Vous êtes ici

Allier : soixante-douze bornes installées pour recharger les voitures électriques

L’Allier a fait le choix de l’électrique. Aujourd’hui, 72 bornes sont installées. De quoi faire le bonheur des 500 automobilistes circulant à bord d’une voiture électrique.

L'Allier, département pilote en Auvergne Rhône-Alpes en matière de déploiement de bornes électriques. C'est le seul a être doté d'un réseau public couvrant l'intégralité de son territoire. Depuis l'an dernier, le Bourbonnais est maillé avec 72 sites de recharge. « Trois bornes ne sont pas encore installées, pour des raisons administratives ou techniques », explique Yves Simon, le président du Syndicat départemental d'énergie (SDE) de l'Allier.

Pour les deux premières années d'exercice de ce service public, 2016 et 2017, la recharge est entièrement gratuite pour les automobilistes. Une démarche incitative qui vise à vulgariser ce moyen de locomotion. Elle s'effectue grâce à des badges distribués par le SDE. « Nous en avons distribué 350 », calcule Amandine Gaches, chargée de mission pour ce syndicat. « On couvre ainsi les deux tiers du parc électrique de l'Allier. Nous l'avions estimé à 500 véhicules », reprend Yves Simon.

3.500 recharges effectuées en 6 mois

Sur les six premiers mois d'exercice, 3.500 recharges ont été effectuées sur le réseau géré par le SDE.

Les modèles de borne retenus par le SDE sont de deux types : 65 sont dites accélérées (la batterie est rechargée à 80 % en deux heures) et 10 sont dites rapides (la batterie est rechargée à 80 % en trente minutes).

Durant le démarrage de ce service, les équipes du SDE assurent elles-mêmes la maintenance et répondent aussi aux appels des automobilistes rencontrant des difficultés. « Nous n'avons pas eu de bug majeur et nous essayons de tout faire pour que l'automobiliste puisse repartir, raconte Amandine Gaches. Seule une borne, à Montluçon, a été percutée par un automobiliste qui effectuait une marche arrière. »

Dépannage téléphonique

« Nous sommes dans la norme européenne en termes d'incidents, estime Yves Simon. On peut considérer que 85 % des bornes fonctionnent normalement. » Pour autant, les informations étant transmises à partir des bornes vers le serveur central par téléphonie mobile, la transmission peut connaître des ratés liés à la mauvaise couverture locale.

Le déploiement de ce réseau correspond à un investissement de 830.000 euros, dont 350.000 euros apportés par l'Ademe et 100.000 euros par le Conseil départemental.

La prochaine étape concerne la mise en place d'une tarification pour les usagers, à l'issue des deux premières années de gratuité, en 2018. « Nous sommes en train de travailler sur le montant de cet abonnement. Son prix n'est pas encore arrêté », explique Yves Simon.

Source : www.lamontagne.fr

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com