Vous êtes ici

Ali-Ismaël Djefafla

Les carnets économiques du territoire

Champion de France de saut en hauteur et mannequin professionnel

Une opportunité pour le bassin de Vichy

Il peut organiser et mener l'événementiel d'une main de maître, accueillir les sportifs de haut niveau sur le territoire, représenter et défendre le concept santé-beauté-forme grâce à sa large expérience de mannequin international…et mettre ses connaissances au service de l'économie du sport. Ali-Ismaël, le sportif de haut niveau, a aussi le profil pour porter le tourisme des affaires et travailler de manière efficace dans la remise en forme. Ces domaines de compétences qui sont des outils qu'il maîtrise à la perfection font aussi la vitrine du territoire de Vichy. Ce sont pour lui autant de raisons d'espérer apporter son savoir-faire au territoire qu'il a toujours tant aimé.

Mais Ali-Ismaël Djefafla, c'est d'abord une belle gueule. Le garçon a nourri beaucoup d'histoires, ses exploits ont fait couler beaucoup d'encre. Et pourtant, il n'a pas la tête d'un mec à histoires. « On a écrit tout et n'importe quoi à mon sujet. On a dit des belles choses comme des mauvaises, le vrai et le faux. Mais pour une fois c'est moi qui vais dire la vérité ».

Rencontre avec un personnage vichyssois aux multiples exploits mais, hélas, aujourd'hui seul.

Effectivement, après son silence médiatique et sa disparition des écrans, le Vichyssois veut parler sans qu'on parle de lui, il veut aussi prendre son destin en main…un peu comme il l'a toujours fait.

Un garçon bourré de talents

Qu'on se le dise, Ali-Ismaël Djefafla n'est pas que le tentateur mis en avant par la célèbre émission de téléréalité diffusée par TF1. Ce n'est pas non plus un people, une grosse tête ou un enfant de la télé. Le Vichyssois est avant tout un athlète de haut niveau, champion de France en 2005 et 2006 qui s'envole à 2,17 mètres au-dessus du sol. C'est un sauteur en hauteur qui a le goût de la compétition et du challenge dans le sang, mais aussi un mannequin qui a défilé pour Armani et Gucci.

Paradoxalement, le même homme, véritable bête de préparation physique et d'entraînements à répétition, regroupe les qualités du compétiteur de haut niveau qui n'a peur de rien et la délicatesse du mannequin qui met terriblement bien en scène une androgynéité parfaite devant les flashs des grands photographes de la mode. Ali-Ismaël a également participé à des campagnes de photos shooting avec Greg Alexander et Fred Goudon (Photographe et auteur du calendrier Dieux du Stade 2006).

Mais les allers-retours entre la France et l'Italie, le programme chargé des défilés et les concours de Mister France n'ont jamais ébranlé les certitudes du sportif de haut niveau. Car, même sans coach et sans beaucoup de temps, Ali-Ismaël s'est toujours entraîné.

En effet, après avoir battu le record de Bourges en 2004 (2,10 m) puis réalisé un nouveau record à Tours dans la même année (2,12 m), le sauteur ne va pas s'arrêter. Il s'entraîne à Bourges, Tours, Vichy, Saint-Junien et même au Costa Rica, pendant que les tentateurs prennent leur pause cigarette !

« Depuis tout petit, j'ai toujours aimé le sport. C'est mon bol d'air, ma passion, mon univers idéal. Le sport, c'est mon truc. J'ai joué au football avec le RCV de l'âge de 8 à 17 ans. J'ai également joué avec l'équipe d'Auvergne. Mais j'avais besoin de m'épanouir autrement, de m'exprimer individuellement et d'explorer d'autres sensations, moi qui aime les véritables exploits. Après mes 17 ans, j'ai commencé une carrière d'athlète : saut en hauteur, saut en longueur, décathlon et épreuves combinées. »

Impressionnant par son gabarit et plein d'énergie, Ali-Ismaël parle de ses exploits sportifs avec émotion. Il s'est vu évoluer au fil des ans, il a connu d'énormes difficultés en cherchant à devenir champion de France sans entraîneur, sans conseiller et… sans moyens ! Mais il a toujours su les surpasser et, grâce au travail et à l'acharnement : il a bien évidemment atteint tous ses objectifs. « Quelques semaines avant mon titre de champion de France en 2005, je m'entraînais avec une ficelle. Je prenais un mètre, mesurais et plaçais la ficelle à 2,15 m du sol. J'étais bien évidemment seul, sans coach ni foule autour de moi. Mais ma technique, je l'ai travaillée personnellement, tout comme j'ai appris seul à défiler sur un podium pour Armani et Gucci. J'ai d'ailleurs renouvelé l'exploit l'année d'après en grimpant encore deux centimètres au-dessus, soit un saut à 2,17 m. Je suis en fait quelqu'un de très instinctif, j'observe, je regarde, j'écoute et puis me mets au travail. Self-made-man perfectionniste, ma force c'est le travail : j'aime explorer les limites de mon potentiel physique et moral et c'est ce qui m'a toujours permis d'avancer. »

Bien sûr tout le monde ne peut pas faire du saut en hauteur avec une ficelle. Tout le monde n'est pas non plus le bienvenu sur les podiums de Gucci ou d'Armani. Il faut du talent pour enchaîner de tels exploits et le Vichyssois en a plus d'un : mannequin, sportif de haut niveau, coach sportif…et depuis peu rugbyman !

Des connaissances et une expérience à mettre au profit du territoire

Vous voulez voir du pays pour en prendre le meilleur, Ismaël Ali en a vu aux quatre coins du monde ; vous voulez du beau monde, en plus de les connaître il a travaillé avec les grands. Ce jeune homme talentueux, expérimenté, débordant d'énergie et de connaissances est à Vichy. Son rêve est de servir le territoire qu'il n'a jamais voulu quitter.

« Il faut savoir que les projecteurs et la téléréalité, le monde des paillettes et des people, tout ça est un univers superficiel qui fait vite péter les plombs. Moi je ne veux pas et n'ai jamais voulu me lancer véritablement là-dedans. Je suis de Vichy, je l'ai toujours dit haut et fort partout où je suis allé et il ne faut pas compter sur moi pour aller faire ma vie ailleurs. Je veux servir ma ville et je sais que je peux lui apporter beaucoup de choses. »

Il dit sans doute vrai puisque le compétiteur qui n'a peur de rien l'a prouvé par le passé. Il a voyagé partout et défilé même au-delà de l'Hexagone, mais il a toujours fini par rentrer à la station thermale. Il a souvent mis sa vie professionnelle et parisienne entre parenthèses pour rester en bons termes avec la ville qui l'a vu grandir. Là est sans doute sa force de caractère et sa valeur morale que rien ni personne ne peut remettre en cause. « J'ai maintes fois eu la chance d'aller m'établir ailleurs, de mener une carrière professionnelle loin du bassin de Vichy, mais mon attachement à mon territoire et ma famille m'ont toujours gardé proche de mes racines. J'avoue aussi qu'à force de côtoyer le monde de la mode et des stars, je me suis surtout interdit de prendre la grosse tête. Je suis donc resté moi-même, Ali-Ismaël, le Vichyssois issu d'une famille modeste. »

Mais comment ne pas profiter d'une telle ressource humaine ? Comment ne pas s'interroger quand on sait que le sauteur en hauteur champion de France deux années de suite, mais aussi mannequin des plus grands noms de la mode, n'a même pas de travail ? Comment passer ça sous silence alors que le sportif ne demande qu'à être sollicité !

Ali-Ismaël Djefafla, c'est un peu l'homme à tout faire. Attentif, à l'écoute et observateur aux sens bien aiguisés, il a encore en tête toutes les étapes de sa formation personnelle et individuelle. Mais il connaît surtout les erreurs à éviter à un jeune sportif, les meilleurs conseils pour entourer un mannequin dès ses premiers pas sur un podium ou devant les flashes des photographes, les meilleures formules qu'il faut utiliser dans la vie publique, etc. Sa qualité qui transcende toutes les autres est sans doute son relationnel aisé et sa capacité inouïe de se fondre dans la masse ou de se faire remarquer quand il le faut. Car le fils d'ouvrier a connu l'ascension sociale et les projecteurs, il a fréquenté différentes personnalités de tous les milieux, mais à aucun moment il n'a tourné le dos à ses racines.

Voilà donc quelqu'un qui sait joindre l'utile à l'agréable, une richesse humaine incontestablement profitable à son territoire : il peut accompagner les grands comme les petits, orienter les sportifs vers leur meilleur destin et repérer les talents du territoire, accompagner les projets sportifs et culturels de la station thermale en somme.

Ali-Ismaël Djefafla est jeune et plein de ressources, lucide avec une carrière fulgurante et atypique. Même s'il a sacrifié sa carrière nationale pour rester à Vichy, il serait tant de faire appel à ses compétences multiples. On ne peut priver le territoire de telles ressources, on ne saurait se passer de l'expérience d'un homme qui a déjà fait ses preuves en France et ailleurs. Les hommes ont besoin de leur territoire comme le territoire a besoin d'eux.

N'est-ce pas la fierté de chacun de servir sa ville du mieux qu'il le peut ? Ali-Ismaël fait partie de ceux qui veulent s'engager pour cette noble cause, il veut juste qu'on lui donne sa chance !

www.ali-ismael.com