Vous êtes ici

Un projet de nouveau bâtiment pour l'Averpahm

L’Averpahm, qui accueille des personnes en situation de handicap dans l’agglomération de Vichy, a choisi une entreprise pour piloter les travaux de reconversion de son site horticole à Cusset. La demande de permis de construire doit être déposée avant la fin de l’année, pour une livraison en 2019.

averpahm cusset

L’Averpahm (Association pour Vichy et sa région de parents et d’amis de personnes en situation de handicap) est prête à démolir son site de production horticole rue de Provence, à Cusset. À faire table rase afin de proposer un nouveau projet d’accueil.

« Le circuit de chauffage des bâtiments est à refaire, explique le président, Christian Félicité. On atteint les limites du confort pour nos salariés et l’activité horticole périclite d’année en année. Le projet économique n’est plus viable. » Il y a quelques jours, le conseil d’administration a choisi les plans présentés par l’entreprise GCC Auvergne et lui a confié la maîtrise d’œuvre ainsi que la coordination des travaux, pour un montant d’investissement estimé à 2,3 millions d’€ TTC (*).

Un lieu d’accueil et de proximité ouvert sur la ville

Le chantier consistera à démolir les serres et les locaux attenants afin de construire un nouveau bâtiment avec 870 m2 de surfaces utiles. Elles abriteront des ateliers de sous-traitance industrielle, des locaux pour stocker le matériel d’une équipe espaces verts qui intervient en milieu ordinaire, une zone de restauration et, – c’est là l’innovation –, un lieu d’accueil et de proximité au travail.

Dans cet espace ouvert au public, des personnes en situation de handicap pourront travailler sans obligation de production là où les ateliers de l’établissement et service d’aide par le travail (Esat) exigent des résultats.

averpahm cusset

« L’efficience au travail doit exister et pour entrer en Esat, il faut une efficience constante, explique Emmanuel Verrière, directeur de la plateforme travail de l’Averpahm. Or, on a des personnes qui n’ont pas la capacité de présenter cette efficience. Néanmoins, elles éprouvent le besoin de s’identifier dans une communauté de travail. C’est à elles que s’adressera ce dispositif d’accueil. Plus d’une trentaine de personnes sont susceptibles d’en bénéficier. »

Situé à l’entrée du bâtiment, ce lieu ouvert sur la ville sera doté d’un espace exposition et d’une boutique. « On imagine aussi un café associatif avec des travailleurs proposant des rafraîchissements sur nos horaires d’ouverture, détaille Christian Félicité. On pourrait aussi accueillir des écoles… La rue de Provence s’est développée. C’est un vrai lieu de vie aujourd’hui, avec un lycée à proximité. On souhaite que la rue vienne chez nous. On ne veut pas que nos établissements soient des ghettos. »
La demande de permis de construire devrait être déposée avant la fin de l’année. « Il faudra compter dix-huit mois de travaux, souligne Emmanuel Verrière. Si le timing est respecté, on ouvrira les portes en juin 2019. »

Source : www.lamontagne.fr