Vous êtes ici

Le centre-ville de Vichy à l'aube d'une grande mutation

Porté par le feu croisé de subventions locales et nationales, Frédéric Aguilera, maire de Vichy, souhaite repenser entièrement le centre-ville de la cité.

centre ville vichy

L’habitat

Pour l’édile, ce constat : « Aujourd’hui, l’offre n’est pas adaptée à la demande. Tous les jours, on reçoit des personnes qui cherchent du neuf en hypercentre. On parle beaucoup de la vacance des logements à Vichy. Mais ils ne correspondent ni à la demande, ni aux normes actuelle».

Alors « il faut modifier en profondeur l’offre vichyssoise, qui doit être plus qualitative. Notamment avec des opérations de démolition/reconstruction », tout en respectant les canons de beauté de la cité thermale, et les règles de la ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysage).

Selon Frédéric Aguilera, la réflexion doit se mener en termes « d’îlots ». « De telle rue à telle rue. » Pour proposer « de la petite maison de ville, pour les jeunes familles », mais aussi « du collectif, pour les moins jeunes ».

« C’est un processus qui va s’étendre sur une durée de 10 à 15 ans, poursuit l’élu, pour tout revoir en profondeur, toute la politique de l’habitat. Car il ne s’agit pas non plus de mettre des grues partout, ni de déstabiliser le marché. »

L’aménagement public

Le maire souhaite « poursuivre la réhabilitation du cœur de ville, lancée par Claude Malhuret. Notamment les rues Wilson, Lucas, Sornin… L’ensemble devrait être terminé d’ici cinq ans. » Ensuite, « il faut également réhabiliter le cœur commercial, en accompagnant la rénovation des passages privés. »

Deux lieux emblématiques de la cité devraient ainsi changer de visage, à moyen terme. Le parc des Sources, d’abord. « Il faut lancer une étude, avec l’autorisation de l’État, et avant même tout éventuel transfert de propriété (des négociations sont actuellement en cours dans le cadre de la cession du domaine thermal, ndlr).

Le dispositif du gouvernement pourra permettre de la financer. »
Ensuite, la place de la Poste. « Elle a plus de 20 ans. Et elle est trop minérale. L’idée, c’est de mettre plus de verdure. Mais pas d’arbres, car il y a un parking souterrain en dessous, et l’épaisseur de la dalle est trop faible. »

Plus globalement, le maire compte s’attacher à « tout le volet patrimoine et Unesco ». Avec une politique de rénovation des façades, dont les contours devraient être présentés au conseil municipal de juin. « Il faut réfléchir à la façon dont on pourra accompagner les privés avec des aides financières », tient à rassurer l’élu.

La mobilité

Le stationnement, encore. L’un des chevaux de bataille de l’édile vichyssois. « Nous continuons à réfléchir à l’opportunité d’un parking souterrain sous le square Leclerc. Et d’un autre derrière la gare. » La tarification, elle aussi, devrait être revue. Frédéric Aguilera a déjà affirmé par le passé sa volonté de « casser le prix des abonnements » en centre-ville, pour ne pas freiner l’installation de nouveaux arrivants.

L’espace piétonnier et les modes des transports doux, comme la signalétique touristique, seront également au menu de cette vaste révision générale.
Là aussi, des délibérations sur le sujet devraient être portées à l’attention du conseil municipal, en juin.

Les services

Claude Malhuret n’en souhaitait pas, son successeur y réfléchit très sérieusement : un grand « site d’interprétation touristique », qui reviendrait sur la riche histoire vichyssoise, pourrait voir le jour sous la mandature de Frédéric Aguilera. Pour lui, celui-ci serait « complémentaire avec la démarche Unesco ».

Autre question, celle du commissariat, vieillissant, et n’offrant plus les meilleures conditions de travail aux forces de l’ordre. Il pourrait être intégré à une future cité judiciaire, dans le quartier de Presles, à Cusset. Mais si ce projet n’aboutit pas, la police nationale ne serait pas oubliée pour autant. « Si ce n’est pas au sein de la cité judiciaire, je veux un nouveau commissariat en centre-ville », anticipe Frédéric Aguilera.

Les commerces

« Le rôle de la ville, c’est d’accompagner, et de générer du flux », persiste et signe le maire.

Et toujours dans l’optique de préserver le cœur de ville, il compte d’ailleurs imposer à « tous les commerces qui souhaiteraient s’implanter et dont la surface serait supérieure à 300 mètres carrés », un « avis obligatoire de l’agglo, et un renvoi direct en Commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) ». Et ce, « dès les prochaines semaines ».

Nouvelle direction municipale. Pour ancrer ses ambitions sur le terrain, la Ville vient de recruter une « manager de centre-ville ». Marine Fouler, 25 ans, qui exerçait jusque-là à Guéret, dans la Creuse, vient de prendre son poste. Elle intègre un nouvelle direction « cœur de ville », créée le 10 octobre 2017, composée également d’une directrice, d’un urbaniste et d’un architecte-conseil en cours de recrutement.

Source : www.lamontagne.fr

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

communication@vichy-economie.com