Vous êtes ici

Renova investit à Saint-Yorre

Renova

L’entreprise de papier toilette et essuie-tout Renova est installée à Saint-Yorre, dans l'Allier, depuis 2015.  Sa production a débuté en mai 2016 et a atteint son rythme de croisière pour son unique ligne de production. Une seconde ligne va arriver prochainement. Retour sur les grandes dates qui ont marqué l'arrivée de ce fabricant portugais dans une ville marquée par la désindustrialisation.

renova

L’entreprise de papier toilette et essuie-tout Renova,  installée à Saint-Yorre depuis 2015 et en production depuis mai 2016, a atteint son rythme de croisière pour son unique ligne de production qui tourne vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Son PDG a de nombreux projets.

«Nous avons décidé de doubler la production, explique le PDG Paulo Pereira da Silva. Nous investissons 6 millions d’euros dans une seconde ligne, identique à la première. » Ce n’est pas totalement un scoop puisque le dirigeant de Renova avait déjà indiqué son souhait d'avoir une autre machine de production dès son installation à Saint-Yorre en 2015, dans l’ancienne usine Candia.
Mais là, c’est parti. Cette seconde ligne, qui sera chargée comme la première de transformer des bobines géantes de papier ouate en petits rouleaux, est en cours de fabrication en Italie.

Là-bas, elle sera réglée avant d’être envoyée à Saint-Yorre en septembre prochain. « Testée en  amont par le fabricant, cette seconde ligne pourra produire dès le mois suivant», précise Paulo Pereira da Silva, qui prévoit l’embauche d’une vingtaine de personnes en plus des trente actuellement.

Mais avant le démarrage de ce nouvel outil de travail, le PDG de Renova a une autre bonne nouvelle pour le site de Saint-Yorre : le lancement d'un nouveau papier toilette appelé Renova Magic. « Il s’agit d’un papier structuré en 4D, d’une extrême douceur », indique Paulo Pereira da Silva, dont le groupe réalise un chiffre d'affaires de 140 millions. « Nous avons construit une usine au Portugal pour développer sa fabrication. Mais les bobines de ce papier 4D seront transformées en rouleaux à Saint-Yorre.
Nous prévoyons de le lancer en France avant le Portugal. » Le papier Renova Magic devrait être commercialisé en mai prochain.

Un magasin d’usine en cours de construction

Sa construction a débuté il y a presque deux mois sur le parking de l’usine Renova. On devrait y trouver tous les produits du manufacturier portugais, notamment les papiers hygiéniques aux dizaines de couleurs différentes, mais aussi des produits de la marque Renova moins connus en France comme les mouchoirs et serviettes en papier. L’ouverture du magasin est prévue pour l’été.

Les grandes dates de renova à Saint-Yorre

Décembre 2013 :La laiterie Candia de Saint-Yorre ferme le 24 décembre. 103 salariés perdent leur travail.

Un contrat de revitalisation est signé. Les collectivités et les acteurs de l'économie travaillent d'arrache pied pour trouver un industriel désireux de reprendre ce site.

Avril 2015 :Paulo Pereira da Silva, PDG de Renova, confirme l'installation d'une unité de production de papier hygiénique et d'essuie-tout sur l'ancien site Candia.

Juin 2016  :La production démarre sur le site de Saint-Yorre sur une ligne de production qui transforme des bobines géantes de papier ouate en petits rouleaux de papiers hygiénique ou d'essuie-tout.

Octobre 2016 :La municipalité de Saint-Yorre décide de prendre en charge le coût de l'installation d'une canalisation pour l'approvisionnement en eau industrielle de Renova pour une future fabrication de ouate de papier.

Mars 2017 : Paulo Pereira de Silva confirme ce qu'il avait annoncé à son arrivée à Saint-Yorre: l'installation d'une seconde ligne de production pour doubler la capacité de Renova Saint-Yorre. «Nous investissons 6 millions d’euros dans une seconde ligne, identique à la première », souligne le PDG.

Cette seconde ligne de production est en cours de fabrication en Italie où elle sera réglée avant d’être envoyée à Saint-Yorre en septembre prochain. « Comme elle aura été testée par le fabricant, cette seconde ligne pourra produire dès le mois suivant », précise Paulo Pereira da Silva qui prévoit l’embauche d’une vingtaine de personnes.

Source : www.lamontagne.fr