjeux liés à l’augmentation et au vieillissement de la population, aux nouvelles attentes sociétales et environnementales.

CEREALES VALLEE-NUTRAVITA est le seul pôle de compétitivité impliqué dans les filières céréalières et oléoprotéagineuses, de la semence aux produits finis. Implanté en Auvergne-Rhône-Alpes et d’envergure internationale, il fédère 150 acteurs publics et privés impliqués dans la recherche, l’industrie et la formation.

Il facilite le montage et la coordination de projets collaboratifs innovants. Dans un contexte de compétitivité mondiale forte, le Pôle permet ainsi de sécuriser, maîtriser et valoriser la production de matières premières d’origine végétale en vue de la valoriser sur les marchés de l’alimentation humaine et animale, de la nutrition prévention santé, des agromatériaux et de la biochimie du végétal.

Voir l’actualité de la fusion

Souscrivez à notre newsletter

Inscrivez vous pour recevoir les dernières nouvelles économiques
du bassin de Vichy

Menu

Newsletter

Newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales.