Vous êtes ici

17.600 EMPLOIS TOURISTIQUES EXISTENT EN AUVERGNE

Le Puy-de-Dôme est la locomotive de l’Auvergne, avec plus de la moitié des emplois touristiques.

emploi touristique en Auvergne

Le Puy-de-Dôme est la quatrième zone touristique de la région Auvergne-Rhône-Alpes en matière d’emploi. C’est ce que révèle une étude de l’Insee sur l’activité touristique, basée sur les chiffres de 2012 (*).

Ce n’est pas si mal face à des secteurs comme la Tarentaise, Lyon et le massif du Mont-Blanc, qui précèdent le département auvergnat. Hors zones thermales, le Puy-de-Dôme concentre 7.500 emplois dans le tourisme. Si l’on rajoute le thermalisme, on arrive à 8.900 emplois. Si l’on raisonne en départements, la Savoie, la Haute-Savoie (plus de 27.000), le Rhône (26.200) et l’Isère (15.200) sont intouchables.

Les trois autres départements auvergnats arrivent après tous les autres en valeur absolue : 2.200 emplois touristiques dans le Cantal, 2.400 en Haute-Loire et 4.100 dans l’Allier. En proportion sur l’emploi total, le Cantal est le mieux place avec 3,7 % d’emplois touristiques. Cela reste faible par rapport au leader savoyard qui culmine à 14,4 %.

Les sports de neige constituent le principal moteur de l’activité touristique, faisant d’Auvergne-Rhône-Alpes la troisième région pour le poids du tourisme dans son économie (après la Corse et Provence-Alpes-Côte d’Azur). Même si l’Auvergne apporte aussi sa contribution, ce résultat est surtout dû à la zone alpine.

En dehors des sports de neige, l’Insee relève la dynamique du Pal (parc d’attractions et animalier), dans l’Allier, « qui tire les résultats économiques vers le haut ».

Dans les villes thermales d’Auvergne, l’emploi touristique représente en moyenne 11 % du total. À titre de comparaison, en l’Auvergne, hors zones thermales, l’emploi touristique ne représente que 3 % de l’ensemble. Au total, le thermalisme auvergnat compte 3.100 emplois, partagés entre douze communes.

Un emploi sur dix des villes thermales

En Haute-Loire et dans le Cantal, 43 % de la richesse touristique dégagée provient des hébergements, un chiffre qui caractérise les départements plus ruraux (l’Ardèche est le champion avec 49 %). Grâce au thermalisme, l’Allier est de très loin le champion régional pour la part des activités de soins dans la richesse touristique dégagée (7 %). Le Puy-de-Dôme se distingue dans les activités « patrimoine et culture » se situant, avec 7 % de la richesse touristique globale, presque au même niveau que Lyon (8 %). 

(*) L’emploi touristique correspond aux emplois générés par la fréquentation touristique dans une zone : hébergement, restauration, cafés, commerce, artisanat, patrimoine et culture, soins, locations, taxi, etc.

Source : lamontagne.fr