Vous êtes ici

AUVERGNE-RHONE-ALPES : UN POLE-CLUSTER POUR BOOSTER LA FILIERE AUTOMOBILE

La filière automobile s'organise aussi au niveau de la grande région. Exit le cluster Automac, place à LUTB-RAAC, à la fois pôle de compétitivité et cluster. Bernard Modat, son président, en détaille les missions.

pole de competitivite et cluster LUTB-RAAC

Les responsables de LUTB-RAAC, à la fois pôle de compétitivité et cluster pour la filière automobile, sont venus en présenter l'organisation et les missions ce jeudi, au centre Michelin de Ladoux, près de Clermont-Ferrand.

Devant une cinquantaine d'invités, ils ont détaillé les axes de travail de cette structure, que les anciens adhérents du cluster auvergnat Automac, dissout également ce jeudi, sont invités à rejoindre.

L'Auvergne rassemble 200 entreprises sur une filière automobile qui représente, à l'échelle de la grande région, 900 entreprises et 100.000 emplois. Bernard Modat, président de LUTB-RAAC, fait les présentations.

Qu'est-ce que le LUTB-RAAC ?

Bernard Modat : "Cette association est la fois un pôle de compétitivité et un cluster automobile. Les pôles de compétitivité ont été créé par l'Etat en 2005. Nous avons été candidats pour en créer un en région lyonnaise sur la mobilité urbaine. Nous sommes le seule pôle en France à travailler sur la mobilité urbaine, plus précisément sur le transport collectif de personnes et le transport de marchandises. Dans un pôle, nous fédérons les compétences du monde universitaire, des PME ou des grands groupes, de façon à ce que sortent des idées, que nous labellisons. Ces projets deviennent alors prioritaires pour obtenir des financements publics."

C'est aussi un cluster ?

"Oui, depuis le début, la région, un de nos financeurs principaux, nous a demandé d'abriter également l'agence régionale de développement de l'industrie automobile. La première que nous avions, c'était Rhône-Alpes Automobile Cluster (RAAC). Aujourd'hui, nous élargissons son périmètre à l'Auvergne, en intégrant l'ancien cluster auvergnat Automac. Nous sommes là pour dire aux acteurs auvergnats que nous existons, à la fois sur ce côté pôle de compétitivité et sur le développement de leur activité."

Comment tout cela se conjugue avec ce qui se fait déjà localement, au niveau de l'agglomération clermontoise ?

"L'idée évidemment, c'est de travailler aussi avec Clermont. Jusqu'ici nos projets étaient essentiellement rhônalpins. Nous en avons mené à Valence, Grenoble, Annecy, Lyon évidemment. On verra si l'agglomération clermontoise devient adhérente. L'intérêt pour ce type d'acteurs ou même des sociétés, c'est d'intégrer des think-tanks, des sujets de réflexion, et s'ils se mettent à plusieurs pour conduire un projet, d'être labellisés par LUTB afin d'obtenir des financements."

Dans quels domaines avez-vous déjà concrétisé des projets ?

"Nous travaillons dans cinq domaines, qui vont de la motorisation à des systèmes intelligents, en passant par les modélisations et autres applications. En région lyonnaise, nous avons deux constructeurs historiques, Iveco pour les bus et Renault Trucks pour les camions. Chacun a développé des technologies nouvelles comme des véhicules hybrides ou à gaz. La ville de Lyon a développé une solution sur smartphone qui permet d'avoir des prévisions de circulation et des propositions du meilleur moyen de transport pour aller d'un point A à un point B, à un instant T."

Et en termes de transport de marchandises, en ville ?

"Exemple, la société City Logistics, développée après un projet LUTB, prévoit la mobilité de marchandises en milieu urbain, sur le dernier kilomètre, en mode propre, en l'occurrence avec des véhicules électriques ou à gaz."

Contacts : www.lutb.fr et www.automotive-cluster.fr

Source : www.lamontagne.fr