Vous êtes ici

Auto IES

Les carnets économiques du territoire

Premier vendeur de voitures neuves sur Internet

Un empire du e-commerce basé à Creuzier-Le-Neuf

L'un de leurs tout nouveaux clients est une personnalité incontournable du paysage médiatique français, qui vient de se lancer dans l'e-commerce : Bernard Tapie. Mais avant d'être contactés personnellement par le « sacré bonhomme » sans même le démarcher, les frères Koenig ont dû enchaîner péripéties et succès sur deux décennies. Rencontre.

Il y a une vingtaine d'années, Thierry et Philippe Koenig ont monté leur petite affaire à Paris : la vente de voitures neuves…par fax et Minitel !

Une étude montrant l'énorme différence des prix de voitures en Europe leur a tapé dans l'œil et, sans tarder, leur projet a déjà élu domicile dans un bureau de 9 M2. Auto-IES voit alors le jour dans la capitale, avant de ratisser de plus en plus large sur l'ensemble du territoire national. « Nous avons commencé notre projet avec seulement 3000 € et un léger équipement de fortune. Mais nous savions à l'époque que l'idée allait fonctionner, nous avons pris le risque tout en voulant commercialiser un produit qui nous passionnait : les voitures. Nous avons donc commencé sans avoir peur d'aller sur ce marché qui nous était parfaitement étranger, nous faisions tout sur du papier et des carnets. L'ère du numérique n'était pas encore arrivée et le Minitel était notre outil de travail principal », explique Thierry Koenig, souriant devant les changements considérables qu'il a vu s'opérer ces vingt dernières années.

Pendant trois ans, les deux gérants et fondateurs de la société n'ont perçu aucun salaire bien qu'ils ne comptaient pas leurs heures de travail. Et le passage du Minitel à Internet ? « C'est comme passer du vélo à la F1 ! Ce sont deux outils complètement différents », explique le premier concessionnaire de véhicules du marché français. « Avec Auto-IES, le client fait son marché tout seul sur la toile. Mais ce qui est amusant, c'est de constater l'énergie nouvelle qu'a amenée Internet et le changement total de notre méthode de travail. Car contrairement aux années Minitel, là ou les clients achetaient des voitures avec seulement 8 % de remise et pouvaient attendre cinq à six mois avant d'obtenir les clefs, avec Internet, il faut une réduction du prix de 30% au bas mot et une réactivité 24h/24 pour exister sur le marché. On ne peut plus faire attendre les internautes plusieurs mois, cela est bien évidemment inconcevable ! En revanche, le Web nous a permis de multiplier les volumes du Minitel et du fax par 5

Le site Internet de l'entreprise (auto-ies.com) est impressionnant avec plus d'un million de visiteurs uniques mensuels. Un chiffre que les constructeurs les plus cotés ne voient même pas en rêve ! Auto-IES, ce sont aussi 270.000 appels téléphoniques entrants/ sortants par an. Un vrai gage de qualité et sans doute un argument implacable pour se mettre les meilleurs clients de l'Hexagone dans la poche.

Une machine familiale bien rodée

En chiffres, Auto-IES pèse aujourd'hui 76 M € et quelques 800 voitures vendues par mois (plus de 8000 en 2009 avec une progression de 18%). L'entreprise, située à la zone d'activités des Ancises à Creuzier-le-Neuf, tourne sans rupture 24h/24 et emploie 58 salariés. « Nous sommes ouverts toute l'année du lundi au vendredi. Il n'y a aucune rupture, c'est l'une des exigences du travail sur le Web ! » Et pourtant, sur les lieux, au cœur même de cette gigantesque machine, il n'y a pas une seule voiture à vendre. Seuls les véhicules des employés sont présents sur le parking. La vraie concession des frères Koenig c'est la Toile. « Ici, nous sommes dans les bâtiments de l'entreprise. C'est là que sont prises toutes les décisions, c'est ici aussi que sont traités tous les appels et les demandes des clients. Mais nous n'avons pas une seule voiture à vendre à Creuzier-le-Neuf ! Nos véhicules sont un peu partout : à Paris, Bordeaux, Nice, etc. Nous en avons tout de même plus de 1000 prêts à partir à tout moment et nous en transportons plus de 6000 sur toute l'Europe par an. »

Les frères Koenig ont bien sûr le sens des affaires, le génie et le flair indispensables au métier difficile qu'est le leur. Ceci appuyée par une expérience notoire et incontestable. « Nous n'avons adopté l'outil Internet qu'en 2003, assez tardivement finalement. Mais nous avons pris le temps d'observer, d'étudier le marché et de voir surtout les premiers sites disparaître. Il faut savoir que tous ceux qui se sont rué sur Internet avant nous n'existent plus aujourd'hui. Mais si nous sommes les leaders du marché, c'est grâce à la parfaite connaissance du marché de l'automobile et à l'expérience des quinze années Minitel. Sur notre site web, le client se balade facilement, fait son marché librement et se lâche véritablement. Il prend les options qui sont surfacturées par le concessionnaire classique tout en ne débordant pas du budget qu'il a prévu au départ. La force de auto-ies.com réside dans sa fluidité et sa transparence. Elle propose des produits uniques, introuvables ailleurs ! »

Cela ne peut être que vrai puisque Auto-IES est le fournisseur officiel de Cdiscount, Auchan, MISTERGOODDEAL ou encore de véritables gros clients à l'échelle nationale…sans en oublier le tout dernier et non moins important : Bernard Tapie (bernardtapie.com).

Mais la véritable force d'Auto-IES, c'est tout simplement le prix de la voiture neuve. L'argent économisé par le client est considérable : les rabais de la société du bassin de Vichy ne se sont jamais vus ailleurs. 33% sur la Citroën C4, 35% sur la Renault Grand Espace et 40% sur l'Alfa Romeo GT. Des prix défiant toute concurrence et une liberté totale du client de faire ses achats sur le site, en ajoutant ou en enlevant des options : la voiture « sur mesure » ou le « coup de cœur » sont ainsi à quelques clics seulement à prix discount ou « super discount ».

Car avec environ 5000 modèles différents et une trentaine de marques, les frères Koenig pratiquent des prix inférieurs de 25% à 40% par rapports aux tarifs des constructeurs. « Nous avons des centaines de correspondants présents sur l'ensemble du marché européen et des commerciaux à l'affût de la moindre nouveauté ou opportunité. Mais l'essentiel de nos véhicules, ce sont les concessionnaires français qui nous le fournissent. Tout en travaillant en bonne intelligence, ces derniers ont besoin de nous pour écouler leurs stocks et percevoir ainsi les primes des constructeurs (plus grosse part de leurs revenus). Ils atteignent grâce à notre rachat les objectifs de vente annuels, nous obtenons, à notre tour, les tarifs imbattables que nous pratiquons. On nous a même refilé des invendus à des prix inimaginables ! », explique Thierry Koenig, souriant. Et d'ajouter : « Notre efficacité est double : non seulement nous permettons de réelles économies à nos clients sur des produits qui leurs sont parfois inaccessibles chez les concessionnaires classiques et qu'ils obtiennent chez nous avec les meilleures options à un moindre prix, nous leur proposons également, à l'année, des offres uniques. Par exemple nous vendons actuellement une voiture au prix de sa décote prévisionnelle dans 3 ans : en clair, notre client pourra revendre sa voiture au même prix dans trois ans sans perdre un centime. »

La crise économique comme moteur

Finalement si la crise n'arrange pas les constructeurs et les voies classiques du commerce de voitures, Auto-IES en tire plutôt d'énormes bénéfices. C'est normal, le discount attire forcément les clients par temps de crise et de difficultés, d'autant qu'Internet est aujourd'hui devenu un outil plus que familier. « Les gens n'ont plus peur de cet outil magnifique et savent que les meilleures affaires se font sur la Toile », confirme Thierry Koenig en s'appuyant sur les statistiques du site.

Malgré l'évolution spectaculaire en plus de vingt ans d'existence et leur succès incontestable, les deux frères ont encore des projets plein la tête. Ils se tournent désormais vers l'avenir, vers l'Europe. « Le marché de l'automobile sur Internet est en continuelle progression et devient de plus en plus difficile à contrôler. Nous devons donc rester vigilant, sans cesse prendre du volume et proposer les meilleures offres aux internautes. Notre projet actuel est d'ampleur européenne : nous allons faire les choses en grand et nous vendre sur tout le continent. Notre principale ambition, c'est d'ouvrir d'autres sites en Europe à l'image de auto-ies.com mais tous seront gérés depuis la ZAC des Ancises. Nous allons ainsi créer plus d'emplois (70 salariés voire plus d'ici à fin 2011) et doubler notre chiffre d'affaires (150 M€) à l'horizon 2013 », concluent les frères Koenig.

Même si le marché de l'automobile est en surchauffe depuis quelques années, cette société du bassin de Vichy ne cesse de progresser et les frères Koenig ont toujours une ristourne imbattable à faire à leurs clients. Ils ont commencé avec le Minitel, leur société a fait florès grâce à Internet et aujourd'hui ils carburent à toute vitesse. Leur devise est toujours la même : transparence, efficacité et vente au meilleur prix du marché !


www.auto-ies.com