Vous êtes ici

La Compagnie de Vichy

Les carnets économiques du territoire

Plus de 150 ans d'histoire

Une valeur économique sûre

Créée au milieu du XIXe siècle, la Compagnie Fermière, plurielle par son activité dans les domaines du thermalisme, du cosmétique, de l'eau minérale et celui de l'hôtellerie, a fait connaître le bassin de Vichy dans le monde entier. Compagnie de Vichy depuis 2009, cette entreprise est plus que jamais contemporaine. Entretien avec son PDG, Jérôme Phelipeau.

La Compagnie Fermière a laissé place à La Compagnie de Vichy en 2009. Pourquoi avoir changé de nom ?

Parce qu'en dehors de Vichy les gens ne comprennent pas cette appellation « fermière ». Même les locaux ne font pas toujours la part des choses, en faisant souvent référence à la ferme et à l'agriculture. Mais la Compagnie est fermière parce qu'elle est tout simplement concessionnaire de l'État. Nous sommes donc toujours fermiers de l'État mais, en 2009, pour mettre fin à cette ambiguïté, nous avons adopté l'appellation Compagnie de Vichy. C'est plus moderne et plus « marketing ».

Quelles sont les différentes activités de la Compagnie de Vichy ?

En chiffres, notre entreprise pèse plus de 300 emplois à temps plein. Nous faisons de l'embouteillage à Saint-Yorre avec la SCBV (Société Commerciale d'Eaux Minérales du Bassin de Vichy- 150 salariés). L'eau « Vichy Célestins » s'est, par ailleurs, vendue à 40 millions de bouteilles environ en 2009, dont 8 millions exportées à destination d'une quarantaine de pays étrangers. Nous avons également deux thermes : les Thermes Callou et les Thermes des Dômes (107 salariés). La Compagnie de Vichy c'est aussi le Thermal SPA les Célestins (50 salariés). Tous ces thermes sont reliés aux hôtels Ibis pour Callou (140 chambres), Thermalia (Ex Novotel et bientôt Mercure- 128 chambres) pour les Dômes et, enfin, Vichy Spa Hôtel & Resort Les Célestins (Ex Sofitel). Nous avons également une forte activité associée à Cosmétique Active International (incorporation de l'eau de Vichy dans leurs parfums et leurs produits de toilettes). Pour finir nous avons une activité sous licence avec le groupe Cadbury Schweppes France dans la fabrication des Pastilles de Vichy.

Les challenges et les défis à relever en 2010 ?

Premièrement, augmenter le nombre de curistes. Leur nombre a stagné, il a même quelquefois baissé. Nous en avons 24000 par an en moyenne et nous visons plus cette année avec tous les moyens de communication que nous avons mis en place. L'hôtellerie souffre aussi beaucoup de la crise, notamment à cause de la baisse des manifestations des entreprises (séminaires, conférences…). Mais nous restons confiants car Vichy, comparée aux autres villes thermales en France, a beaucoup de qualités. Pour les étrangers surtout, venir à Vichy c'est accéder à des services de santé de qualité dans un cadre très sérieux et plaisant, tout aussi divertissant.

Quel rôle économique joue la Compagnie de Vichy dans le territoire ?

Nous sommes, d'abord, l'un des principaux employeurs privés de la ville de Vichy. Donc nous avons un impact économique sur le marché de l'emploi et, malgré la crise, je dois préciser que nous n'avons pas perdu un seul emploi. Mais nous faisons venir beaucoup de curistes et de touristes sur le bassin de Vichy et nous faisons par conséquent profiter les commerces. La ville est donc aussi beaucoup plus animée. Sur le plan fiscal, la Compagnie de Vichy est, peut-être, le premier contribuable de la ville (1 million d'euros d'impôts locaux et 2 millions d'euros de redevance à l'État). Aussi, même si tout le monde ne le sait pas, nous subventionnons l'Opéra de Vichy à hauteur de 300.000 euros et nous nous occupons de l'entretien des parcs des Sources. Il faut aussi rappeler que nous ne sommes pas que dans la ville de Vichy, ce qui nous permet de dynamiser d'autres villes du territoire: Abrest, Saint-Yorre, Bellerive-sur-Allier, Hauterive…

Quelles relations entretient la Compagnie de Vichy avec la Communauté d'agglomération Vichy Val d'Allier ?

Nous avons des relations très cordiales et assez épisodiques. Nous sommes l'un des acteurs du tissu économique de l'agglomération et nous mettons tout en œuvre pour mieux représenter le territoire, défendre ses intérêts et ses emplois, le développer…

Nutravita* est une association très dynamique. Quelle est pour vous l'importance des réseaux comme Nutravita ?

A sa création, il y a quelques années, je fus l'un des premiers adhérents. L'association Nutravita est effectivement importante dans la mesure où elle rassemble des médecins, des chercheurs, des acteurs du thermalisme et des industriels autour des mêmes problématiques. Elle organise un événement important sur la prévention et la prise en charge du surpoids (Journées Nutravita) et c'est, par conséquent, un moyen très efficace pour nous. La manifestation permet de faire connaître aux gens, et notamment aux curistes, nos champs d'activité et de recherche en matière de médecine préventive.

 

En quelques chiffres

40 millions : c'est le nombre de bouteilles d'eau « Vichy Célestins » vendues en 2009.

30 millions d'euros : c'est le chiffre d'affaires réalisé par l'entreprise en 2009 pour un effectif moyen de 300 personnes.

24 000 : moyenne annuelle des curistes de passage dans le bassin de Vichy.

120 000 : ce sont les journées de cure par an à la Compagnie de Vichy avec 80.000 nuitées en moyenne.

400 : c'est le nombre de chambres mises à la disposition des thermes Callou et des Dômes, ainsi que le Thermal spa les Célestins. Elles constituent les 3 hôtels de l'entreprise (Ibis**, Vichy Thermalia***, Vichy Spa Hôtel & Resort Les Célestins****)

 www.destinationvichy.com

 

*Nutravita (www.nutravita.fr)

Nutravita, Groupement Alimentation-Santé d'Auvergne, a été créé à l'initiative de l'Agence Régionale de Développement Economique d'Auvergne. Il permet la mise en réseau de tous les acteurs de la filière : entreprises, centres de recherche, formation. Ses adhérents sont issus de secteurs très divers, tels que l'agroalimentaire, la pharmacie, le thermalisme, la biotechnologie, la cosmétique, le complément alimentaire...

Son principal objectif est de valoriser l'offre régionale, tout en développant et en favorisant les partenariats à la fois en Auvergne et avec les autres régions.

Le Groupement est l'organisateur des Journées Nutravita (manifestation bisannuelle), « Prévention et prise en charge du surpoids » qui se déroulent à Vichy, au Palais des Congrès-Opéra.

 

...Bon à savoir...

Les sources

Source des Célestins : source naturelle à température constante de 22 °C. Son débit est de 160 litres/ minute.

Source Lucas : c'est la plus minéralisée des sources de Vichy. Sa température est de 27°C et son débit de 16,6 litres/ minute. Elle est utilisée en cure de boisson et en pulvérisation pour certaines affections dermatologiques.

Source Chomel : très riche en fluor, sa température est de 43 °C et sondébit de 42 Litres/ minute. C'est probablement la seule source jaillissante à l'époque gallo-romaine.

Source de l'Hôpital : son nom date du XVIIIème siècle lors de la création de l'Hôpital Thermal de Vichy. Riche en anhydrides carbonisés, elle est utilisée en cas de troubles digestifs, gastriques ou intestinaux. Sa température s'élève à 34 °C et son débit est de 53 litres/ minute.

Source Grande-Grille : source naturelle, c'est la plus riche de toutes ses sœurs en fluor. Elle est remarquablement active en cure de boisson est n'est prescrite qu'à petites doses. Sa température est de 39°C et son débit de 29,4 litres/ minute.

Source du Dôme : son émergence est située sur la commune d'Abrest et cette source artificielle jaillissante à un forage de 160 mètres de profondeur. Sa température est de 66°C et son débit de 16 litres/ minutes.

Source du Lys : autre source artificielle de la ville d'Abrest. 60°C et 12 litres/ minute

Source Boussange : son captage est situé sur la commune de Bellerive-sur-Allier. Sa température s'élève à 41°C et son débit à 255 litres/ minute. Elle est riche en gaz carbonique et elle alimente les établissements thermaux pour les soins (massages, bains, douches, piscine thermale…)

Source Antoine : c'est la plus récente de toutes, obtenue par forage en 1991 sur le territoire d'Hauterive. Sa température est de 75°C et son débit de 18m3/heure.