Vous êtes ici

Nouvelle direction au CREPS de Vichy

thomas senn

Le Creps de Vichy a notamment pour ambition de devenir un centre d’entraînement pré-olympique et paralympique.

thomas senn

En provenance du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, Thomas Senn est en poste depuis le 1er juin à la tête du Creps. Il dévoile au quotidien La Montagne quelques perspectives d’avenir de l’établissement.

En 2008, la révision générale des politiques publiques avait fait peser une menace de fermeture du Creps de Vichy. Ce risque est-il écarté ?

On a des faisceaux concordants qui peuvent nous conduire à être optimistes. D’un côté, on a l’horizon des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Les collectifs nationaux auront besoin de trouver des bases arrières de qualité.
Cela colle parfaitement avec les missions d’un Creps qui est voué à la haute performance.

Ensuite, notre Région a élevé le sport et handicap au rang de grande cause 2018. On a ici une convergence d’intérêts avec notre Creps de Vichy qui est positionné sur le sport, le handicap et la santé.
Enfin, nous avons un projet de territoire très ambitieux, celui de la communauté d’agglomération, qui compte placer le sport, la santé et le thermalisme au cœur de son développement économique. Le Creps peut avoir toute sa place dans ce projet-là.

Le pôle France jeunes handi-natation quitte Vichy pour Talence. N’est-ce pas un mauvais signal pour votre établissement ?

L’organisation des pôles relève de la décision des directions techniques nationales et des fédérations. C’est vrai que ce n’était pas une bonne nouvelle et on n’a pas apprécié ce choix. J’ai reçu le 4 juillet la présidente de la Fédération française handisport et le DTN, Christian Février. On a des perspectives d’implantation d’un pôle France parafauteuil et paracyclisme, à l’automne, sur le site de Vichy.
Nous avons également procédé en juillet à l’installation du pôle France sport adapté natation. Cela confirme toute l’importance de la dimension du handicap dans le projet d’établissement. Le Creps de Vichy veut se positionner comme un centre de référence dans la détection des jeunes à potentiel atteints d’un handicap psychique ou moteur.

Et puis le ministère de la Cohésion des territoires et la ministre des Sports vont lancer à l’automne un appel à candidatures pour créer des centres d’entraînement pré-olympiques et paralympiques. Avec Jean-Sébastien Laloy, président du conseil d’administration du Creps et Frédéric Aguilera, président de l’Agglomération, on souhaite s’inscrire dans une perspective de candidature.

Quels sont vos arguments par rapport aux autres Creps de France ?

Vichy n’est pas une grande agglomération comme Toulouse par exemple, dont le Creps accueille des sportifs de haut niveau en résidence permanente sur le modèle des pôles. Mais ce modèle n’est plus forcément le modèle de référence. Dans beaucoup de disciplines, le jeune sportif reste à proximité de son club et de sa famille et rejoint l’équipe nationale pour une semaine de stage. Dans notre projet d’établissement, on veut requalifier notre offre de service en lien avec l’agglomération et attirer justement ces collectifs nationaux sur des séquences plus courtes, plus qualitatives.

Comment y parvenir ?

Les 5 et 6 septembre prochains, j’organise une réunion de directeurs techniques nationaux. Une trentaine sont invités à nous rejoindre et nous préciser quels sont leurs besoins en terme d’équipements, d’hébergement… On va partir du besoin pour ajuster l’offre et non l’inverse.


Thomas Senn a fait des études d’histoire avant d’intégrer l’IEP (Institut d’études politiques) de Grenoble. Il débute sa carrière à la fin des années 1990 à la Direction départementale de la jeunesse et des sports de l’Isère, puis rejoint la fonction publique territoriale. Il intègre d’abord la Communauté urbaine de Lyon (Direction de contrôle et de gestion) puis devient directeur des sports de la région Midi-Pyrennées. Il revient ensuite dans la région Rhône-Alpes au sein de la Jeunesse, puis directeur adjoint de la direction Jeunesse et sports vie associative. En 2016, à la fusion des régions Auvergne et Rhône-Alpes, il est nommé directeur de la Jeunesse, du sport et du handicap au Conseil régional.
Thomas Senn est directeur du Creps de Vichy depuis le 1er juin.

Source : www.lamontagne.fr

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

communication@vichy-economie.com