Vous êtes ici

L’Opéra de Vichy, un opéra majeur

Les carnets économiques du territoire

Diane Polya-Zeitline fait partie de ces femmes qui comptent dans le paysage culturel régional. Directrice artistique de l’Opéra de Vichy, elle mène de front chaque année, deux saisons exigeantes et éclectiques, au service de la vie culturelle et du rayonnement vichyssois.

Depuis 25 ans, Diane Polya-Zeitline (seconde en partant de la droite sur la photo) dirige, tel un chef d’orchestre, une partition bien rodée au cœur de l’Opéra de Vichy. Arrivée dans la cité thermale en 1989, après une carrière d’interprète anglophone aux Etats-Unis et d’attachée de presse, notamment pour le festival de Paris, elle mesure très rapidement le potentiel de cet opéra et de son magnifique écrin : « Lorsqu’il a été construit en 1901, en plein âge d’or du thermalisme, cet opéra était surdimensionné par rapport à la taille de la ville de Vichy, mais quel outil incroyable ! C’est le seul opéra de style art nouveau en France. Avec ses 1400 places et ses qualités acoustiques indéniables, il impressionne beaucoup d’artistes » confie-t-elle,  toujours aussi enthousiaste qu’à ses débuts. Monument emblématique de la ville, le Grand Casino, comme on l’appelait à l’époque, est cédé par la compagnie fermière en mai 1989 à la ville de Vichy pour un franc symbolique. A charge pour elle de l’entretenir et de le faire vivre. Alors, c’est en lien étroit avec la municipalité vichyssoise que Diane Polya-Zeitline va construire ses premières saisons culturelles : « Pendant les premières années nous avons développé uniquement la saison d’été, l’arrivée du chauffage en 1995 nous a permis d’envisager les saisons d’hiver », se souvient la directrice artistique. L’hiver sera dédié au théâtre, à la danse et au spectacle vivant, tandis que l’été célèbre la musique classique sous toutes ses formes avec entre autre les Rencontres Lyriques Européennes et ses opéras.

Une programmation éclectique

Issue du monde de la musique classique et pianiste passionnée, Diane Polya-Zeitline dirige naturellement ses premières saisons vers l’opéra et la musique de chambre : « J’avais soif de musique classique, mais la volonté politique était de s’ouvrir à d’autres formes de musique et spectacles. En effet, dans les années 90, l’agglomération évolue et doit répondre aux besoins et envies d’une population plus jeune, cosmopolite et  présente toute l’année au cœur de Vichy. Ce tournant visible dans les mentalités des spectateurs, Diane Polya-Zeitline le vit personnellement lors d’un concert de MC Solaar : « Je suis restée bouche bée devant ce que cet artiste proposait. Ce spectacle c’était comme un opéra, avec des textes, de la musique, des danseurs… Ce fut un vrai déclencheur pour moi et cela a changé profondément ma façon d’appréhender mon travail ». Depuis, la programmation mise aussi bien sur de grands noms reconnus que sur de jeunes talents en devenir.  Un moyen de s’ouvrir à toutes les formes de spectacles vivants, de l’opérette à l’humour en passant par la variété musicale, les ballets contemporains ou les grands succès du théâtre parisien. « Nous avons aujourd’hui une action déterminante dans une ville devenue attirante et attrayante », explique la directrice artistique qui a vu, avec plaisir, sa programmation évoluer au fil des saisons.

L’opéra un atout économique unique

Avec ses 23 000 spectateurs en 2014, l’Opéra de Vichy est également un outil indispensable du rayonnement de la ville. Venus de toute la région et bien au-delà, les spectateurs participent activement à l’économie locale : « Les artistes que nous hébergeons passent 1700 nuitées par an sur Vichy, sans compter les retombées pour les restaurateurs locaux. Il faut dire qu’entre les chanteurs, musiciens, techniciens, habilleurs et maquilleurs, un opéra peut mobiliser facilement jusqu’à 200 personnes ». Et derrière chacune de ces soirées à succès se cachent une quinzaine de salariés à temps complet. Autour de la directrice artistique s’active en coulisses une équipe de femmes dédiée à la culture. Valérie Henriet s’occupe de la communication, Nadine Lesage-Rambaud de la comptabilité, tandis que Marie-Christine Moinel gère toute la partie administrative. Agathe Margottat complète l’équipe en gérant la partie administrative et logistique, notamment pour les besoins des artistes. « J’ai toujours défendu l’âme de ce lieu, et je suis entièrement soutenue par mes équipes qui adhérent totalement aux projets. Nous sommes toutes au même niveau et le rayonnement de l’opéra ne dépend que de ces équipes » rappelle avec force Diane Polya-Zeitline.

Des équipes de professionnels chevronnés

Thierry Piessat  a quant à lui en charge l’organisation et la gestion de la partie technique, épaulé par une équipe de 4 techniciens et des intermittents venus en renfort si nécessaire. « Tous sont de grands professionnels. Si quelque chose semble impossible, j’insiste et ils trouvent toujours des solutions. La seule chose qui peut nous faire renoncer à un spectacle, c’est une fiche technique insupportable qui nous obligerait à vendre les billets beaucoup trop chers, en excluant de nombreux spectateurs. C’est tout l’inverse de ce que nous voulons faire puisque nous vendons en moyenne les places d’un opéra deux fois moins cher que ce que cela nous coûte réellement. Les subventions nous aident à combler la différence » confie Diane Polya-Zeitline. Cette petite équipe d’une quinzaine de personnes gère donc, à elle seule, deux saisons par an. Une rareté dans une ville de la dimension de Vichy ! Tous accueillent également chaque année les galas des écoles de danse et les concerts des harmonies vichyssoises.

La culture au service des entreprises

Depuis de nombreuses années déjà, les programmations de l’opéra sont suivies de très près par des entreprises locales en quête de moments d’exception pour leurs salariés et clients. Des opérations de relations publiques se dessinent ainsi, dans un partenariat aux multiples apports : « Des entreprises comme NSE, BMW, la Banque Populaire, CEP ou la Compagnie fermière nous achète des places de spectacle ou une date qui leur est entièrement dédiée, pour inviter leurs clients, partenaires et salariés. Nos équipes sont force de proposition pour trouver un spectacle qui répondra à leurs attentes tout en favorisant des temps d’échanges avant et après la représentation ».  Les institutions comme le conseil départemental de l’Allier, le conseil régional d’Auvergne ou le ministère de la culture et de la communication via la DRAC, apportent elles un soutien financier indispensable. De nombreux partenaires économiques et médias locaux soutiennent également l’opéra et sa programmation.

En 25 ans, 1 000 spectacles ont attiré pas moins de 800 000 spectateurs qui sont venus applaudir 21 000 artistes. Un succès pour toute une équipe qui porte haut les couleurs artistiques et culturelles du bassin vichyssois.

Du 3 juillet au 9 octobre 2015, la 25ème édition d’Une saison en été vous fera vibrer !

 

Opéra de Vichy - 1, rue du Casino 03200 Vichy.

Direction artistique : 04 70 30 50 44 / Fax 04 70 30 50 51

opera@ville-vichy.fr

Site internet : www.opera-vichy.com

 

 

 

Rédaction Bénédicte Rollet NOTA Bene, pour les carnets économiques de Vichy Val d’Allier Développement