Vous êtes ici

Wild Customs

Les carnets économiques du territoire

Fabriquer des guitares électriques et les customiser telles sont les activités principales que Renaud Sauzedde et Julien Roure développent au sein de leur entreprise vichyssoise. Leur créneau, c’est le sur-mesure et l’unique. Rencontre avec deux amis qui se sont associés pour créer leur activité autour d’une passion commune, la guitare.

Située à cinq minutes de la gare, à deux pas de la place Charles de Gaulle, Wild Customs ne laisse personne indifférent. Qui ne s’est jamais demandé, en passant devant, ce qu’il pouvait bien y avoir derrière cette grande devanture recouverte d’affiches. « Des gens s’interrogent. Certains se demandent même s’il s’agit d’une salle de concert ». Depuis peu la vitrine s'est dévoilée et on peut découvrir quelques réalisations de guitares exposées.

Wild Customs, c’est le résultat d’une judicieuse association entre deux amis aux parcours différents mais complémentaires. Julien, ébéniste de formation, s’occupe de la lutherie, l’ébénisterie et la customisation. Il est secondé par Nicolas, apprenti. Quant à Renaud, après des études de marketing et communication, c’est tout naturellement qu’il prend en charge la communication et la logistique.

Après un démarrage, il y a 3 ans à Orléat dans le Puy de Dôme, les deux associés sont venus s’installer à Vichy. « Quand nous avons créé notre boîte, nous avons tenu à rester en Auvergne. Nous n’avons vraiment pas de regret. Nous aurions pu nous installer ailleurs. Vichy c’est mieux car c’est citadin. Cette ville a un côté assez classe, sympa. Ce n’est pas la grande ville comme Clermont où tout est plus compliqué. Et puis, pour venir de Paris, c’est ultra rapide. La gare est à proximité. Nous gardons cependant notre siège social à Orléat ».  Les activités de Wild Customs sont variées et les idées ne manquent pas !

La fabrication de guitares électriques

« Nous sommes spécialisés dans la fabrication de guitares et de basses électriques ». Deux gammes sont proposées. Les modèles les plus prestigieux sont réalisés de A à Z dans l’atelier vichyssois par Julien.  Une gamme standard série plus accessible financièrement existe aussi et va être développée dans les mois à venir afin de leur permettre d’être suffisamment représentés dans les magasins. « Elles sont réalisées 50% en usine et 50% ici ». Le bois arrive découpé et grossièrement réalisé. Julien s’occupe ensuite de l’assemblage et de la lutherie de précision.

« Des gens adorent notre boulot et nos grattes mais ne peuvent pas se les payer. Parce qu’une faite à 100% chez nous c’est minimum 1500 euros et ça peut monter jusqu’à 4000 euros. Tandis qu’une guitare faite en partie en usine c’est 600 euros. »        

La customisation

Customiser consiste à créer un produit sur mesure, à le personnaliser à partir d’un produit standard. Le client vient avec sa guitare, confie son projet et la récupère transformée. Il s’agira alors pour Julien d’en modifier la forme, l’électronique, la conception de l’instrument, la finition… Les musiciens sont souvent très attachés à leur instrument. « Le type de clientèle est très éclectique. Ça peut aller de l’étudiant qui veut se démarquer sur scène et va juste vouloir changer la couleur, mettre le logo de son groupe, à un horloger super réputé pour qui on a customisé des guitares. »

Le marché reste pour le moment relativement français. Les clients viennent de la France entière. « On est quasiment les seuls en Europe et peut être au monde à vraiment le faire à ce niveau-là. D’autres vont accepter de changer une guitare ou modifier un micro. Mais faire du custom et de la transformation aussi poussée et si intégrale sur un instrument, c’est un concept qui n’existe pas pour l’instant dans le monde de la guitare. »

L’ébénisterie

Wild Customs c’est aussi de la fabrication de meuble design, industriel. « On continue cette activité seulement quand les projets nous intéressent. Les clients viennent vers nous. C’est nous qui avons refait la déco du 104, un bar à pâtes rue de l’Amirauté à Vichy. »

Création graphique

Dans un style bien à lui, Wild Reno crée des  "Artworks " pour les musiciens et artistes à la recherche de visuels rock n' roll et originaux (logos, affiches de concert…). « Nous avons aussi cette carte-là en poche. Wild, ce n’est pas figé. Nous n’avons pas vraiment de frontières. »

Partenariat avec les entreprises locales

Dans la mesure du possible, ils essayent de travailler avec des entreprises locales. C’est le cas pour Allier Découpe +, par exemple, pour la découpe numérique de pièces plastique, bois et métal dont ils ont besoin pour la conception de leurs guitares.  « Nous sommes contents de les avoir trouvés parce qu’ils acceptent de travailler sur des petites quantités. La force du local,  c’est qu’il y a un lien direct. Nous avons travaillé aussi avec un marbrier d’Abrest pour nos autres travaux d’ébénisterie. »

« D’un côté seuls au monde et de l’autre beaucoup de concurrents. »

Située à mi-chemin entre la catégorie des luthiers qui se consacrent essentiellement aux guitares plus conventionnelles et les grandes marques américaines et françaises telles que Gibson ou Fender, Wild Customs a pour ambition de créer sa marque à part entière. « C’est peut être optimiste mais on se fixe comme objectif, dans 10 ans, d’être dans le top Ten mondial des marques de guitares en terme de réputation. En France, notre notoriété augmente. On a environ 600 visites par jour sur le site. L’année dernière, c’était 400. Sans faire de pub ni de référencement. »

La production s’élève aujourd’hui à une centaine de guitares par an. Les objectifs pour 2012 seront de doubler. « On prévoit par la suite de doubler tous les ans ».

A ce jour, aucune rock star n’est venue dans leurs locaux mais « le but du jeu si on continue de développer des partenariats avec des musiciens pro sera de les faire venir ».

En attendant, des groupes américains dont ils sont fans jouent avec leurs guitares. « Ça nous fait trop plaisir. C’est une très belle récompense ! »

www.wildcustoms.fr

Retrouvez le portrait sur Cheub