Une start-up cherche à valoriser les commerces de centre-ville

Publié le 22/01/2019
gregory-chambon-start-up vichy

Créée fin juillet 2018, la start-up de Vichy, Je fais de la Résistance, soutient et offre une visibilité aux commerçants du cœur de ville, de manière innovante, « façon TV web-shopping ».

En créant il y a moins de six mois la start-up Je fais de la Résistance, Grégory Chambon a souhaité « valoriser ces commerçants indépendants de cœur de ville, qui ont des notions de stocks et d’achats à la saison », et « résistent tant bien que mal » au quotidien, notamment impacté de plus en plus par internet .

Une démarche gratuite et « une ambition de fédérer au niveau national »

Avec à la clef un concept innovant, qui « n’existe pas du tout en France, mais est assez réputé sur le continent asiatique : le TV web-shopping ». Pour ce faire, chaque commerçant qui accepte de jouer le jeu est « filmé pendant une heure dans les conditions du live et présente ses produits » aux internautes connectés sur le site ou la page Facebook de la start-up.

« C’est plus qu’une page, c’est une vraie plateforme, où on ne rentre pas par le prix, mais par le produit », indique le créateur sur lamontagne.fr

Un coup de projecteur pour les commerçants et une vente éphémère via la plateforme, Jefaisdelaresistance.fr, sur laquelle l’internaute peut acheter en direct les produits et dispose de quinze jours pour se décider à passer à l’acte d’achat.

Cette « démarche entièrement gratuite, définie sur la base du gagnant-gagnant », voit la start-up vichyssoise être rémunérée selon « un système de commissionnement sur les ventes ».

6 commerçants ont déjà rejoint le mouvement et accepté de prendre place derrière la caméra, et une vingtaine sont dans les tuyaux, « prenant conscience qu’en ces temps d’économie morose, il peut être judicieux d’évoluer et de jouer le jeu des réseaux ».

Derrière cette « résistance organisée », le startupper a « une ambition nationale » et souhaite « créer une communauté de commerçants et de clients, sensibles au fait d’acheter leurs produits et de faire travailler les commerçants physiques ».

50 agents à recruter aux quatre coins de la France

Pour continuer à se développer, Grégory Chambon s’est entouré d’un associé, Cédric Le Calvé, qui l’a rejoint dans l’aventure et est en charge de « l’évolution et de la maintenance du site ». Et souhaite développer le concept, à la recherche d’investisseurs et cherchant à recruter cinquante d’agents à travers la France.

Source : lamontagne.fr / Adrien Maridet / Photo : Dominique Parat