VetAgro Sup, l’ANSES et l’INRA créent un nouveau réseau en Auvergne-Rhône-Alpes

Publié le 19/11/2018

En créant le réseau SAARA, l’ANSES, l’INRA et VetAgro Sup viennent de poser les fondations du premier « réseau régional thématique de recherche pour la santé et le bien-être animal » en Auvergne-Rhône-Alpes.

Directrice scientifique à VétagroSup (qui regroupe depuis 2010 trois cursus, véto et Enita, sur deux campus à Clermont-Ferrand et Lyon), Estelle Loukiadis explique qu’un besoin d’expertise interdisciplinaire a été identifié « pour répondre aux grands défis en matière de recherche en santé animale, santé publique et évaluation des risques », indique le site lamontagne.fr

Les 18 et 19 octobre, les structures de recherche appelées à intégrer ce réseau ont confirmé l’utilité d’un outil de travail interdisciplinaire, agile et évolutif sur de nouveaux périmètres pour répondre aux enjeux sociétaux qui évoluent.

Les objectifs

« Le réseau a deux objectifs. D’abord créer une plateforme d’échange et de mutualisation pour les projets, les lieux et même des matériels partagés. Il s’agit aussi de favoriser l’émergence de projets de recherche collaboratifs. Ensuite, rendre plus visible les outils et l’expertise en santé et bien-être animal dans une région plutôt connue en santé et nutrition humaine », simplifie Estelle Loukiadis.

Pour les utilisateurs, il s’agira par exemple de trouver un appui aux politiques publiques. Les acteurs de santé y trouveront aussi des expertises.  Le tout  « en cohérence avec le concept intégratif de Global Health ».

Le fonctionnement

La mise en commun des expertises ANSES, INRA et VetAgro Sup permettra d’exploiter les forces existantes en matière d’épidémiologie, d’infectiologie, de maladies métaboliques et neurodégénératives, de physiologie, d’éthologie, de problématiques d’élevage ou de gestion de la faune sauvage, etc.

Quatre animateurs devraient être nommés pour fonder ce réseau et lancer, dès 2019, des appels à projets collaboratifs de recherche. Mais il n’est pas prévu de baser l’outil dans l’un ou l’autre établissement. Chaque unité participante doit pouvoir être une porte d’accès au réseau.

La formalisation des procédures et les appels à projets devraient être partagés au fur et à mesure sur les portails internet ANSES, INRA ou VetAgro Sup.