Vous êtes ici

L’eau de Vichy bonne pour les sportifs ?

Un protocole sera bientôt lancé pour déterminer l’efficacité du thermalisme sur les chevaux de compétition et les personnes qui se lancent un défi physique.

eau thermale vichy et sport

Les vertus des eaux de Vichy ne sont plus à démontrer pour les curistes souffrant d’affections digestives, de rhumatismes ou de diabète. Mais le thermalisme peut-il avoir des bienfaits pour les sportifs ? C’est ce que cherchent à savoir la ville de Vichy et la communauté d’agglomération.
Pour l’heure, aucune étude scientifique démontrant l’efficacité d’une cure thermale dans la préparation physique n’a encore été menée. Dans le cadre d’une démarche plus globale visant à « refaire de Vichy la reine des villes d’eau », l’Agglo a donc décidé de lancer un programme de recherches sur la convergence du sport et du thermalisme.
Une première réflexion avait été menée en participant à un appel à manifestation d’intérêt dans le cadre des Territoires d’innovation et de grande ambition (TIGA). Si le dossier vichyssois n'a pas été retenu en automne dernier, cette candidature a permis de réunir autour d’une même table différents acteurs du sport, du thermalisme et de la santé.

La balnéo bénéfique aux chevaux

« On a bien vu que le comité de sélection avait été interpellé par la pertinence de notre projet. De notre côté, on ne voulait pas s’arrêter là simplement parce qu’on n’avait pas obtenu de financement », indique YvesJean Bignon, élu de Vichy communauté et spécialiste de médecine thermale. Une nouvelle réunion de travail a donc été organisée la semaine dernière pour définir les grandes orientations de ce projet qui n’en est encore qu’aux prémices. Très vite, l’idée de se tourner vers les sportifs de haut niveau a été abandonnée. À ce marché aux allures de niche, ont été préférées deux pistes. La première est liée aux sports équestres. Dans ce domaine, le laboratoire GIPSAlab, implanté à Grenoble, a déjà réalisé des travaux démontrant les bienfaits de la balnéothérapie pour les chevaux. « Les plonger dans un bain d’eau avant et après l’effort contribue à la qualité de l’entraînement et de la récupération », résume Yves-Jean Bignon.
L’efficacité serait-elle accrue si la « trempette » des canassons se faisait dans une piscine remplie d’eau de Vichy ? C’est ce que recherchera le laboratoire grenoblois.

Des essais cliniques pratiqués sur des volontaires

Deuxième voie explorée : la remise en activité physique des personnes devenues sédentaires et/ou qui souhaitent se lancer un défi physique, comme la préparation d’un marathon ou d’un Ironman. Là encore, l’objectif sera de démontrer une éventuelle plus-value du thermalisme
dans le programme de préparation.
« Nous allons lancer des actions et mettre en place, en même temps, un programme de recherches scientifiques et marketing, annonce Yves-Jean Bignon.
Il sera proposé à un groupe de volontaires un programme original de soins thermaux personnalisés qu l’on comparera au groupe ayant suivi un programme standard. Il va donc falloir définir des populations cibles. » Réaliser des essais cliniques sur des volontaires nécessite l’accord du comité de protection des personnes.
Cette méthodologie scientifique va donc demander du temps. « Au moins trois ans jusqu’à la publication des résultats », évalue Yves-Jean Bignon. Et de l’argent. « Le coût dépendra notamment du nombre de volontaires nécessaire pour obtenir une étude suffisamment détaillée », observe l’élu et professionnel de santé.
Si les résultats s’avèrent concluants, le thermalisme vichyssois disposera alors d’une nouvelle corde à son arc.

Source : La Montagne (15/02/2018)

 

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

communication@vichy-economie.com