Vous êtes ici

Alternance, stages et formations en entreprise (1/2)

Les carnets économiques du territoire

Développement de compétences, transmission des savoir-faire, bénéfice de mesures d’incitation financières, réponse à une pénurie de talent, entrée de nouvelles idées… les arguments et les avantages du contrat d’apprentissage, du stage professionnel, de la formation continue et du contrat de professionnalisation sont nombreux et répondent aux problématiques et aux besoins bien spécifiques des entreprises.

Le contrat d’apprentissage

Depuis quelques années, l'alternance est en voie d'expansion et est de plus en plus appréciée, tant par les jeunes que par les employeurs. Le contrat d'apprentissage s'adresse en priorité aux 16-25 ans encore scolarisés. Il est signé pour une durée allant de un à trois ans selon la qualification visée. Il s'inscrit dans le cadre d'une formation permettant d'obtenir un diplôme professionnel (BEP, CAP, DUT, BTS, Master...), un titre d'ingénieur ou un titre inscrit au Répertoire des Certifications Professionnelles. Les enseignements théoriques se font dans un CFA (Centre de Formation d'Apprentis). Les Grandes Ecoles (d'Ingénieurs ou de Commerce) aussi s'y sont mises : nombreuses sont celles qui proposent de préparer certains de leurs diplômes de cette façon.

L'alternance est considérée comme un excellent tremplin vers l'emploi, et ce quel que soit le niveau scolaire du futur apprenti. Collaborateur au statut de salarié, il peut se voir confier une ou plusieurs missions complètes, avec une montée en responsabilités progressive. Il pourra par exemple agir en renfort sur un projet, se voir confier des tâches d'études ou de développement de nouvelles activités.

Pourquoi former un jeune en alternance dans une entreprise?

Pour les entreprises, l’enseignement et la formation en alternance, se présentent comme des moyens efficaces d’assurer une formation adéquate de la main d’œuvre de demain. Grâce à ce dispositif, elles deviennent actrices de la formation de leurs futurs collaborateurs selon les nécessités propres à leur secteur d’activité. L'alternance est ainsi une solution pour certaines professions qui doivent pallier un manque ou une rareté de formations dans leur domaine d'expertise.

Franck Rozzio (au centre sur la photo), par exemple, gérant de la société AREM à Vichy (carnet économique du 31/10/13), acteur phare de la réparation et de la vente d’appareils électroménagers, compte accueillir très prochainement un jeune en contrat d’apprentissage. « Je recherche surtout un savoir-être. Si le jeune a un bac professionnel électromécanique ou électrotechnique et qu’il est prêt à passer un an avec moi, il a sa place assurée. Dans ce métier, il y a toujours à faire. » Former, transmettre et embaucher, telle est sa volonté. Le jeune candidat pourra bénéficier du savoir-faire et des compétences du technicien-expert de la société, fort de 32 années d’expérience en son domaine.

Poussé en avant par les politiques comme solution au problème de l'emploi, notamment des jeunes, le dispositif de l'alternance bénéficie de mesures incitatives à destination des entreprises. De nombreuses aides, nationales ou régionales, viennent en appui au recrutement d'un contrat en alternance (exonération de charges sociales, avantages fiscaux…). Employé comme un dispositif de pré-recrutement, l'alternance permet de repérer les meilleurs potentiels. Toute entreprise du secteur privé peut embaucher un apprenti si l’employeur déclare prendre les mesures nécessaires à l’organisation de l’apprentissage. À ce titre, l’employeur doit notamment garantir que l’équipement de l’entreprise, les techniques utilisées, les conditions de travail, d’hygiène et de sécurité, les compétences professionnelles et pédagogiques du maître d’apprentissage sont de nature à permettre une formation satisfaisante. 

Le stage en entreprise

Etape essentielle dans un parcours de formation, le stage en entreprise permet la mise en pratique dans un milieu professionnel des connaissances acquises au cours du cursus scolaire ou universitaire, l’acquisition de nouvelles compétences et la découverte du monde du travail : ses contraintes et ses exigences. Tout stagiaire est ainsi tenu de se conformer aux règles internes de l’entreprise : horaires, discipline, règles de sécurité, d’hygiène… Le stage en entreprise ne s’apparente pas à du travail salarié car le stagiaire n’est pas lié par un contrat de travail. Certes, il peut être tenu d’exécuter des tâches à caractère professionnel, toutefois, il est dans l’entreprise pour apprendre et/ou observer et n’a donc pas d’obligation de production comme les salariés. Généralement, le stage fait l’objet d’un rapport qui peut être noté et compter dans l’obtention du diplôme.

Lorsqu'il est question de stages en entreprise, les projecteurs sont surtout braqués sur les étudiants. On célèbre le fait qu'ils mettent en pratique ce qu'ils apprennent sur les bancs d'école. Mais qu'en est-il des employeurs ?

Les avantages d'accueillir des stagiaires sont nombreux. 

Avec en tête des connaissances fraîchement acquises dans son domaine d’expertise, le stagiaire amène une énergie et des idées nouvelles. Il peut aussi permettre de libérer des membres de l’équipe de certaines tâches moins cruciales ou plus ponctuelles et donc d’optimiser le temps de chacun. Que ce soit pour élargir une équipe ou parer au départ d’employés, les stagiaires constituent un moyen simple pour recruter du personnel qualifié. Leur regard extérieur représente également un apport très important.

La société CODEMES (carnet économique du 12/09/13), basée au Bioparc et spécialisée dans le développement et la commercialisation de systèmes électroniques pour la mesure et les solutions logicielles associées, témoigne d’une expérience très positive avec un jeune vichyssois étudiant à Polytech. « Nous avons très rapidement défini avec lui un projet de stage parce qu’il avait des compétences que l’on ne pensait pas trouver. Nous avions besoin d’évaluer de nouveaux produits. Nous n’avions pas de temps pour le faire. Il était très autonome et a fait preuve de beaucoup d’initiatives. Il s’est chargé de l’évaluation, des développements et des démonstrateurs des produits pour les présenter aux clients etc… Si un jour nous avons des moyens de recrutement, c’est tout à fait son profil que l’on recruterait » précise Gilbert Pion (à gauche sur la photo), co-gérant.

La plupart des stages en formation professionnelle visent le développement de compétences. Autrement dit, ces stages servent à former le stagiaire. De plus en plus d'établissements d'enseignement supérieur exigent, sur trois ans d'études, entre dix et dix-huit mois de stage. La demande se révèle donc très importante de la part des écoles et des étudiants. Le passage des élèves des grandes écoles dans l'entreprise fait désormais figure de tradition.

En faisant entrer un stagiaire ou un apprenti dans ses rangs, l'entreprise se donne les moyens de se constituer un vivier de jeunes diplômés à haut potentiel. De plus, dans l'éventualité d'une embauche, le temps d'intégration est largement réduit. Pendant son stage, le jeune stagiaire s'est créé un réseau au sein de l'entreprise. Il est donc plus efficace une fois embauché sinon elle lui assure une qualité de mission qui lui permettra de rebondir ailleurs.

 

Vous êtes une entreprise à la recherche de stagiaires ?

Consultez le cahier spécial formation-stage et proposez un stage

 

La semaine prochaine : la formation continue et le contrat de professionnalisation