Vous êtes ici

Jérôme Phelipeau, PDG de la Compagnie de Vichy

Les carnets économiques du territoire

Aux paroles, il préfère les actes. PDG de la Compagnie de Vichy depuis dix ans, Jérôme Phelipeau n’a cessé de développer la partie thermalisme. Il a dernièrement reçu la médaille du tourisme.

«La Compagnie de Vichy est le premier employeur privé de la ville de Vichy, avec 300 salariés en équivalent temps plein », s'empresse de faire remarquer Jérôme Phelipeau, PDG depuis dix ans de cette entreprise concessionnaire des établissements thermaux de la ville et propriétaire d'un ensemble immobilier comprenant notamment les sources et l'hôtel des Célestins.

Et pourtant, le visage de Jérôme Phelipeau n'est pas familier des Vichyssois. « Les gens me disent qu'ils ne me voient jamais », admet-il. « Je passe pourtant la moitié de chaque semaine à Vichy. Mais c'est vrai que je ne vais pas aux inaugurations, voir les matches de basket, participer à tout ce qui fait la vie sociale de Vichy. Mon rôle est plus de faire de la représentation à l'extérieur, en France comme à l'étranger, car mon souci principal est de vendre Vichy. »

Un Renault Espace avec 255.000 km

Le dirigeant a tout de même pris conscience de la nécessité de forcer sa nature. La remise de la médaille du tourisme par le préfet, en est une preuve. Jérôme Phelipeau a aussi recruté, il y a trois ans, Jean-Luc Suarez afin, entre autres, de représenter davantage la Compagnie. « Cette distance qu'il semble prendre n'est pas volontaire. C'est de la timidité. Mais lancez-le sur un sujet qui le passionne, comme le vin, et il ne s'arrêtera plus », indique Jean-Luc Suarez.

L'autre moitié de sa semaine, Jérôme Phelipeau la passe donc à Paris et à l'étranger. Surtout depuis le lancement de sa filiale Vichy Spa International, qui commence à porter ses fruits : en 2016, deux premiers Vichy Spa Hôtel seront inaugurés à Marienbad (République Tchèque) et au Qatar.

Ce Vendéen de 62 ans, qui se voit travailler encore dix ans, préfère être jugé sur ses actes que sur sa capacité à accumuler les cocktails. Et son bilan, dix ans après être devenu PDG et actionnaire majoritaire de la Compagnie de Vichy, il le trouve plutôt satisfaisant. « Quand j'ai racheté la Compagnie au groupe Castel, certains disaient que j'allais revendre très vite pour faire un coup financier. Dix ans après, je suis toujours là, nous avons développé la marque Vichy et le thermalisme, qui avait été mis en veilleuse depuis 1969. Nous avons changé l'image du thermalisme, qui était vieillotte, mais qui est aujourd'hui à la pointe de la santé. Résultat, le nombre de curistes conventionnés a bondi de 30 %, atteignant 8.000. »

Une autre de ses fiertés est d'avoir développé le thermalisme non conventionné. Il avoue tout de même un « boulet au pied » : ne pas avoir encore réussi à trouver un accord avec les collectivités locales pour la cession du domaine thermal. « Cela fait dix ans que j'y travaille et je continue. Tant que ce n'est pas réglé, c'est un frein à nos investissements ».

Il donne le chiffre supposé des retombées du thermalisme pour Vichy après avoir refait minutieusement le calcul : 16 millions d'euros. Le développement de Vichy Spa International permettra, il en est sûr, d'attirer une clientèle étrangère encore plus importante. « En fréquentant les Vichy Spas, nos clients étrangers voudront venir découvrir Vichy », est-il persuadé.

« J'ai tout placé dans mon entreprise »

S'il y a des bénéfices, ils iront à sa société, foi de Jérôme Phelipeau. « J'ai tout placé dans mon entreprise. Je suis locataire de mes deux appartements à Paris et Vichy. La maison en Vendée est toujours la propriété de ma mère. Et je n'ai pas de compte à l'étranger », ironise-t-il.

Si certains de ses collaborateurs roulent avec des voitures de fonction, lui se déplace avec un Renault Espace, racheté à son ancien employeur, et qui affiche 255.000 km au compteur. Une voiture qui n'attire pas vraiment le regard. Logique, pour un patron très discret.

Jérôme Phelipeau en bref

  • 62 ans, marié, trois enfants
  • Diplômé de HEC, de Sciences Politiques et d'une maîtrise de Droit
  • En 1978, il intègre la Banque de Gestion Privée
  • En 1991, entrée au groupe Castel en tant que directeur général boissons gazeuses et bières
  • De 1998 à 2005, il dirige le groupe d'eaux minérales Alma (Saint-Yorre, Thonon, Vichy Célestins, Cristalline).
  • Depuis 2005, PDG de la Compagnie de Vichy

http://www.destinationvichy.com/

 

Source : lamontagne.fr - photo Frédéric Rimbert