Vous êtes ici

NSE explore plusieurs pistes à Aulnat

Maintenance et réparation d’avions, sur place ou chez le client, sont les tâches courantes accomplies sur l’unité NSE d’Aulnat. Et l’équipe va se diversifier.

NSE Aulnat

Sept représentants de l’armée de l’air du Maroc ont suivi la réparation du Cap 232 de la marche verte. Ils encadrent ici Eric Gestin (au second plan, derrière l’aile de l’avion), directeur de l’unité services de NSE

Ce n’est certes qu’un maillon de la chaîne. NSE compte aujourd’hui 850 salariés sur douze sites, dont cinq à l’étranger. Mais le hangar de la zone aéroportuaire d’Aulnat et ses douze employés sont un maillon fort et le seul dédié à la maintenance et réparation des avions.

En début d’année, l’équipe d’Eric Gestin, directeur de l’unité services, a exploré une nouvelle piste avec un client qui figurait déjà dans son portefeuille : les forces royales air du Maroc. Durant neuf semaines, un spécialiste des structures bois et deux pour la partie avionique ont réparé un monomoteur Cap 232 de la marche verte, l’équivalent de la patrouille de France.

Un hangar de 2.200 m2

L’avion de voltige avait été endommagé. L’aile droite, des éléments de train et l’hélice ont été réparés. L’appareil a aussi été entièrement révisé.

« Nous avions déjà effectué de la maintenance sur des avions Cap 232 mais c’était notre premier marché de réparation », souligne Eric Gestin.

Sept membres de l’armée de l’air marocaine ont suivi les opérations et se sont montrés très satisfaits. Les autres appareils de la flotte continueront donc à se poser à Aulnat pour des opérations de maintenance.

Une trentaine d’avions, en moyenne, passent chaque année dans le hangar de NSE, agréé partie 145 par l’organisme pour la sécurité de l’aviation civile (Osac), agrément qui concerne les appareils de moins de 5,7 tonnes.

« Notre hangar de 2.200 m² pourrait accueillir un Airbus A320, précise Eric Gestin. Pour l’instant, le groupe NSE n’est pas habilité à intervenir sur ce type d’appareils. Mais on y réfléchit. »

En attendant, les spécialistes de NSE peuvent aussi effectuer des missions à l’extérieur, chez le client. C’est le cas pour DFS (Dassault Falcon Service), au Bourget, Sabena Technics en Belgique ou Air France industries à Blagnac. Une mission pourrait les mener au Maroc, à Rabat (*), si NSE décroche l’appel d’offres pour la transformation de trois hélicoptères Puma en appareils de sauvetage en mer. Réponse attendue ce mois-ci.

Et le site d’Aulnat lui-même démarre une nouvelle activité en mai avec la création d’un atelier de maintenance des batteries d’avion. Un secteur qui pourrait s’ouvrir, indique Eric Gestin : « Pourquoi pas, à terme, explorer le marché des batteries de tramway ? ».

Source : lamontagne.fr