Vous êtes ici

Le Cavilam en mode estival

Brésiliens, Mexicains, Chinois, Japonais, Suisses, Irlandais, Égyptiens, Russes...  Quelque 350 stagiaires arrivés la veille faisaient leurs premiers pas au Cavilam. De jeunes étudiants, mais aussi des profs et des juniors, tous rassemblés par la même envie de mieux maîtriser les subtilités de la langue française.
 

750 stagiaires, cette semaine, sur le campus Lardy

La semaine dernière, le centre linguistique accueillait 500 personnes. Cette semaine, l’effectif monte à plus de 750. Le Cavilam passe en mode estival. Mais ne devrait pas connaître les coups de chaud des années précédentes, où l’on atteignaient souvent des pointes à plus de 1.000 stagiaires en simultané, certaines semaines.

« La fréquentation est moins importante que les années passées, observe Michel Boiron, le directeur de l’établissement. De l’ordre de 20 %. Entre un climat général peu favorable (attentats, dévaluations, Grèce...), une concurrence hexagonale de plus en plus rude et le tarissement des financements publics en faveur de l’apprentissage du français, le Cavilam est confronté à une baisse d’activité depuis le 1er janvier. Et la tendance se confirme. »

La semaine dernière, le Cavilam avait enregistré un total de 1.433 inscriptions en « français langue étrangère » pour tout l’été. Auxquelles s’ajouteront, au fil des semaines, les inévitables et récurrentes sollicitations de dernière minute. Mais il apparaît d’ores et déjà difficile d’espérer ne serait-ce qu’approcher le chiffre historique des 2.023 stagiaires accueillis entre le 1er juillet et le 31 août 2014.

La différence se situe, pour l’essentiel, chez les étudiants. Ils sont beaucoup moins nombreux cette année.

Plus de profs qu’en 2014

En revanche, et c’est la grosse satisfaction de la saison estivale, la fréquentation des professeurs de français langue étrangère connaît un rebond sensible (autour de 560 inscrits cet été contre 503 accueillis en 2014). « Ça prouve qu’on a su être réactifs », se réjouit Michel Boiron.

Un signe d’autant plus encourageant que les profs sont perçus comme de bons ambassadeurs de la qualité de l’enseignement vichyssois, tant auprès de leurs collègues nationaux que de leurs élèves.

Côté nationalités, pas de grand bouleversement. Les pays émergents, tels le Brésil, la Russie, la Chine, le Mexique et la Turquie, sont une nouvelle fois très présents, aux côtés de publics traditionnels issus de la vieille Europe (Espagne, Suisse, Italie, Allemagne) ou d’Asie (Japon, Corée du Sud).

www.cavilam.com

 

Source : lamontagne.fr