Vous êtes ici

Allier Volailles

Les carnets économiques du territoire

Une entreprise indissociable de son territoire

Allier Volailles, c'est d'abord une histoire familiale qui se transmet de génération en génération depuis 117 ans. Attachée à son territoire depuis ses débuts, l'entreprise est toujours restée fidèle à son clocher d'Escurolles, où elle a bâti aujourd'hui l'empire de la volaille bourbonnaise.


Au commencement, en 1894, il y avait la petite épicerie du bourg d'Escurolles. Les arrière-grands-parents de Jean-Louis et Isabelle Simonet, respectivement PDG et directrice générale de l'entreprise aujourd'hui, vendaient les volailles et les lapins issus des fermes environnantes. Cette famille de volaillers du pays bourbonnais deviendra une entreprise de 5 employés dans les années 1920, là où commence véritablement à s'écrire l'histoire familiale au même temps que l'histoire de la révolution avicole en France. Allier Volailles entre dans l'ère industrielle en développant une activité d'abattage. Puis, en 1981, l'abattoir situé dans le bourg d'Escurolles déménage pour que l'entrée du village en accueille un tout nouveau. Il couvre aujourd'hui une surface de 4000 M2 et fonctionne grâce à une équipe de 65 salariés. En 2010, Allier Volailles a réalisé un C.A. de 10,5 M. €.

La valeur ajoutée d'Allier Volailles, en dehors de son action inébranlable dans la promotion des volailles du terroir, c'est aussi le fait d'être toujours restée une entreprise à taille humaine malgré les tentations que peut susciter la course à la productivité industrielle. « Fidèle à l'héritage et aux convictions des trois générations précédentes, nous misons sur l'excellence des produits et le savoir-faire des hommes tout en privilégiant une production raisonnée. Même si nous avons un outil de production très performant et moderne, il nous sert à privilégier la qualité plutôt que la quantité », explique Isabelle Simonet.


Une entreprise exigeante


La marque de fabrique d'Allier Volailles, c'est d'abord le Label Rouge : poulet fermier, pintade, dinde et chapon fermiers. « Nos volailles Label Rouge, développe Isabelle Simonet, ont les saveurs de leur terroir qui leur donne une chair onctueuse, fine et ferme, et un goût rustique. Elles sont uniques, elles ont la garantie d'authenticité, de goût vrai et de plaisir . » Et pour suivre la qualité de ses produits et maîtriser son circuit de distribution, Allier Volailles mise sur les bouchers, les artisans, les écoles, les hôpitaux et maisons de retraite. « Nous ne voulons pas vraiment entrer dans le circuit de la grande distribution auquel nous réservons seulement 10% de nos produits. Nous ne sommes pas préparés pour ça et ce système de fonctionnement ne nous correspond pas en vérité. Nos produits se vendent dans le circuit traditionnel, y compris dans les restaurants. » Et l'entreprise, toujours pour maîtriser la qualité supérieure de ses produits, surveille et suit toutes les étapes de production, de l'élevage à la distribution. « Nous ramassons toutes nos volailles dans les départements de l'Allier et du Puy de Dôme, nous connaissons bien les éleveurs et les conditions dans lesquelles ils travaillent. Cette proximité permet un bon suivi et les courts trajets n'impactent pas sur la qualité des volailles lors du transport », poursuit la responsable. Aussi, en dehors de ces exigences, il est une devise dans la famille qui perdure depuis plus d'un siècle : encourager les produits du terroir et l'économie territoriale.


Le poulet bourbonnais et les produits élaborés


En plus d'être une terre de rois, le Bourbonnais a également longtemps été un pays de métayage et de basses-cours. Et dans les fermes des métayers auvergnats est née naguère une volaille d'exception baptisée Poulet du Bourbonnais. « C'est un poulet de haute qualité, issu d'une race rustique et fermière, précise Isabelle Simonet. Authentique et à la chair fine, extrêmement moelleuse, savoureuse et goûteuse, le poulet du Bourbonnais se distingue par des caractères qui ne se révèlent qu'à l'issue d'une éducation soignée . » Mais cette volaille supérieure, qui bénéficiait d'une AOC dans les années 60, a été délaissée. Elle n'est pas vraiment connue du grand public malgré ses grandes qualités. A ce titre, Allier Volailles a encouragé la création d'un comité interprofessionnel qui se bat, depuis 17 ans, pour que le Poulet du Bourbonnais retrouve ses lettres de noblesse perdues : A.O.C.


Innovation, encore et toujours. Depuis une vingtaine d'années, Allier Volailles s'est également spécialisé dans l'élaboration de plats cuisinés et la charcuterie à base de viandes de volailles. C'est une gastronomie bourbonnaise qui revisite les grands classiques et propose sans cesse des nouveautés. « Ces produits élaborés représentent aujourd'hui 10% de notre chiffre d'affaires. Nous les élaborons nous-mêmes avec nos volailles et des produits du terroir. Le but est de proposer une cuisine conviviale et généreuse à la fois, avec toutes les variations de goût possibles. » En 2010, l'entreprise, toujours innovante, s'est aussi mise à l'heure du Bio, « avec un peu de retard » reconnaît la présidente.


C'est aussi l'histoire d'un territoire. Alors que Allier Volailles prépare la commémoration des 120 ans de l'entreprise familiale dans 3 ans, il serait bon de rappeler que l'entreprise est indissociable de son territoire bourbonnais. Car ce sont une centaine d'éleveurs qui fournissent régulièrement l'abattoir d'Escurolles (25000 volailles/semaine), et certains depuis plusieurs générations. Ce qui a permis à l'activité avicole de durer malgré les crises successives connues notamment les quinze dernières années. L'approvisionnement d'Allier Volailles provient principalement des Combrailles, de la Montagne bourbonnaise et de l'est du Bourbonnais (des zones de moyennes montagne historiquement liées à l'élevage de volailles). « Nous sommes fiers de défendre les produits du terroir bourbonnais et d'encourager les producteurs et les éleveurs locaux. Cette économie territoriale a toujours fait partie de nos valeurs, c'est aussi ce qui nous garantit la qualité de nos produits », conclut Isabelle Simonet.

 

www.allier-volailles.fr