Vous êtes ici

Espace Pléiade

Les carnets économiques du territoire

Pléiade d'artistes

Situé à deux pas de l’opéra, l’Espace Pléiade jouit de locaux somptueux où chorégraphes et professeurs de renom enseignent l’art de la danse Jazz à de jeunes artistes en devenir. Kada GHODBANE, chorégraphe et président de l’Espace Pléiade depuis 2001, est un des grands artisans de cette réussite.

Amoureux de la danse et de la culture, dire que la danse Jazz est sa passion serait un euphémisme. Plus que de la respirer, il la transpire. Véritable raison de vivre, il s’attèle à mettre à contribution ses compétences pour former des danseurs de renommée mondiale. Il fait partie de ce cercle de gens qui permettent aujourd’hui à la culture d’être ce qu’elle est.

La belle histoire commence en 2004 quand, Mr Ghodbane, entouré de 2 de ses amis décide de fonder un centre de formation pour la danse Jazz à Vichy. A la recherche de locaux, ils jettent leur dévolu sur l’ancienne salle de restauration de l’hôtel Majestic.

Le but  de cette acquisition était de « s’acheter un outil de travail » de qualité. Outil dont ils sont aujourd’hui très fiers : « La salle qui était auparavant utilisée comme une salle des fêtes a été laissée à l’abandon pendant quelques temps et était complètement délabrée, tout était cassé. La rénovation nous a couté une fortune mais aujourd’hui c’est la plus belle salle de France pour la danse : 500m² pour 9 mètres de haut. » Qui dit mieux ?

L’association « Espace Pléiade » possède aussi un centre de danse sur Paris. Les deux organismes enseignent les mêmes disciplines exception faite que la spécificité vichyssoise est la danse Jazz. C’est en partie grâce à cet établissement que la structure vichyssoise a pu voir le jour. Même si sa grande sœur parisienne l’a bien aidée, aujourd’hui elle s’autofinance, et principalement grâce à des couts de formations établis d’une manière particulière.

« Démocratiser l’accessibilité au diplôme d’Etat » telle était la volonté de la maison. Soucieux de rendre accessibles les formations aux métiers de la danse au plus grand nombre, l’Espace Pléiade propose une politique tarifaire inédite dans ce milieu. Les coûts du diplôme étant généralement très onéreux, ceux proposés ici sont réduits de moitié par rapport aux autres grands centres. Accessibilité et prestige, une formule choc qui n’a pas mis longtemps à faire ses preuves.

Une formation qualifiante et professionnalisante

Le centre accueille une cinquantaine de danseurs ayant au préalable réussi les auditions. Ils sont là pour un minimum de 3 ans. La première année, il la consacre à l’obtention de l’EAT (examen d’aptitude technique). Cet examen permet de vérifier que le candidat possède les compétences techniques et artistiques requises pour la préparation du diplôme d’Etat. Ce diplôme (EAT) leur permet d’obtenir le statut d’étudiant. Acquisition faite, deux choix s’offrent à eux : préparation au professorat ou formation à la scène d’artiste interprète.

En étroite collaboration avec deux compagnies nationales de danse, le centre offre aux étudiants une formation de qualité et une réelle insertion professionnelle. « Nous sommes un des seuls centres français à jouir de partenariats prestigieux avec des compagnies de danse à échelle internationale : la compagnie Résonance (dont il est le chorégraphe) et la compagnie Ballet jazz Art »

Une implantation judicieuse

L’implantation de ce centre au cœur même de Vichy semblait aller de soit pour Kada Ghodbane : « Le lieu est adapté à la danse, Vichy aussi est adaptéeà la danse. Le centre de Vichy est appelé à devenir un centre qui va prendre de l’ampleur . C’est une ville chouette et attrayante, il y a tout pour étudier, c’est aussi pour ça que nous sommes venus aussi. De plus, Vichy dispose aussi d’un atout de taille : c’est une ville à taille humaine ». Au regard de leur notoriété grandissante, le choix a été le bon. Par rapport à Paris, Vichy jouit également d’un atout primordial aux yeux de K.Ghodbane : « Ce qui est intéressant à Vichy, c’est qu’il y a du locatif et pas cher. Comparativement,  à Paris vous avez un 9m² pour 500 euros alors qu’à Vichy pour le même prix vous avez un F3. » Les étudiants disposent donc d’infrastructures de qualité dans un cadre de qualité où il fait bon vivre. Que demander de plus ?

 Un + pour l’économie vichyssoise

Cette implantation avait pour but de « développer un pôle d’excellence sur la région Auvergne ». C’est chose faite ! Implanté depuis seulement 6 ans (2006) le centre affiche un taux de réussite qui en fait jalouser plus d’un: « 100% de réussite sur les 2 dernières années. » Monsieur Ghodbane en est convaincu : « avec le taux de réussite que nous avons, le centre devient attractif. » Attractif et réputé.

Cette réussite est une magnifique vitrine pour le bassin vichyssois. L’attractivité du centre attire des étudiants de toute la France et même de l’étranger, et la demande est croissante. Des étudiants qui, de fil en aiguille, s’implantent durablement dans la vie économique locale, « nos cinquante étudiants se logent, mangent […], cela fait marcher l’économie. »

Il est aujourd’hui à la tête d’une association qui emploie 10 salariés. Le centre se veut aussi créateur d’emplois. Qui plus est, en essayant au maximum d’employer des habitants du coin : « Nous  utilisons dans le centre des gens de la région, nous essayons de privilégier ça. En guise d’exemple, notre professeur de classique vient de Cusset. Nous avons du potentiel pour créer des emplois sur Vichy. » De plus, 3 à 4 fois par an, le centre met  à disposition du public (débutant ou non) des stages orchestrés par des artistes dont la réputation n’est plus à faire. « Nos stages sont ouverts à tout le monde. C’est un petit peu de la vulgarisation artistique avec un produit qui est ciblé, avec des gens connus qui font de la télévision comme Bruno Vendelli.Le monde de la danse est un petit monde on se connaît tous. »

Ces stages sont un formidable vecteur de communication indirecte et de promotion de la ville. « Nous habituons les gens de Clermont, Thiers, Montluçon, de toute l’Auvergne à venir sur Vichy pour les stages.Les gens viennent, savent qu’àVichy il se passe des choses. »

Ces stages,qui se déroulent sur plusieurs jours favorisent ainsi le tourisme sur Vichy ce qui profite aux hôtels et commerçants « Nous travaillons en collaboration et avons mis en place des tarifs préférentiels avec l’hôtel Ibis et Novotel. Cela représente de nombreusesnuitées lors des stages. »

Un homme au service d’une cause 

7 jours sur 7 depuis des années. Cela correspond au temps attribué par KadaGhodbane à son art : la danse. Un investissement à part entière qui ne lui laisse pas le temps de souffler. Caractéristique de son dévouement et de son implication dans la danse. Cela pourrait paraitre incroyable mais la présidence de l’Espace Pléiade n’est pas son métier. Tout cela il le fait au titre de bénévole, « une valorisation du bénévolat » comme il le dit si bien. « J’ai un rapport bénévole avec l’association car j’ai la chance d’être directeur de danse dans une maison de la jeunesse et de la culture (MJC). Je suis là pour transmettre, donner gratuitement mes chorégraphies. »

Je travaille 4 jours par semaine à la MJC et le vendredi, samedi, dimanche je les consacre à l’association pour que le lieu puisse vivre.  C’est cette valorisation du bénévolat qui permet à la structure de continuer de vivre » Il se veut aussi promoteur et investigateur de l’art de manière générale, et n’hésite pas à faire don de la salle pour d’autres associations artistiques et culturelles : 

« Quand le travail est de qualité, nous mettons à disposition gratuitement la salle pour des associations. En ce moment nous la prêtons à un groupe de chant. Le lieu est un lieu ouvert et il s’y passe des choses, surement pas assez mais ça viendra.» Animé par le désir de voir toujours plus loin et de transmettre aux gens, il se dit làpour « créer des spectacles et diffuser de la culture.»

Aux vues de son implication, l’Espace Pléiade a, à n’en pas douter, de beaux jours devant lui !

http://espacepleiade.vichy.free.fr/

 

Rédaction : Steve Delannee