Vous êtes ici

A Bellerive-sur-Allier, dernière ligne droite pour l'ancienne usine Manhurin

Montpertuis-Manhurin

À l’initiative de la sous-préfecture, une réunion publique a permis, ce lundi, de faire le point sur l’actuelle opération de dépollution du site de Montpertuis.

Montpertuis - bellerive sur Allier

Quel était le but de cette réunion ? 

A l'initative de la préfecture, il s'est agi de faire le point sur le chantier de nettoyage et de dépollution de l'ancienne usine de fabrication de munitions située dans la zone de Montpertuis, entre Bellerive et Charmeil. Un site toujours propriété de l'Etat via GIAT industries.

Qu'a t-il été expliqué au cours de ce temps d'échange ?

Concrètement, il a été précisé que le chantier, débuté à partir de 2006, à la fermeture de l'usine, pourrait être enfin terminé à la fin de l'année. Depuis, à de rares exceptions, celui-ci n'a été que rarement ouvert au public.

Après quatre ans de procédures et de démantèlement des machines de fabbrication de munitions, le nettoyage et l'épuration des sols a commencé en 2010. L'objectif était de totalement sécuriser les lieux, en enlevant munitions et autres objets d'armement et de ferraille enfouis sous terre. Aujourd'hui, cette opération est terminée à 90%.

Quels sont les phases restants du chantier ?

Au cours des prochains moins, les parties du site qui ne le sont pas encore feront l'objet d'une mise en sécurité pyrotechnique. Surtout, l'opération principale consistera à traiter trois sources identifiées et potentiellement porteuses d'éléments tels que des solvants chlorés, de benzène ou des hydrocarbures. Cette opération de traitement pourrait avoir lieu durant l'été et nécessiter la destruction d'une vingtaine de bâtiments, au préalable désamiantés. Quatre autres sources à traiter ont aussi été identifiées. 

Un projet de transformation du site a-t-il été évoqué ?

Ce n'était pas l'objet de la réunion. L'hypothétique transformation du site en usine de production de bioéthanol s'est toutefois invitée au débat avec la présence de membres du collectif Danger Maupertuis. Ceux-ci pointent le risque d'une telle implantation en terme de santé, d'attractivité du territoire et d'économie.

D'autres réuions publiques sont-elles prévues d'ici la fin de l'année ?

A priori, non. Mais la préfecture assure vouloir assurer la transparence la plus totale sur le chantier en cours, jugé complexe.

Source : www.lamontagne.fr