Le rachat du domaine thermal, une bonne affaire pour Vichy

Publié le 01/10/2019
thermes-des-domes

C’était un des points importants du conseil municipal du 30 septembre. Techniquement, il s’agissait de voter« le plan de financement prévisionnel » du rachat par la Ville à l’État. Concrètement, d’acter cette vente, et d’en présenter les contours.

La vente du domaine a été actée à 25 millions d’euros. Sur cette somme, Frédéric Aguilera, maire de Vichy, compte sur 5 millions de subventions de la Région, du Département, et de Vichy Communauté. Pour le reste, « l’État propose de payer en trois fois », poursuit l’édile dans un article de lamontagne.fr. Et des taux d’intérêt extrêmement bas permettent à la Ville d’augmenter le nombre d’annuités de son remboursement d’emprunt.

Des planètes alignées pour un schéma simple : 20 millions d’euros de coût réel pour la collectivité, payés en trois fois à l’État, remboursés en 23 ans. Soit une annuité de quelque 1,17 million d’euros.

Cependant, la Ville, alors propriétaire du domaine thermal, touchera le montant des redevances payé par la Compagnie de Vichy pour l’exploitation dudit domaine. Entre 1,7 et 1,8 million d’euros par an.

1,17 million d’euros de dépenses d’un côté, 1,7 ou 1,8 million de recettes de l’autre. Pour Frédéric Aguilera, le pari sera tenu : « La redevance couvrira l’intégralité de l’annuité. » Mieux, la différence « permettra d’amorcer la pompe pour le parc de Sources. »


Le coût de la rénovation du Parc des Sources, partie intégrante du domaine thermal, la plus visible et la plus urgente, est estimé à une somme comprise entre 10 et 15 millions d’euros. Les subventions devraient en couvrir la moitié. En juin, anticipant sur la cession du domaine thermal, Frédéric Aguilera avait fait voter aux élus une délibération permettant à la Ville de s’emparer de la maîtrise d’œuvre sur ce dossier. Histoire d’être fin prête en cas de vente, et de ne pas devoir attendre deux ans de plus en études. Depuis, la cession a été actée, « et on a déjà beaucoup travaillé », assure l’élu. À la date où la Ville deviendra officiellement propriétaire du domaine thermal, probablement à l’été 2020, elle sera donc déjà en ordre de marche pour lancer les travaux au plus tôt sur le parc. Avec pour enjeu, de « lui redonner une dimension paysagère », de « réintroduire de l’eau »…

Source et en savoir plus : lamontagne.fr / Matthieu Perrinaud