Vous êtes ici

Laviel-Confiserie Thermale met le paquet sur le chocolat

La confiserie cussétoise, créée en 1887, a aménagé une chocolaterie pour coller aux attentes du consommateur.

Le temps passe. Les goûts changent et les bonbons fourrés de la Confiserie Thermale n'ont plus la cote. L'entreprise cussétoise vient de transformer en chocolaterie une salle de 300 m ² réservée jusque-là au pliage de ces petites douceurs d'autrefois.

« Le consommateur est aujourd'hui plus séduit par le chocolat, la pâte de fruit haut de gamme et le produit dragéifié, explique Sébastien Decompoix, responsable de la production. On s'est adapté à la situation. »

100.000 € pour transformer une salle en chocolaterie

L'établissement créé en 1887 par les frères Simonet – devenu l'entreprise Laviel-Confiserie Thermale avec un rachat dans les années 1990 – a investi 100.000 € dans la réalisation de travaux et l'achat de matériels. Deux fondoirs à chocolat, deux tempéreuses, une ligne d'enrobage et deux lignes de lavage renforcent les équipements de la confiserie pour développer la production de chocolats.

Si l'établissement distribue ses pâtes de fruit pure pulpe en France et les exporte au Japon, en Russie et en Belgique, la vente des produits à base de cacao s'est accrue localement avec l'ouverture d'un magasin d'usine il y a six ans. Chaque année, l'entreprise crée « une ou deux » nouveautés à croquer.

« Le chiffre d'affaires du chocolat a augmenté de 15 % entre le 15 novembre au le 31 décembre 2014 par rapport à la saison précédente, relate Vanina Fraisse, responsable commerciale et achats. On vend dans un rayon de 60 km autour de Cusset. Les clients viennent chercher à la fois un produit et un prix dans le magasin d'usine. L'objectif est d'augmenter les volumes tous les ans. »

L'entreprise a embauché deux personnes pour gonfler ses effectifs et accompagner le développement de la chocolaterie. « Deux jeunes étaient en licence professionnelle ici, explique le responsable de la production. On leur a proposé d'intégrer l'entreprise en CDI en septembre, après leur formation. »

Actuellement, la confiserie emploie quinze salariés. Dix à douze personnes sont mobilisées dans la chocolaterie pour préparer les fêtes de fin d'année. « On travaille en fonction des commandes et des ventes dans le magasin, détaille Sébastien Decompoix. Les chocolats sont mis en ballotin 48 heures après leur fabrication et, parfois, le jour même. »

Source : lamontagne.fr / photo Cleo Chabrou

Voir la fiche de Laviel Confiserie Thermale

#vichy

#vichy economie