Bienvenue sur le site de l'Agence de développement économique de la Communauté d'Agglomération

Carnets économiques

21 février 2019
hippodrome vichy bellerive

Hippodrome de Vichy-Bellerive : Impulser une nouvelle dynamique !

Le 4 mai prochain, les chevaux seront sous les ordres pour le lancement de la saison 2019 de l’hippodrome. Délégué général de la Société des courses de Vichy, Olivier Louit......

Hippodrome de Vichy-Bellerive : Impulser une nouvelle dynamique !

Le 4 mai prochain, les chevaux seront sous les ordres pour le lancement de la saison 2019 de l’hippodrome. Délégué général de la Société des courses de Vichy, Olivier Louit met en musique la stratégie qui vise à renforcer l’attractivité du site emblématique de l’agglomération.

Olivier Louit« J’ai eu l’occasion de travailler aux côtés de Philippe Bouchara à Deauville où j’ai dirigé pendant près de six ans l’hippodrome et le centre d’entrainement qui figurent parmi les plus actifs de France. Lorsque le Président de la société vichyssoise m’a proposé de participer à sa réorganisation, j’ai décidé de relever le défi. »

Forte de 18 salariés à plein temps, de 25 saisonniers et de 85 vacataires, la Société des courses a organisé 40 réunions durant la saison hippique 2018 (dont 7 Quinté +), avec les Festivals du Galop et du Trot en points d’orgue.

Faire rimer excellence et efficience

« Soigneusement entretenues par l’équipe de René Maldant, nos pistes sont aujourd’hui reconnues par tous les professionnels et attirent un nombre croissant de partants. » Avec le partenariat de la Région, du Département et de l’Agglomération, la Société des courses a consacré 1,2 million d’euros à la réfection de la piste de trot, désormais entièrement aux normes européennes et internationales.

 

Hippodrome vichy bellerive

« L’investissement réalisé l’an dernier a commencé à porter ses fruits très rapidement, donnant l’occasion aux trotteurs d’exprimer tout leur potentiel. » Lors du Grand Prix de Vichy  de juillet 2018, Aubrion du Gers monté par Jean-Michel Bazire a battu le record de la nouvelle piste dont il a parcouru les 3 000 mètres en 1’10’’9, un chrono qui va faire référence : jamais en France, un trotteur n’est allé aussi vite sur une distance aussi longue. Devenu en janvier 2019 quadruple vainqueur du Grand Prix d’Amérique, Jean-Michel Bazire avait précédemment remporté à Vichy « qu’il adore », la 6000ème victoire de sa carrière internationale.

jm bazire - p bouchara

Jean-Michel Bazire, au centre, et Philippe Bouchara, à droite

Pour gagner encore en efficience, la Société de Vichy va regrouper ses activités administratives et sportives sur le site de l’hippodrome, « tout en gardant un sabot au centre de la cité thermale, qui servira de vitrine promotionnelle et commerciale. »

Se repositionner sur le territoire

Outre les parieurs, les propriétaires, les entraineurs, les jockeys et autres drivers, l’hippodrome rassemble la saison durant les familles ainsi que de nombreux acteurs locaux, régionaux, nationaux et internationaux.

Qu’il s’agisse du Festival du Galop ou de la présentation de l’annuaire économique de Vichy Communauté Développement, ses pelouses et ses tribunes réunissent l’ensemble des forces vives du territoire. Collectivités, sociétés, fédérations ou associations, toutes ont réalisé l’intérêt d’un site valorisant aussi bien leurs produits et leurs services, que leurs collaborateurs, partenaires, adhérents et/ou clients.

Rien de tel qu’une réunion à l’hippodrome pour créer du lien et entretenir ses réseaux ! Même  en l’absence de courses, il est possible de créer sur place un « meeting de trot » privatisé ou de faire un baptême de sulky. Bien adaptées à l’organisation de conférences ou d’assemblées générales, les salles de réception et les loges de l’espace « Le Lac d’Allier » permettent d’organiser des événements sur mesure dans ce cadre idéalement configuré. L’hippodrome de Vichy-Bellerive représente un acteur économique important qui contribue à la notoriété de son territoire ; venant de France comme de l’étranger, les touristes, curistes et professionnels qu’il attire font fonctionner les commerces et les hôtels.

hippodrome vichy bellerive

Retour en force des nocturnes

« Nous entendons continuer à innover pour faire venir un public nombreux et diversifié. » S’inscrivant dans l’actuel chantier de rénovation de la rive gauche de l’Allier, une seconde entrée du champ de course est à l’étude. « Reliant l’hippodrome au Centre Omnisports voisin, cette entrée indépendante pourrait se faire à partir du parking situé au tout début de la « Promenade fleurie », en prolongement du Palais du Lac. » Cette desserte supplémentaire viendrait compléter les navettes en bateau de la Mouette, empruntée chaque saison par quelque 4.000 personnes (sur les 40.000 spectateurs annuels de l’hippodrome).

Très prisées des aficionados, les nocturnes de l’hippodrome font leur grand retour pour cette saison 2019. Dix sont inscrites au programme qui vient d’être dévoilé (deux proposées l’an dernier). « Entre début mai et fin septembre, nous aurons également un huitième  Quinté +. Avec ses 40 réunions proposées aux meilleures dates en termes de visibilité et de participation des performers internationaux, Vichy est le 3ème hippodrome de France et de Navarre. Nous allons consolider l’existant tout en valorisant ce site aux multiples possibles. »

Toujours plus attractif, facilement accessible et animé en permanence, l’hippodrome de Vichy-Bellerive entend remporter son tiercé gagnant dans les prochaines saisons. « Nous voulons travailler dans l’intérêt général du territoire, avec une intention particulière pour chacun de nos publics… »

hippodromeSociété des courses de Vichy

11 Rue Alquié, 03200 Vichy

Tél. : 04 70 30 15 50

www.courses-de-vichy.fr

https://www.facebook.com/coursesdevichy/

Textes Véronique Durupt /Carnets économiques de Vichy Communauté Développement

Photos : Christophe Morlat / Takamata

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information des carnets économiques ?

Demandez à être inscrit sur notre liste de diffusion en écrivant à : communication@vichy-economie.com

LE CLÉE, UN PONT ENTRE ENSEIGNEMENT ET ENTREPRISES

Depuis 2011, le Comité Local École Entreprise (CLÉE) a pour mission de favoriser les liens entre les établissements scolaires et les entreprises, pour qu’ils apprennent à mieux se connaître et travailler de concert. Une démarche qui a particulièrement intéressé les professionnels de l’éducation et les chefs d’entreprise du bassin de Vichy. Co-animé par Cathie Berthet, dirigeante de Vichy Bureau et Catherine WAVRANT, proviseur du lycée des métiers Gustave Eiffel, le CLÉE de Vichy multiplie les actions concrètes, saluées par tous ceux qui y participent.

En 2012, le Ministère de l’Education Nationale souhaite relever le défi de rapprocher le monde de l’entreprise de celui des écoles et de ses professeurs. Un défi à la mesure des préjugés et a priori nés de la non connaissance de chacun de ces deux milieux qui ne se côtoient que trop peu. Fin 2012, les acteurs vichyssois répondent à cet appel en créant un comité qui leur ressemble, alliant les forces et le réseau des ex Comité d’Expansion Economique de l’Allier (aujourd’hui Auvergne-Rhône Alpes Entreprises), Vichy Val d’Allier Développement (aujourd’hui Vichy Communauté Développement), la CCI, Pôle Emploi, la Mission Locale ou bien encore l’ex CGPME devenue CPME Allier.

Depuis ses débuts il y a 7 ans, le CLÉE de Vichy a solidement ancré ses racines et son quotidien dans une réelle co-animation Éducation Nationale/Entreprise avec notamment Cathie Berthet, très active depuis la création : « Beaucoup de CLÉEs aujourd’hui sont malheureusement co-animés uniquement par des acteurs de l’éducation. Nous avons la chance à Vichy d’avoir une chef d’entreprise très impliquée, qui a su fédérer de nombreux autres professionnels autour de cette cause apportant du positif à tous » insiste Catherine Wavrant, proviseur de lycée professionnel à Gannat.

Egalement membre du conseil d’administration de la CPME Allier, Cathie Berthet, dirigeante de Vichy Bureau entraine en effet avec elle, de nombreux chefs d’entreprise très sensibilisés à leur mission de partage et transmission : « Aujourd’hui, les chefs d’entreprise m’appellent pour me demander quand est  le prochain rendez-vous avec les jeunes. De leur aveu à tous, ils sont heureux de se rendre utile et de faire quelque chose qui a du sens et ça c’est vraiment positif ! ».

clee vichy

Simulation d’entretien d’embauche

Avancer ensemble

Si les différents CLÉEs de France fonctionnent selon leurs besoins et possibilités, tous ont en commun la volonté de créer du lien, pour mieux préparer l’avenir des actifs de demain et des entreprises qui ont besoin d’eux.

Ils donnent la possibilité aux jeunes d’aller à la rencontre des métiers porteurs sur leur territoire, d’avoir une meilleure connaissance de l’entreprise et de mieux comprendre l’offre de formation,  ainsi qu’un appui pédagogique aux enseignants dans la mise en œuvre du Parcours de Découverte des Métiers et Formations (PDMF).

Les actions du CLÉE répondent à une demande de plus en plus croissante d’une connaissance du monde économique émise par les enseignants, les familles et les élèves.

Pour mener à bien leur mission plusieurs actions sont mises en place : visites d’entreprises, simulations d’entretien d’embauche, conférences sur les métiers par filière… Les actions du CLÉE s’adressent à tous les collèges et lycées du bassin. La préoccupation de l’Education Nationale est de combattre les idées reçues sur un certain nombre de métiers. « Cette expérience permet aux élèves de se rendre compte qu’entre le monde de l’entreprise et celui de l’école, il y a des codes communs, une continuité dans ce qui est demandé en termes de savoir-être ou de savoir-vivre. »

En 2013, ce sont des entreprises du Bioparc qui ont ouvert leurs portes aux enseignants. Le 11 décembre 2018, c’est 58 élèves de Bac Pro et BTS du Lycée Albert Londres qui ont profité d’une première expérience d‘entretien d’embauche auprès de 8 professionnels du bassin de Vichy.

Cette année, l’entreprise Ligier a ouvert ses portes pour la visite d’une quarantaine de personnes du bassin de formation de Vichy (professeurs, principaux, proviseurs, Centre d’information et d’Orientation….) le 12 février, après qu’une présentation du panorama économique du bassin de Vichy ait été réalisée par Romain Chaber, directeur de l’Agence de développement économique de Vichy Communauté. “L’agence sera toujours mobilisée pour poursuivre la création de ponts entre le monde de l’enseignement et de l’entreprise, comme avec ce genre d’actions ou nos outils comme l’annuaire économique ou le site internet, référençant les acteurs du territoire” a indiqué Romain Chaber.

clee

Présentation du panorama économique par l’Agence de développement

Changer la vision que des adultes peuvent avoir des jeunes, faire tomber les préjugés d’un côté comme de l’autre, apporter une meilleure connaissance du monde économique, pallier le manque de réseaux de certains jeunes… les missions du CLÉE sont multiples.

Les prochaines actions du CLÉE :

21 mars 2019 : Les codes partagés pour les collèges à la CCI de Vichy, avec un focus sur l’apprentissage avec le CFA BTP, IFI03, CFA ENA, présentation des métiers de l’industrie ; manifestation co-organisée par Marie Helene Navarro (principale du collège Jean Rostand) et Brigitte Lagrange (en charge du décrochement scolaire).

Mai : « le commercial qui déchire »,  concours réservé aux élèves de bac pro commerce, BTS NRC et MUC  d’Albert Londres, Valery Larbaud et du Lycée d’enseignement privé de Vichy : sélection des meilleurs candidats pour finale en juin à Clermont-Ferrand, co-parrainé par le rectorat et la CPME Auvergne.

Juin : traditionnellement les chefs d’entreprises du bassin se mobilisent (20 en 2018) pour aider le Lycée Albert Londres sur les jurys d’oraux de BTS (commerce, communication, assistant manageur).

Contact CLEE :
http://ecole-entreprise.ac-clermont.fr/entreprise

Rédaction Bénédicte Rollet NOTA Bene, pour les carnets économiques de Vichy Communauté Développement.

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information des carnets économiques ?

Demandez à être inscrit sur notre liste de diffusion en écrivant à : communication@vichy-economie.com

APG AUVERGNE LIVRE LES GOURMANDS

Arrivé en 2012 sur le territoire vichyssois en provenance de Lille, Guillaume Dekeyser a vite étudié les forces locales, pour créer une société qui saurait allier la gastronomie auvergnate à la logistique facilitée de notre département Allier.  Au Panier Gourmand Auvergne (APG), propose aujourd’hui à plus de 2.000 Comités d’Entreprise de toute la France, des colis de savoureux produits en commande groupée ou coffrets cadeaux. Un marché de niche en plein essor qui augure de belles perspectives de développement.

« Notre métier ? Colisseur. De Lille à Marseille nous proposons aux CE des commandes groupées de produits authentiques allant de notre spécialité la salaison, au foie gras ou à la tapenade suivant les saisons » explique Guillaume Dekeyser, au milieu d’entrepôts dépouillés de leurs trésors culinaires. Il faut dire que les fêtes viennent de s’achever et que le lancement des premiers coffrets cadeaux a bien occupé l’équipe de 4 salariés. « Nous avons un métier avec une forte saisonnalité. Quand une offre est terminée, il est temps de se concentrer sur la prochaine et d’aller sur le terrain pour voir nos clients. Une étape primordiale pour parler de nos produits et fidéliser nos clients », insiste le fondateur d’APG Auvergne. Rentré après son BTS vente dans la grande maison Bouygues en 99, ce dernier a gravi les échelons un à un en apprenant sur le terrain, jusqu’à devenir développeur du réseau Grands Comptes. « Mais ma formation initiale étant limitée, j’ai vite compris que je ne pourrai plus progresser au sein de cette société. Je me suis donc mis à mon compte dans l’édition ». Après la fermeture de son réseau, il décide de venir travailler avec son épouse en Auvergne, où la qualité de vie les a séduit, pour poursuivre l’aventure d’APG lancée en 2008 dans le Nord.

Du goût avant tout

Conçue comme une entreprise familiale, dynamique et proche de ses clients, APG Auvergne a mis un point d’honneur a sélectionner des producteurs au savoir-faire exemplaire, principalement locaux notamment pour les jambons, rosettes et autres saucissons. D’autres mets sont aussi issus de fournisseurs lyonnais et catalans, autres experts de renom. Ces produits de salaison sont présentés dans 15/20 lots permanents (mais renouvelés chaque année) pour coller à toutes les envies de taille ou diversité de colis. Les clients peuvent ensuite, via leurs Comités d’entreprises piocher selon leurs goûts, dans 5 à 10 lots propres à chaque saison : fin février/avril, mi-mai/juillet, mi-septembre/mi-octobre et décembre. Par bons, envoyées par APG Auvergne ou après inscription sur le site cave-jambon.fr, la commande est facilitée au maximum. Quant à la préparation, elle est prise en charge la veille de la livraison autour de process rigoureux préservant la chaîne du froid et tout risque de détérioration, dans des colis individuels et personnalisés. Grâce à 3 transporteurs, opérateurs nationaux, la livraison s’effectue le lendemain entre 8h et 13h. « Ces offres groupées prédéfinies nous font gagner du temps, mais nous faisons aussi beaucoup de sur-mesure où nous nous adaptons aux envies des entreprises et CE ».

Du sur mesure pour l’avenir

Pour la première fois en décembre, APG Auvergne a testé un nouveau service de coffrets cadeaux. Une commande sur-mesure avec une possible recherche de nouveaux producteurs et produits selon les demandes ! Le concept a séduit notamment de belles entreprises locales comme la société Vuitton ou la MSA de Vichy. « Ce Noël 2018 a vu notre Chiffre d’affaire multiplié par 2 grâce aux coffrets cadeaux ! » se félicite le chef d’entreprise qui compte recruter en 2019, deux commerciaux, basés dans les locaux d’Hauterive, mais mobiles sur toute la France. « Nous allons basculer le budget de nos 50 salons annuels vers ces deux postes car nous nous sommes rendus compte de l’importance de la proximité. Si les salons permettent de se faire connaître, rien ne remplace le contact et la présentation en direct des nouveaux produits », bouillonne déjà Guillaume Dekeyser, heureux d’aller plus à la rencontre de ses clients fidèles et ceux à venir.

Pour cette année 2019, le chef d’entreprise souhaite aussi découvrir et développer des partenariats avec de nouveaux producteurs prêts à travailler avec lui, dans le respect du bon. « Je suis également allé à la rencontre de l’entreprise adaptée Visa pour l’Entreprise de  Creuzier le Neuf, afin de planifier l’externalisation de la confection des coffrets cadeaux de produits secs dans leurs ateliers. Un moyen de favoriser encore le développement local, grâce à une équipe pleine de ressources et au travail très qualitatif ».

Si Guillaume Dekeyser avoue que la vie d’entrepreneur est source de stress et contraintes, il ne changerait plus de vie, arborant fièrement un choix de liberté sans égal et la satisfaction de vivre en adéquation avec ses valeurs. Dans les 2 ans à venir, APG Auvergne devrait aussi chercher à se déployer dans des locaux plus grands. Autant de signes très positifs qui viennent récompenser l’engagement de toute une équipe.

Photo (de gauche à droite) : Nicolas, préparateur, Robin, commercial, Guillaume Dekeyser, Virginie, assistante commerciale

AU PANIER GOURMAND AUVERGNE

15 Rue de la République – 03270 HAUTERIVE

http://cave-jambon.fr/

09.74.77.00.10

saucissons@apg-auvergne.fr

Facebook : @apgauvergne

Rédaction Bénédicte Rollet, NOTA Bene pour les carnets économiques de Vichy Communauté Développement

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information des carnets économiques ?

Demandez à être inscrit sur notre liste de diffusion en écrivant à : communication@vichy-economie.com

 

 

 

Objectif Industrie !

Située au cœur du second bassin d’emploi auvergnat, Vichy Communauté offre des opportunités d’emplois dans des secteurs variés comme le commerce, le thermalisme, le tourisme ou l’industrie. Pour mettre en valeur le potentiel et le développement de cette dernière filière, les partenaires institutionnels et économiques, à l’initiative de Pôle Emploi, ont mis en place “Objectif Industrie”.

Avec ses 350 entreprises et 7 400 salariés, le bassin d’emploi de Vichy est un des bastions dynamiques de l’industrie en Auvergne. Des entreprises de grande envergure comme CAP l’Oréal, Ligier Group, NSE… sont implantées historiquement, véhiculant une image d’excellence bien au-delà de nos frontières. L’implantation de Renova à Saint-Yorre en 2016 ou Reinhausen confortant son site de production de Cusset en 2018 démontre également le pouvoir d’attractivité de Vichy Communauté auprès de grands groupes étrangers.

Un territoire qui possède de véritables savoir-faire et une main d’œuvre reconnue dans divers secteurs comme le luxe (Sofama, Fleurus), la santé (Laboratoire 7 Med, JCE Biotechnology, Ulimed…), l’aéronautique (Safran), l’automobile (Ligier Group), l’agroalimentaire (Allier Volailles, Arrivé Auvergne), l’électronique (NSE, Peinta…), la cosmétique (Cosmétique Active Production), le packaging/plasturgie (CTL Packaging, Zeller Plastik France)…

Alors que les perspectives sont plutôt réjouissantes en terme de travail, avec 500 emplois à pourvoir en 2019/2020 dans des entreprises de l’agglomération, il existe certaines difficultés de recrutement et d’adéquation entre demandeurs d’emploi et offres. « 4 des 8 métiers les plus en difficulté de recrutement sont dans l’industrie : conducteur d’installation automatisée, maroquinier, opérateur en découpe des viandes et technicien de maintenance » indique Olivier Laffont, directeur du Pôle Emploi Vichy.

Un plan d’action a alors été lancé courant 2018, #ObjectifIndustrie, regroupant Pôle Emploi, des acteurs du développement économique, des institutions et des entreprises du bassin. Avec un double objectif : mieux faire connaitre les métiers de l’industrie qui recrutent et améliorer l’outil de formation initiale et continue sur ces métiers.

C’est ainsi qu’une première opération voit le jour le 31 janvier 2019, au cinéma de Vichy, avec la projection de 4 films et des tables rondes pour aborder l’industrie en partant des idées reçues (un monde d’homme, des conditions de travail difficile…). Cette soirée dédiée aux demandeurs d’emploi leur permet de mieux appréhender le tissu industriel et de rencontrer des chefs d’entreprises. Une sorte de job dating dans un lieu inédit, permettant une autre vision de l’emploi industriel et un rapprochement entre employeurs et demandeurs d’emploi.
Parmi les entreprises intervenantes, Wavin, Tradival, Ligier Group et ACM France, évoquent la place des femmes dans l’industrie, le travail facilité par la robotique et l’innovation continue dans leurs domaines.

objectif industrie

Les films diffusés sur grand écran permettent aux spectateurs de découvrir, par l’intermédiaire de témoignages de salariés, l’entreprise et un des métiers exercé en interne. Tradival pour le secteur agroalimentaire, Sofama pour la maroquinerie, Wavin pour la plasturgie ou encore Valmont pour la mécanique ont ainsi été les 4 premiers films diffusés, qui en appellent d’autres à venir et qui seront consultables sur différents supports de communication (réseaux sociaux, sites internet, notamment de Vichy Communauté Développement et de Pôle Emploi).

videos objectif industrie

Cliquez sur l’image pour accéder aux films

“Cette opération de valorisation de l’industrie sur le territoire de Vichy Communauté, s’inscrit dans la suite logique du travail de l’Agence de développement économique de l’agglomération de VICHY.
La valorisation des savoir faire, la performance des dirigeants et l’excellence technologique des produits conçus et fabriqués dans ce bassin d’emploi très diversifié , sont des réalités que chacun se doit de découvrir et promouvoir.” indique Romain Chaber, directeur de l’agence de développement économique.

De son côté, la Communauté d’agglomération a consacré son dernier magazine aux entreprises locales qui recrutent, avec des portraits, les postes à pourvoir, les filières qui vont embaucher.

C’est aussi l’occasion pour Pôle Emploi de rappeler ses actions sur l’ensemble des métiers en tension en finançant de nombreux parcours de formation pour les demandeurs d’emploi. « Nous déployons également des recrutements par le biais de tests par habileté pour ouvrir des offres d’emploi à des personnes sans expérience. Plus de 350 recrutements ont eu lieu grâce à cette méthode en 2018 » commente Olivier Laffont.

Et François Ligier, président de Vichy Communauté Développement, de conclure : “Oui un territoire peut combiner le sport et la santé, le commerce et l’industrie, la formation et la silver economie. C’est le moment de faire retrouver les chemins de l’industrie aux nouvelles générations comme aux demandeurs d’emploi. De belles opportunités existent dans l’industrie sur ce territoire ambitieux et dynamique avec de vrais métiers à la clef. Soyons tous les ambassadeurs de ces emplois à pourvoir.”

Partenaires de l’opération

 

Christophe Vernizeau pour les Carnets économiques du territoire de Vichy Communauté Développement

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information des carnets économiques ?

Demandez à être inscrit sur notre liste de diffusion en écrivant à : communication@vichy-economie.com

Marianne Sansorgné forme aux métiers du cuir

Pour beaucoup de vichyssois, la Maison SINTUREL est depuis plus d’un siècle synonyme de l’artisanat d’excellence autour des métiers du cuir. Marianne Sansorgné, maroquinière et formatrice, fait revivre depuis un an ce haut lieu du savoir-faire local. Un atelier/boutique où particuliers et professionnels viennent se former à la maroquinerie, filière locale en plein recrutement, et découvrir des créations uniques.

C’est en 1906, que le nom SINTUREL se fait connaître à Vichy, lorsqu’Henry fonde l’entreprise familiale au numéro 44 de la rue de Paris. Il y présente d’abord des équipements pour cheval et quelques porte-monnaie pour hommes. Puis les années 1920 verront se dessiner les sacs à mains pour dames, grâce à son fil Jean Sinturel. Implanté et toujours bien présent à Clermont-Ferrand, ce grand nom s’était malheureusement et progressivement effacé à Vichy, au profit de magasins de prêt à porter. L’année dernière, Philippe Sinturel, propriétaire des lieux, propose à sa filleule maroquinière, de reprendre la boutique après de grands travaux. C’est comme cela, qu’en février dernier, Marianne Sansorgné fait renaître le nom de la maison vichyssoise, tout en mettant en lumière le sien, cousu  au fil d’une belle expérience.

Entre établis anciens et machines modernes, la maroquinière nous explique son parcours professionnel : « Après un BAC Pro à l’école du vêtement sur mesure Marie maison sinturel  vichyLaurencin à Riom, j’ai été piqueuse chez Louis Vuitton à St Pourçain sur Sioule pendant 6 ans. Une petite main comme on nous appelle, pour une très bonne école professionnelle où l’on apprend au quotidien. Mais j’aimais créer et j’ai eu envie de continuer à me former pour dessiner mes produits ! ». Grâce à un Contrat Individuel de Formation (CIF) Marianne Sansorgné apprend le travail méticuleux du Bureau d’Etudes à Cholet. « J’ai eu la chance de faire deux stages à Semur en Oxois, chez le plus gros sous-traitant maroquinier français qui m’a ensuite recrutée. Une belle expérience où j’ai forgé mon savoir-faire autour des plus grandes marques Hermès, Lancel, Chanel… Connaître et maitriser toutes les techniques de ces grandes références du luxe mondial était plus qu’enrichissant », explique-t-elle des étincelles encore dans les yeux. La talentueuse maroquinière accepte ensuite avec humilité de recommencer au début et à un poste moins qualifié chez Hermès. « J’y ai appris le cousu-main emblématique de la marque », et hop, une autre belle corde à son arc ! Voulant se rapprocher de son Vichy natal, elle restera ensuite 3 ans au sein du Bureau d’Etudes de SOFAMA, avant de transmettre sa passion au lycée professionnel DESAIX de St Eloy Les Mines. « Je me rends compte que finalement peu d’artisans transmettent, alors que nos métiers se perdent. J’avais envie de parler et enseigner cette passion et ce travail d’art », insiste-t-elle.

Former à un métier d’avenir

D’abord en complément de son métier d’enseignante, Marianne se lance donc aussi dans la formation. « L’implantation locale de grands noms de la maroquinerie, fait que beaucoup de gens sont intéressés par le secteur. Mais encore faut-il savoir si ce métier plait et est fait pour vous ? ». En 100h de formation, la maroquinière d’expérience pose donc les bases d’un savoir-faire qui s’enrichit au fil des ans et d’une pratique quotidienne. Sans connaître les tests des grandes maisons locales, elle permet aux potentiels candidats de se « frotter » au cuir, aux machines et aux gestes assurés qu’exigent ces métiers. « Je ne garantis pas l’embauche, mais de se sentir plus à l’aise et découvrir ce métier si riche. Entre les débuts et fins de stages, les évolutions sont toujours impressionnantes » s’enthousiasme celle qui adore partager ses talents. Possédant toutes les machines indispensables à la confection d’objets en cuir, cette artisan rassure et guide vers des métiers en devenir, qui croient plus que jamais en la force de l’humain et de ses talentueuses mains. Marianne Sansorgné accueille aussi régulièrement d’autres artisans comme des tapissiers, en quête de diversification et d’une nouvelle spécialisation, mais aussi des couturières indépendantes souvent autodidactes, ayant besoin de se perfectionner aux techniques spécifiques du cuir. « Je forme également en entreprise des opérateurs, notamment auprès de CT Cuir, sur la région lyonnaise. Mon expertise soulage les équipes en interne ».

maison sinturel vichy

Marianne Sansorgné, une créatrice inspirée

Si l’envie de départ n’était que de former ceux qui passent sa porte, la maroquinière a pu constater que sa grande et lumineuse vitrine méritait d’exposer elle aussi de beaux produits. Alors les créations 100% françaises made in « Marianne Sansorgné » sont aujourd’hui présentées, au milieu des meubles patinés par le temps, des machines toujours à l’ouvrage et des peaux de la maison Sibel de Thiers : « Une maison de grande qualité qui rachète des chutes de cuir aux plus grandes marques de luxe, ce qui garantit un cuir magnifique ». De nombreux clients ont depuis craqué pour son sac signature en forme de V et goutte d’eau, hommage à la cité thermale. Sacoches de pétanque, portefeuille, sacs en toile et cuir, pochettes de soirée et autres ceintures sont aussi très convoités. « Je n’ai peur de rien alors je teste pleins de choses avec des mélanges de matières pour rendre mes créations accessibles au plus grand nombre. Je réalise aussi beaucoup de sur mesure, à l’écoute des envies de mes clients, en quête d’originalité et de produits fonctionnels ». Former, vendre ses créations, vivre de ce métier de passion, Marianne Sansorgné ne regrette rien et surement pas d’avoir franchi le cap de l’indépendance totale il y a quelques mois.

La Maison Sinturel s’assure, avec Marianne Sansorgné, de nouveaux beaux jours dans le paysage vichyssois !

Atelier Cuir Marianne (Maison Sinturel)

44 rue de Paris – Vichy

Tél : 07 82 53 14 47

marianne.ssg49@gmail.com

 

Rédaction Bénédicte Rollet, NOTA Bene pour les carnets économiques de Vichy Communauté Développement.

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information des carnets économiques ?

Demandez à être inscrit sur notre liste de diffusion en écrivant à : communication@vichy-economie.com

 

 

Cap sur l’Europe pour Valmont France

Installée depuis 1972 à Charmeil, l’usine Valmont France est le leader français de la fabrication de mâts en acier et aluminium dans le secteur de l’éclairage, de la mobilité, du transport d’énergie et des Telecoms. Un savoir-faire reconnu s’appuyant sur la force d’un groupe mondial, associée à la « French Touch », qui porte et partage fièrement les valeurs et le savoir-faire des industries Françaises.

D’abord créée à Cusset dans les années 50 sous le nom de S.E.R.M.E.T.O, Valmont développe équipements pour machines-outils, avant de se positionner sur le marché des mâts en acier pour l’éclairage dans les années 70 à Charmeil. Depuis, son programme d’investissement et de diversification de l’offre n’a jamais cessé, évoluant au gré des avancées technologiques et besoins mondiaux. En 1984, l’entreprise rachète l’usine TUBALCO – PECHINEY CEGEDUR, à Rive de Gier dans la Loire, pour ajouter la production d’aluminium au savoir-faire de ses équipes. 5 ans plus tard, les deux sociétés sont acquises par le groupe américain Valmont Industries, fondé en 1946 par Robert Daugherty dans le Nebraska.  Un groupe aux 4 domaines d’activités principaux : Irrigation, Produits d’infrastructures via une gamme complète de mâts et structures (dont fait partie Valmont France), Utility avec des supports de lignes électriques et la Galvanisation pour plus de 105 sites de production et 11 000 collaborateurs dans le monde.  En fusionnant les deux sites nationaux en 2004, le groupe fait naître Valmont France, dirigé par François FAYET comptant actuellement 260 salariés permanents et une trentaine d’intérimaires.

Une entreprise toujours en évolution

« Entre 2005 et 2007, Valmont France a vécu les grades étapes logiques et nécessaires de la robotisation de la production. Puis en 2008, nous avons créé une ligne de peinture polyester Zéro rejet. Un savoir-faire devenu indispensable en interne, avec le développement grandissant des produits peints. Nous avions besoin d’un service flexible et adapté à nos besoins spécifiques pour un gain de temps et des coûts réduits », explique François Fayet. Les innovations et investissements s’enchainent alors régulièrement au sein du groupe français : mise en place du process Lean Management Amélioration Continue (qui vise l’amélioration des performances de l’entreprise par le développement de tous les employés), sortie en 2015 du premier catalogue « Collection Fonctionnelle » intégrant les émissions de CO²… La consécration et reconnaissance mondiale viendra du Qatar en 2016, avec la production, livraison et l’installation de 272 colonnes lumineuses calligraphiées de 28 mètres de hauteur, équipées d’un système mobile à rail. Des colonnes qui habillent désormais de lumière, les 8 km d’autoroute reliant le New Doha International Airport à la corniche de Doha. Un contrat qui est devenu une vitrine mondiale de l’expertise de Valmont France. « Ce fut une étape majeure pour nous car nous avons grandi avec ce projet très technique, sur lequel 2 concurrents avaient dû jeter l’éponge avant nous. Reconnue pour la force de son ingénierie, notre équipe a résolu de gros problèmes techniques en alliant des systèmes d’habillage très différents dans des conditions de chaleur extrême, tout en assurant un service logistique qui a fait la différence. Nous avons livré sans aucun retard, même avec 10 mats à produire chaque semaine », insiste François Fayet.

Des réalisations très diversifiées

Grâce à son Bureau d’Etudes réunissant 25 collaborateurs dédiés à la production, au support commercial ou au développement, Valmont France peut répondre à des demandes très variées : support de lanterne, masques lumineux, mat d’éclairage de stade, mats de tramway… « Les architectes, urbanistes ou les bureaux d’études éclairage ou embellissement sont souvent nos prescripteurs. Nos clients sont eux le plus souvent des collectivités et des clients installateurs répondant à des marchés publics. Depuis plusieurs années, nous nous démarquons sur notre gamme décorative pour échapper à l’ultra concurrence des produits fonctionnels », explique l’équipe de Valmont France. En 2018 le lancement du nouveau catalogue déco, a permis de valoriser ce savoir-faire incluant une nouvelle gamme baptisée « Smart Jalousie », tandis qu’en 2019 un livre/catalogue présente une large collection de « Prêt à Porter Lumières ». Des mats graphiques et design, acteurs de l’embellissement des villes comme le long des berges de l’Allier sur la rive vichyssoise, et prochainement sur celle de Bellerive-sur-Allier. Aujourd’hui, Marseille, Lyon ou Palavas les Flots affichent aussi fièrement le savoir-faire de Valmont France. Leader français dans la conception et fabrication de Mobilier d’Éclairage Urbain en Acier et Aluminium, l’entreprise fabrique annuellement 100.000 mâts en acier et 20.000 mâts en aluminium  pour 1.250 clients.

 

Les ambitions 2019

Après avoir réalisé la ligne du Boulevard des Maréchaux à Paris, une des ambitions principales de Valmont France, est le développement de la gamme de mats pour les tramways, avec en ligne de mire le Grand Paris et les JO 2024. « Nous souhaitons également en 2019, profiter de l’implantation de Valmont en Europe, pour nous déployer dans les grandes villes européennes. Nous serons, par exemple, présents en avril au salon parisien, Materials & Light pour présenter notre gamme de mats tramway », annonce François Fayet. Une volonté d’internationalisation qui ne viendra pas changer un des points forts de l’entreprise : son travail en local. S’appuyant sur la qualité et l’expertise d’Arcelor pour son acier, Valmont France collabore en effet depuis très longtemps avec des entreprises locales comme Galva Eclair (St Pourçain sur Sioule) ou les Transports Bourrat (Yzeure), dans une relation de proximité et de confiance qui fait aussi la différence !

Mais la force de Valmont France réside avant tout dans l’esprit d’équipe et de service qui anime ses collaborateurs et collaboratrices : « Des hommes et des femmes qui aiment leur entreprise et leur métier et sont entièrement dévoués à l’objectif de satisfaction complète qui est due aux clients » insiste l’équipe dirigeante de François Fayet. « Un des grands enjeux d’avenir sera de planifier un plan de succession et de remplacement des générations, pour un transfert de compétences et de savoirs indispensable à la pérennité du groupe ». Une quinzaine de recrutement est ainsi prévue sur 2019 avec principalement des ouvriers qualifiés pour les machines spéciales : opérateurs régleurs, ouvriers finitions, soudeurs… ainsi que des techniciens de Bureau d’Etudes méthode ou imagerie.

Valmont France

https://www.valmont-france.com/

Rue des Martoulets, 03110 Charmeil

04 70 58 86 86

Photo équipe : De gauche à droite : Jean-Claude NICOLAS – chef d’atelier, Christophe VOZELLE – opérateur Presse Automatique, François FAYET – Directeur de Sites, Hervé CHAMPAGNAT – Directeur de production, Stéphane BASSOT – Chef d’équipe Chaine standard

Voir la fiche de Valmont France

Rédaction Bénédicte Rollet, NOTA Bene pour les carnets économiques de Vichy Communauté Développement

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information des carnets économiques ?

Demandez à être inscrit sur notre liste de diffusion en écrivant à : communication@vichy-economie.com

Sediver, leader mondial de l’isolateur en verre trempé

Il y a 120 ans, la ville de Saint-Yorre voyait son premier four de verrerie s’allumer… Une passion et excellence verrière qui conduisait à la création et au développement du groupe Sediver. Si son rayonnement est aujourd’hui mondial, Saint-Yorre abrite encore le cœur et la tête d’un savoir-faire à la pointe des innovations d’aujourd’hui et demain.

Fondée en 1898 à St-Yorre, l’entreprise Sediver est aujourd’hui le leader mondial incontesté de l’isolateur en verre trempé, équipant des lignes très haute tension (jusqu’à 1000 kV en courant alternatif et 800 kV en courant continu), avec 12 millions d’unités produites chaque année ! À la fin des années 50, l’entreprise est l’un des premiers fabricants à développer des isolateurs en verre trempé pour les applications de lignes de transport aériennes, à courant alternatif haute tension HVDC (High Voltage Direct Current) ou installations à courant continu haute tension (CCHT). Grâce à d’importants programmes de R&D, l’équipe de recherche introduit un nouvel isolateur à courant continu à la pointe de la technologie, en verre trempé à haute résistivité (HRTG) au milieu des années 1980. Depuis 1955, le groupe fournit également des isolateurs de caténaires à de nombreuses compagnies de chemin de fer. Une expertise, reconnue et valorisée notamment par la sélection et la qualification du groupe par la SNCF en tant que fournisseur du TGV, aux critères de sécurité et de fiabilité très stricts. 150 pays regroupent aujourd’hui 500 millions d’isolateurs produits dans les usines du groupe, installées en Italie, Chine ou aux Etats Unis. Sediver, dirigé depuis 2 ans par Jean Nakache, a aussi implanté son savoir-faire et ses bureaux commerciaux au Brésil, au Canada et depuis cette année en Algérie. Une stratégie de proximité, qui met l’agilité des équipes au service de leurs clients mondiaux.

St-Yorre, au cœur d’une renommée mondiale

Il y a 120 ans, le feu des fours de St-Yorre brûlait pour la fabrication de bouteilles en verre. Un objet du quotidien, qui façonna le savoir-faire des équipes et leur passion pour cet art verrier aux multiples applications. De développements techniques en nouveaux procédés de fabrication, l’application des techniques verrières s’est peu à peu dirigée vers le domaine de l’isolation électrique dans les années 1930. « C’est bien ce site de Saint-Yorre qui est le creuset de la société et de son activité, et ceci grâce à la variété des compétences et l’engagement de ses équipes », martèle le Pdg Jean Nakache. Après des heures difficiles et douloureuses sur le territoire, conduisant à la fermeture des fours pour s’adapter aux évolutions du marché, Sediver a néanmoins continué à puiser dans ses racines locales. St-Yorre maintient encore, et on le sait peu, le cœur de l’entreprise, regroupant 21 salariés dans des équipes centrales de Recherche & Développement, d’Assistance technique, ainsi que sa Direction Industrielle et la Direction Qualité.

Décharge électrique sur isolateur

Un centre de Recherche à la pointe des dernières technologies

Ces équipes s’appuient sur des laboratoires et technologies de pointe, présents à St-Yorre et sur l’autre site français de Bazet dans les Pyrénées. Des installations rares et reconnues au plan mondial qui permettent de créer et de garantir le niveau d’excellence de Sediver. Le laboratoire central de Recherche de St-Yorre, dirigé par le directeur scientifique Jean Marie George, développe ainsi continuellement de nouvelles technologies innovantes et améliorent celles existantes, pour fournir des produits et services à haute valeur ajoutée pour ses clients. « Nos ingénieurs et scientifiques R & D se concentrent constamment sur de nouveaux matériaux, produits, conceptions et technologies qui aideront les clients à améliorer les performances et/ou la fiabilité de leurs systèmes tout en réduisant l’impact sur l’environnement», insiste l’équipe. Sediver propose aussi une assistance à toutes les étapes des travaux d’isolation de ligne : conseils dans le choix des solutions isolantes, programmes d’essais et d’évaluation, programme de recherche commun pour aider à résoudre des problèmes de conception ou d’isolation de lignes spécifiques, formation d’équipe de maintenance sur le terrain…

Les activités de recherche du site s’attachent particulièrement en ce moment, à la nanotechnologie des surfaces et aux isolateurs intelligents (smart grid). Tous peuvent s’appuyer sur un laboratoire multidisciplinaire de chimie des matériaux, de mécanique et d’électricité à très haute tension, ainsi que des salles de vieillissement et de simulation des performances des lignes électriques, dans des conditions de pollution environnementale particulières. Chaque année, les publications internationales des experts de St-Yorre, permettent à Sediver d’être très actif dans les activités de normalisation de la profession au niveau mondial. « Si Sediver est mondialement reconnu et est toujours le leader mondial, c’est bien évidemment pour la qualité de ses produits, mais c’est avant tout pour l’ensemble de son expertise, et cette expertise, on la trouve en grande partie ici, à St-Yorre » tient à rappeler Jean Nakache.

Générateur de foudre

Innovations

En garantissant une seule norme de qualité interne utilisée dans toutes ses usines, Sediver conçoit et installe des isolateurs conformes aux normes nationales et internationales les plus strictes. Par rapport aux autres produits concurrents, la plus faible quantité d’énergie requise pendant la production et le poids réduit des composants métalliques, font des isolateurs Sediver les plus écologiques sur le marché.

Misant depuis toujours sur l’innovation et le coup d’avance qui a fait sa réputation, Sediver a conçu Sedicoat Glass, des isolants en verre revêtus de silicone Sediver RTV : « En cas de pollution extrême, il devient nécessaire de laver les isolants en verre traditionnels ou en porcelaine afin de réduire les risques d’arc électrique dans des conditions critiques. Les isolants composites peuvent être utilisés dans de tels cas, mais l’expérience sur le terrain montre que leurs avantages sont souvent compensés par des difficultés de diagnostic, d’inspection et d’une durée de vie inférieure de moitié par rapport au verre trempé» explique l’équipe. Sedicoat, le verre à revêtement de silicone Sediver RTV a donc été pensé pour éliminer le besoin de lavage dans les environnements extrêmement pollués, tout en conservant les propriétés inhérentes au verre trempé. Plus de 2 millions d’isolants en verre trempé revêtus de silicone Sediver RTV sont aujourd’hui en service dans le monde. Dernière innovation, lancée en août 2018, “Sediver Smart’R Suite, une solution de maintenance prédictive, utilisant la technologie des objets connectés directement installés sur les lignes électriques permettant aux clients Sediver d’obtenir un taux de service plus élevé, en rationalisant les activités de maintenance et réduisant les coûts.

Des innovations qui viennent se rajouter à la longue liste de celles qui font, depuis 90 ans, la force des isolateurs en verre Sediver !

Sediver

Avenue de Thiers – Saint-Yorre

www.sediver.com

04 70 41 04 10

Pour en savoir plus : youtube Sediver research Center / http://www.sediver.com/about_us/videoRandD_VFR.html

 

Rédaction Bénédicte Rollet NOTA Bene pour les carnets économiques de Vichy Communauté Développement.

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information des carnets économiques ?

Demandez à être inscrit sur notre liste de diffusion en écrivant à : communication@vichy-economie.com

L’Étincelle ouvre à l’Atrium : un tiers-lieu pour favoriser l’intrapreneuriat

Venu inaugurer le nouvel « espace de partage et d’opportunité » animé par L’Étincelle, Faustin Falcon représente le parrain idéal. Le président de Pecheur.com a partagé mardi dernier son expérience de « la transformation sociale de l’entreprise » initiée et vécue de l’intérieur.

Il y a un peu plus d’un an que Vincent Bouyssou (dirigeant de l’agence digitale TroisPointZero) et Gabriel Olekhnovitch (responsable de la stratégie web d’une société de e-commerce) ont allumé L’Étincelle avec l’Atrium comme camp de base.

À sa naissance, trois bonnes fées se sont penchées sur son berceau : Vichy Communauté, premier partenaire à soutenir ce projet qui dynamise le numérique sur son territoire, l’agence économique Vichy Communauté Développement qui accompagne l’association et Auvergne-Rhône-Alpes Entreprise qui relaie ses actions.

Adeline Fradet (trésorière), Vinent Bouyssou (président) et Gabriel Olekhnovitch (secrétaire) de l’Etincelle

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues !

Ouverte à tous types de sujets et d’échanges, l’association accueille tous les adhérents, qu’ils soient actifs (indépendants comme salariés), demandeurs d’emploi ou étudiants. Ils doivent avant tout être désireux d’intégrer la communauté des acteurs économiques du territoire engagés dans cette démarche d’innovation participative.

L’Étincelle fonctionne en réseau avec d’autres associations auvergnates (Le Connecteur, Digital League, BourboNext, etc.) et des tiers-lieux de Clermont-Ferrand (Epicentre Factory), Moulins (Connecting Bourbon) ou encore le Mayet-de-Montagne.

Depuis octobre 2017, les initiatives portées par ses soins se succèdent au sein de l’Atrium. La première aventure entrepreneuriale a été racontée par Charles Marginier, qui avec son équipe clermontoise a su passer du media social Firerank à l’application Oh My Quiz, la première émission de quiz en direct sur smartphone. Des ateliers ont régulièrement été organisés et ce nouvel espace a déjà reçu les Master SIPPE fin octobre pour des présentations sur des sujets d’actualités (Blockchains, Intelligence artificielle, etc) ouvertes au public.

Un premier chantier concrétisé

Ce 18 décembre, quatorze mois après l’allumage de L’Étincelle, les deux entrepreneurs-fondateurs se sont réjouis de pouvoir inaugurer en présence de leurs partenaires, un tiers-lieu à la hauteur de leurs ambitions collectives. Aménagé au premier étage de l’Atrium, il propose ses 234 m2 de locaux judicieusement (et chaleureusement) aménagés. Situé à proximité immédiate de la gare de Vichy, ce tiers-lieu constitue un « sas de décompression » et de co-création, proposé aux personnes qui veulent se connecter, travailler, se former ou simplement se rencontrer.

Disposant de canapés ou de bureaux individuels, ses différents espaces se prêtent aussi bien aux réunions de groupes qu’au coworking au calme, voire aux échanges plus confidentiels. Sophie et Annaëlle, en service civique à Vichy Communauté, assurent l’accueil sur place, ainsi que l’animation des lieux où des ordinateurs vont être installés en 2019. Ainsi que le souligne Vincent Bouyssou, « cet endroit veut devenir le point de ralliement des savoirs et des talents locaux autour du numérique envisagé comme un vecteur de communication à la portée de tous. »

Tous intrapreneurs !

Tel est le message transmis par Faustin Falcon qui a présenté le mode de fonctionnement déployé ces dernières années au sein de Pecheur.com. Sa cinquantaine de salariés se voit aujourd’hui pleinement engagée dans la réussite de l’entreprise, chacun des collaborateurs se trouvant reconnu dans une organisation pyramidale remise à l’horizontale. Un nouveau modèle qui s’avère en phase avec les entreprises actuellement présentes à l’Atrium, à l’image de TroisPointZero et Whisperies.

Faustin Falcon a répondu aux questions d’après conférence

“L’association l’Etincelle favorise les rencontres et les échanges entre les entrepreneurs, notamment du numérique, et génère une formidable énergie positive. Avec la pépinière, l’hôtel d’entreprises et les locations de salles de court durée, l’espace de coworking complète l’offre d’accueil de l’Atrium et constitue de nouvelles sources d’attractivité pour notre territoire” indique Romain Chaber, directeur de l’Agence de développement économique de Vichy Communauté.

L’Étincelle n’entend pas s’arrêter en si bon chemin et va propager sa flamme avec l’organisation d’un premier Startup Week-end du 22 au 24 mars prochain. Avis aux porteurs de projet, développeurs et autres contributeurs de l’innovation territoriale !

 

Tiers-lieu l’Étincelle ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 18h30

Atrium : 37 avenue de Gramont Vichy. Tél. : 04.63.01.10.85.

Gratuit jusqu’à fin décembre 2018

A partir de janvier 2019 : 4€/heure plein tarif -2,5€/heure (étudiants, adhérents et demandeurs d’emploi)

Pour en savoir + : www.facebook.com/etincellefamily

Textes Véronique Durupt /Carnets économiques de Vichy Communauté Développement

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information des carnets économiques ?

Demandez à être inscrit sur notre liste de diffusion en écrivant à : communication@vichy-economie.com

ARBOREA, la belle pousse devenue grande

Cet été, la société ARBOREA, spécialisée depuis 1998 dans la gestion, expertise et transaction forestière a connu un vent de nouveautés. Philippe Imbert a en effet cédé sa place de dirigeant à son salarié depuis 18 ans, Pierre Fargevieille, qui a ensuite déménagé la société de Vichy à Bellerive sur Allier. Un nouveau départ, pour une société qui garde toute l’expertise qui a fait sa renommée dans le monde forestier.

Bien installés dans leurs nouveaux locaux de la place de la Paix à Bellerive sur Allier, les 3 salariés d’ARBOREA ont pris leurs marques rapidement. C’est désormais Pierre Fargevieille, expert forestier qui dirige cette société unique sur le bassin vichyssois. Une suite logique et anticipée pour celui qui est arrivé chez ARBOREA il y a 18 ans, comme technicien forestier : « J’ai réalisé mon stage de seconde chez un expert forestier et ce métier m’a tout de suite plu. J’ai ensuite obtenu un BTA Brevet de Technicien Agricole puis un BTS Brevet de Technicien Supérieur, pendant lequel j’ai fait plusieurs stages chez Antoine Huguet, un des anciens associés de Philippe Imbert, au sein d’ARBOREA. 2 jours après mon service militaire, la société a fait appel à moi pour les soutenir dans les expertises d’assurance après la grande tempête de 99. Je suis toujours resté dans la société depuis ». Passionné par son métier, Pierre Fargevieille a passé depuis le titre d’expert forestier, délivré par agrément de la commission du Conseil National de l’Expertises Foncière Agricole et Forestière (CNEFAF). Un titre protégé qui demande une formation annuelle pour le conserver. « Je suis en train également de déposer un dossier pour devenir expert judiciaire et nous sommes membres du réseau français des Experts Forestiers de France » explique le nouveau dirigeant. Assisté de Martine Thouvenet, en charge de la partie administrative et du système d’information géographique (SIG) et de Nicolas Biou, technicien en charge d’une partie de la forêt de Randan, Pierre Fargevieille développe les 3 grands axes de missions d’ARBOREA.

Pierre Fargevieille, au centre, entouré de Martine Thouvenet et Nicolas Biou

Expertise

Dans une forêt ou en zones urbaines, ARBOREA réalise des missions d’expertise forestière amiable et bientôt judiciaire, pour des clients privés et public. Le rapport d’expertise forestière, fait état d’une valeur économique, d’un état sanitaire, ou des deux, en vue d’un transfert de propriété, d’une déclaration fiscale, d’une expropriation ou d’un diagnostic. Conflits de voisinage et détermination de la distance légale d’un arbre, en limite de propriété, font aussi partie des affaires les plus courantes. « Un arbre, jusqu’à 2 mètres de haut doit être au minimum à 2m de distance du terrain voisin, sinon c’est à plus de 2 m qu’il doit se trouver. Il existe néanmoins une prescription pour les arbres trentenaires » répètent souvent les experts, qui sont les seuls à détenir ces clés précises et légales. L’expertise peut aussi être demandée par des assurances en cas d’évènements climatiques et naturelles comme la  neige, la grêle, l’incendie ou le vent. ARBOREA est aussi très demandée par des services espaces verts, collectivités ou sociétés d’autoroutes pour des expertises sécuritaires : « Cela passe souvent par des appels d’offres de 5 ans. Nous travaillons ensuite à évaluer la valeur des arbres d’agrément et d’ornement ou leur état sanitaire et sécuritaire notamment dans les cours d’écoles, lieux publics, jardins… Les villes de Cusset, Gannat, Clermont-Ferrand, Riom, Grenoble, Lyon, Argenteuil ou Lambersart nous ont déjà fait confiance dans ce domaine », se félicite Pierre Fargevieille, qui entraîne ses équipes dans toute la France. Ces appels d’offres sont réalisés en partenariat avec d’autres cabinets d’Experts ou seul.

Gestion forestière -Sylviculture

ARBOREA est aussi un allié de choix pour des conseils techniques (coupes et travaux), administratifs, juridiques en gestion forestière, autorisation de défrichage, plan de gestion…

« Une société comme la nôtre, rédige aussi les documents de gestion sur la base du Schéma Régional de Gestion Sylvicole, comme le Code de Bonnes Pratiques Sylvicoles (CBPS) ou le Règlement Type de Gestion (RTG), qui comprend notamment l’élaboration de la Cartographie forestière ». ARBOREA met, dans toutes ses missions, un point d’honneur à appliquer les principes de gestion durable des espaces forestiers, tout en entretenant des relations privilégiées avec les divers acteurs du monde forestier (certification, traçabilité des bois, environnement).

Immobilier forestier

Les experts de la société dédient également une partie de leurs activités aux transactions immobilières forestières, de l’estimation à l’acte de vente. « Aujourd’hui les plus gros portefeuilles forestiers français appartiennent à des banques et assurances. Un investissement forestier recherché, pour sa fiabilité et ses performances sur le long terme » explique le dirigeant d’ARBOREA, qui présente des mandats de recherche ou de vente. La société mène aussi des audits forestiers de contrôle indépendants, commandés par des propriétaires pour s’assurer du travail réalisé par leur gestionnaire forestier. Un savoir-faire varié qui laisse peu de temps à la rêverie en forêt… Pour répondre à ses nouvelles réalités et questions de chef d’entreprise, Pierre Fargevieille a décidé de s’appuyer sur d’autres experts locaux.

Faire confiance aux réseaux locaux

« Je voulais trouver de nouveaux locaux plus visibles et lumineux. J’en ai parlé à l’équipe de Vichy Communauté Développement et 15 jours après j’avais 3 propositions dont nos locaux actuels ! ». Un réflexe qui a fait gagner du temps à ce nouveau chef d’entreprise. Conscient des lacunes qui pouvaient être les siennes, Pierre Fargevieille n’a pas non plus hésité à suivre le « Parcours du Dirigeant » imaginé et animé par la CCI Allier. « Des proches m’avaient recommandé ce stage et ils ont eu raison. Je suis passé d’un statut de collègue à celui de chef, cela implique de travailler son management, mais aussi la gestion comptable ou des règles de marketing. Avec 10 dirigeants venus d’horizons et activités très différentes, on apprend vraiment de chacun et on se rend compte qu’on a souvent les mêmes problèmes ou difficultés. Alors pourquoi ne pas partager des solutions communes ? » se félicite le dirigeant, conquis par ce Parcours Dirigeant qu’il clôture prochainement. Soutenu par un prêt Initiative Allier, il a également pu racheter du mobilier de bureau pour aménager ses nouveaux locaux. De quoi commencer sereinement la belle aventure de l’entreprenariat et ancrer solidement ses racines dans le terreau local.

ARBOREA

4 place de la Paix – Bellerive sur Allier

www.arborea.com

04 70 97 89 89

 

Rédaction Bénédicte Rollet, NOTA Bene, pour les carnets économiques de Vichy Communauté Développement.

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information des carnets économiques ?

Demandez à être inscrit sur notre liste de diffusion en écrivant à : communication@vichy-economie.com

Des débuts remarqués pour les Studios 302

Depuis quelques mois, le territoire vichyssois peut compter sur une nouvelle agence de communication, Les Studios 302, spécialisée dans la gestion globale de productions audiovisuelles. Portée par 4 jeunes entrepreneurs issus des formations du Pôle Lardy, l’agence a su s’appuyer sur leurs complémentarités pour développer un lieu de création qui sait (presque) tout faire.

Après leurs DUT Métiers du Multimédia et de l’Internet (MMI) ou leurs licences Techniques du Son et de l’Image (TSI), Emmanuel Bourguignon, Vincent Perini, Octave Rubin et Louis Tanton ont traversé la rue avec conviction… Ces 4 jeunes diplômés, on en effet choisi d’installer leurs Studios 302 rue du Maréchal Lyautey, d’où ils aperçoivent encore leurs anciennes salles de cours. Un hasard ? Non plutôt une évidence pour ces amis ambitieux. Arrivés au terme de leurs études de technicien audiovisuel au Pôle Lardy de Vichy, ces 4 amis pouvaient : se séparer et travailler pour des sociétés déjà installées, ou bien faire de leurs singularités une force combinée, au sein d’une structure qui ne ressemble qu’à eux. Forts de leurs connaissances parfaites du travail de chacun et des dernières techniques audiovisuelles, d’une solide amitié, de matériel dernier cri, d’une passion à toute épreuve et d’une inventivité sans cesse renouvelée, ils décident de faire ce qui leur a toujours réussi : travailler ensemble ! Studios 302 était né ! Mais pourquoi rester à Vichy ?

« Parce qu’on aime cette ville et ce territoire, et qu’on a envie de devenir acteur de l’économie locale. C’était un vrai choix d’ancrer nos premiers pas d’entrepreneurs, ici à Vichy, où la concurrence est moins rude et où nous avons développé notre réseau après nos alternances en local et nos nombreux travaux d’études sur le bassin. Les Studios 302 ont ainsi à cœur de prouver qu’ici, on peut faire rimer qualité avec proximité », répondent-ils en chœur,  tout en insistant sur le fait qu’ils  répondent avec la même envie à toutes les missions où qu’elles soient. « On souhaite devenir acteurs de la vie de notre ville et développer une entreprise à notre image, jeune et innovante, tournée vers demain », insiste Louis Tanton.

4 professionnels complémentaires

Emmanuel Bourguignon, passionné par le milieu de l’audiovisuel, réalise un DUT Métiers du Multimédia et de l’Internet (MMI) à Vichy, pour l’approche globale qu’elle permet en communication. Son parcours se poursuit naturellement ensuite, par une licence professionnelle Techniques du Son et de l’Image qui lui permet de maîtriser tous les outils de la création audiovisuelle, tout en travaillant pour une agence de communication clermontoise. Louis Tanton, est né lui dans une famille de musiciens passionnés.  Batterie, guitare, basse et piano, ce multi-instrumentiste aime créer de la musique dans des styles et univers variés. Il conclut sa formation universitaire avec la Licence professionnelle Technique du Son et de l’Image. Octave Rubin se décrit comme un insatiable curieux des formes classiques et modernes du cinéma sources d’influence pour ses réalisations. Il a lui aussi suivi un DUT MMI et une spécialité « vidéo », lui permettant d’associer design graphique et cinéma. C’est lors  de son parcours « Techniques du Son et de l’Image » en Licence pro de l’IUT d’Allier, qu’il rencontre ses futurs associés.  Vincent Perini est lui porté par un fort engouement pour le monde de l’image en général et du cinéma en particulier. Il fut d’ailleurs l’un des étudiants organisateurs du festival du court-métrage de Vichy. Diplômé du DUT MMI, option audiovisuel de Vichy, Vincent a travaillé en service civique au Back Step Café/Théâtre de Vichy, en tant que chargé de communication et polyvalent du spectacle. De quoi l’ouvrir à d’autres formes d’art et de culture, enrichissant sa palette d’influences. « Ensemble nous avons créé une entreprise qui nous ressemble et dont nous sommes fiers. A nous maintenant de nous nourrir de chaque rencontre et de rester curieux sur le monde qui nous entoure pour toujours développer notre créativité » insiste Octave.

Son/Vidéo/Infographie pour un projet global

Une agence et des Studios avec un s, car elle mêle la force de 3 pôles complémentaires, Son, Vidéo et Infographie, dirigés par les 4 entrepreneurs dans le vent, qui sont persuadés qu’il n’y a pas d’âge pour commencer. « Nos 3 Pôles peuvent fonctionner de manière indépendante ou en complémentarité, pour la gestion globale de tout projet de production audiovisuelle. Nous avons des spécialités, mais la force du groupe nous permet d’avoir plusieurs regards croisés sur chaque aspect des projets », précisent-ils.

Louis Tanton dirige le pôle son. Véritable singularité dans le paysage local, ce pôle inscrit une réelle plus-value artistique aux Studios 302, pouvant réaliser toute création d’identités sonores, compositions originales de musiques, mixage, captation, voix off, messageries et répondeurs, jingle radio, pubs cinéma, prise de son en tournage … « Ce pôle facilite notre travail car Louis inverse les contraintes, en créant des musiques et des sons originaux qui s’adaptent sur mesure à tous supports vidéo. Nous ne sommes plus dépendant d’un son figé lors des montages », précisent Vincent Perini et Emmanuel Bourguignon. Tous deux réalisent toutes sortes de vidéos événementielles ou scénarisées comprenant des services de réalisation, captation, montage, étalonnage… Leurs clients font ainsi appel à eux pour un retour sur événement ou une rétrospective, mais aussi des vidéos scénarisées mettant en valeur produits, événements ou structures (teasers d’annonce, clips vidéo, film institutionnel, pub…). C’est enfin Octave Rubin qui assure un rôle d’infographiste des Studios 302. A lui la conception, réalisation et l’habillage graphique original print ou web, charte graphique, logos, motion-design, documents print (cartes de visite, flyers, affiches, programmes)…

Un professionnalisme et une créativité qui séduit

Très récemment diplômés, les 4 entrepreneurs n’en oublient pas pour autant de rester curieux, en testant en permanence les nouvelles technologies et manières innovantes de communiquer. « Nous ne sommes pas là pour imposer une solution que l’on maitrise, mais pour guider chaque client vers la prestation la plus adaptée aux réalités, cibles, besoins et budgets. On écoute et on propose, en refusant de travailler sur des choses que nous ne maîtrisons pas totalement » assument-ils sans détour. Les Studios 302 ont notamment été choisis pour réaliser un projet porté par un collectif large (Pôle Emploi, Vichy Communauté par son Agence de développement, la Direccte, le Conseil départemental, Auvergne Rhône Alpes Entreprises) portant sur la création de vidéos, mettant en valeur les secteurs industriels du bassin de Vichy et ses métiers. Ce projet sera l’occasion de se représenter l’étendue des talents de ces jeunes entrepreneurs.

LES STUDIOS 302

contact@studios302.fr

+33 (0)4 43 03 45 13

https://studios302.fr/

 

Rédaction Bénédicte Rollet, NOTA BENE pour les carnets économiques de Vichy Communauté Développement.

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information des carnets économiques ?

Demandez à être inscrit sur notre liste de diffusion en écrivant à : communication@vichy-economie.com

Souscrivez à notre newsletter

Inscrivez vous pour recevoir les dernières nouvelles économiques
du bassin de Vichy

Menu

Newsletter

Newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales.