Vous êtes ici

Xavier Niel va parrainer l'école de codeurs du campus numérique

Le patron d'Iliade-Free, trublion du web français va apporter l'expertise de l'Ecole 42 - l'une des meilleures formations de développeurs informatiques au monde - au projet de l'école de codeurs du campus numérique de la région Auvergne Rhône-Alpes. Cette première participation significative de Xavier Niel sur le territoire peut-elle en appeler d'autres ?

xaviel niel - digital summit auvergne rhone alpes

C'est un beau coup technique et médiatique pour la région Auvergne Rhône-Alpes, et peut-être pour toute la filière numérique du territoire. Le "parrain du web français", Xavier Niel, fondateur d'Iliade-Free, va apporter son expertise personnelle ainsi que l'expérience de l'École 42 dans la création d'une école de codeurs régionale, dans le cadre du fameux campus numérique voulu par Laurent Wauquiez, et qui doit propulser la collectivité comme la "Silicon Valley européenne".

"C'est la première fois que l'École 42 va aider à l'installation d'une école d'informatique en France", s'est félicité ce lundi l'édile régional, devant un millier d'acteurs de la filière numérique en Auvergne-Rhône-Alpes réunie lors du 1er Digital Summit. Une première donc, après des essaimages en Californie et en Roumanie.

Ce nouveau lieu de formation, qui ne sera pas un copié-coller de l'entité parisienne, devrait ouvrir en septembre 2017, en même temps que le lancement du campus numérique temporaire situé à la Confluence, dans l'immeuble King Charles. La Région promet un investissement de départ de 1,5 million d'euros, ainsi que des coûts de fonctionnement de 2 millions d'euros annuels. A côté de cette "première brique", cinq autres formations devraient venir compléter l'offre du campus.

Répondre aux besoins des entreprises

Cofondée en 2013 par Xavier Niel, l'École 42 est dédiée à l'apprentissage du code avec une pédagogie et une philosophie disruptive. L'établissement ne sélectionne pas les candidats sur leurs compétences, diplômes ou parcours, mais uniquement sur leur motivation. L'École 42 se veut collaborative au sein même de l'enseignement, qui est dispensé par les élèves, reprenant une partie de l'idée de l'école mutualiste du XIXe, mais fondamentalement ancré dans les enjeux du XXIe siècle et des outils de son temps.

Et parmi ces grands challenges, la filière numérique régionale, mais aussi l'économie traditionnelle à travers la mutation digitale des entreprises, doit faire face à un manque de main-d'oeuvre qualifiée. Alors que la filière représente environ 60 000 emplois sur le territoire, elle est en hyper-tension. Des milliers d'emplois seraient, dans ce domaine, non pourvus dans la région. Selon le dernier observatoire de la filière numérique, près de la moitié des entreprises du secteur déclarent avoir des postes non pourvus, essentiellement des développeurs.

Cette école de codeurs a donc vocation à répondre aux besoins des entreprises. Et comme le besoin est important, l'idée est de former rapidement les étudiants et de façon massive. L'École 42 forme par exemple 1 000 étudiants par an. La formation se veut donc courte, intensive, tout en étant ultra qualifiante, grâce à une pédagogie innovante : l'apprentissage en Peer-To-Peer, la gamification et le décloisonnement temporel. "L'ADN profond de l'école est de permettre aux candidats d'apprendre à apprendre afin qu'ils puissent, toute leur carrière, s'adapter aux évolutions de leur métier", détaille Xavier Niel.

Des inconnues à lever

Cette pédagogie a nécessité le développement de cas pratiques, de modules et des logiciels de formation très performants. L'école de la région compte bien en bénéficier, c'est en tout cas le sens du partenariat avec l'école 42.

Mais de nombreuses inconnues restent encore à élucider. Alors que la formation proposée par l'établissement parisien se veut totalement gratuite, rien n'a encore été communiqué concernant la formule adoptée par la future école régionale. Sera-t-elle, elle aussi, sans coût pour les élèves ? Par ailleurs, comment va s'organiser l'encadrement et la mise en place de la pédagogie en à peine six mois  ? "La pédagogie de l'école 42 se veut simple et concrète. Mais pour la mettre en place et se l'approprier, il faut un minimum de temps et d'expérience", souligne un personnage de la filière numérique lyonnaise. Enfin, le nom de l'établissement est également en attente. Sur ces sujets, "plus de détails seront dévoilés dans un mois", a balayé Laurent Wauquiez.

Effet d'annonce ou vrai investissement de Niel ?

Quoi qu'il en soit, la participation de Xavier Niel dans ce programme éducatif, sur le territoire, est déjà un petit événement. Le patron de Free avait en effet toujours décliné les invitations des acteurs locaux, notamment celles du Blend Web Mix. Son engagement dans cette école serait-elle une première étape ? Alors que la Région réfléchit au montage administratif et financier de son campus numérique définitif, dont l'ouverture est prévue pour 2020 à Charbonnière-les-Bains, l'homme fort du web français (s')investira-t-il au sein même de ce programme phare ? "Rien n'est certain, mais une chose est sûre, nous voulons intégrer, si possible des grands noms du numérique et du web dans le campus, aux côtés des ETI, startups et universités", explique-t-on dans l'entourage du président de la Région.

En tout cas, et s'il trouve un intérêt à accentuer son engagement, rien n'est impossible pour Xavier Niel, 11e fortune française, l'un des premiers business Angels français (+ de 35 millions d'euros investis dans les startups ces 5 dernières années), associé dans le fonds d'amorçage Kima Ventures. Sans oublier les 200 millions d'euros sortis de sa holding personnelle pour le projet "du plus grand incubateur du monde" à la Halle Freyssinet à Paris...

Source : http://acteursdeleconomie.latribune.fr