Vous êtes ici

Valmont fabrique pour le Qatar

La PME de Charmeil va fournir les 272 colonnes lumineuses pour le nouvel aéroport international de Doha, au Qatar. Un contrat « exceptionnel ». Elle a présenté ses réalisations hier soir.

C’est un contrat aussi impressionnant que les colonnes lumineuses sont hautes.  272 colonnes lumineuses de 28 mètres, conçues et fabriquées à Charmeil, vont prendre la mer pour le riche émirat : un contrat d’environ 16 millions d’euros (signé en dollars), le plus gros jamais conclu par Valmont France, le numéro un français de l’éclairage public.

Une opportunité que l’entreprise aux 320 salariés (intérimaires compris), basée dans l’agglomération de Vichy, a su saisir fin 2013, quand l’aéroport international Hamad de Doha s’est mis en quête d’un prestataire pour son projet exceptionnel. « C’est leur troisième tentative, explique Bertrand Sée, directeur général de Valmont France. Ils ont d’abord fait appel à un constructeur turc, puis après à des Australiens qui faisaient fabriquer en Chine : dans les deux cas, la fonctionnalité et le rendu lumineux n’était pas à leur goût. »

En novembre 2013, la société s’est mise en position d’être choisie, grâce à sa matière grise interne. Relever le challenge technique n'était pas facile. « Il fallait s’adapter aux conditions sur place : tropical, corrosif et salin, ce qui n’est pas idéal pour les matériaux. Pour les températures, la demande était 0 à 85 °C, avec 55 °C en règle générale. Ensuite, les colonnes doivent tenir 165 km/h de vent. De plus, il fallait que les mâts rentrent dans les massifs de béton déjà existants. »

Chaque colonne fait un mètre de diamètre, est éclairée de l’intérieur à l’aide de barreaux à LED qui mettent en valeur sur toute la hauteur l’hymne Qatari, écrit en calligraphie. Un rail permet de faire monter et descendre le plateau qui porte les lanternes. Et le tout doit avoir une durée de vie de 25 ans.

Pour réaliser dix mâts par semaine, l’entreprise doit embaucher douze personnes et en recentrer 23 autres sur l’activité : « Cela nous a permis aussi d’investir sur des machines, de développer de nouveaux procédés, de qualifier de nouveaux fournisseurs. » Valmont a travaillé avec une quinzaine de sous-traitants sur la fabrication du produit, dont environ la moitié est de la proche région (à Thiers et Saint-Pourçain, par exemple).

« Tout ça s’est fait en un temps record : après la signature, le 6 mai, on avait six semaines pour fournir les plans définitifs, insiste Bertrand Sée (cf photo). Il a fallu prendre le risque industriel de faire la conception en amont. »

Les premiers conteneurs doivent partir pour le Qatar début octobre, pour une livraison sur place huit semaines plus tard. Valmont espère que d’autres produits feront le trajet entre Charmeil et le Qatar dans les prochaines années.

Source et photos : lamontagne.fr