Vous êtes ici

"Comment j’utilise les plateformes de freelances"

Valérie Abehsera, fondatrice de Balinea, site de réservations de prestations bien-être et forme, fait appel depuis de longues années à des freelances, par le biais d’une plateforme spécialisée.

« J'utilise Hopwork depuis environ trois ans. Pour moi, c'est la référence en France. La qualité de service est appréciable, car des conseillers sont disponibles au téléphone. Cela répondait à plusieurs de mes problématiques. Je fais appel à cette plateforme de freelances sur plusieurs domaines : le développement informatique, la créa comme du web-design ou de l'infographie, des relations presse et de la rédaction web. »

A la recherche de développeurs

« Il y a une pénurie dans les métiers du développement informatique. De façon chronique, on a du mal à recruter des développeurs. Or nous avons une liste de projets assez conséquente, nous sommes donc toujours en train d'en recruter. Et même si l’on recrute, on est toujours en manque de main d'œuvre ! Pour donner un ordre d'idée, aux débuts d'Hopwork, nous avions notre CTO (Chief Technical Officer) et deux ou trois développeurs. Aujourd'hui, plus d'une dizaine travaillent chez Balinea. Le fait de faire appel à des freelances ne nous empêche pas de recruter. Simplement, en attendant de trouver la bonne personne qui a envie de nous rejoindre en CDI, le fait de pouvoir s'appuyer sur des freelances permet de continuer à avancer. Le choix du freelance dépend des compétences dont nous avons besoin. Nous prenons à chaque fois l'expert qui correspond à la mission et surtout, celui qui est disponible. »

Une nouvelle façon de travailler

« Je pense que cela correspond aux nouveaux usages dans la façon de travailler. Certaines personnes n'ont plus envie de travailler à long terme pour la même entreprise et préfèrent changer de projet régulièrement et/ou avoir plus de temps libre. »
« Pour de la création, ce sont souvent des projets ponctuels. Par exemple, dans le cadre d'opérations de communication, on est amené à faire des infographies. Nous avons une « créa » en interne mais l'infographie est vraiment un métier à part. Nous en faisons deux par an : nous n’allons pas recruter un spécialiste. Nous faisons donc appel à un freelance via Hopwork, c'est-à-dire une expertise externe pour des besoins ponctuels. »

Utile en cas de surcharge d’activité

« Nous faisons appel à des rédacteurs web pour le contenu du site internet, dans le cas d'une surcharge d'activité. On référence régulièrement de nouvelles adresses pour lesquelles la rédactrice, en CDI à temps plein, rédige le descriptif de l'établissement et des soins référencés. Les commerciaux qui recrutent de nouveaux établissements ont un flux assez régulier de 250 établissements par mois mais parfois ils peuvent monter jusqu'à 300. Nous sous-traitons à des rédacteurs freelances la mise en ligne rapide de ces adresses. Notre rédactrice ne les traite pas elle-même : ce serait dommage pour le business. L'équipe des opérations s'est constituée un pool de trois à quatre freelances, tous formés à notre charte éditoriale. »

En savoir plus sur http://business.lesechos.fr

 

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com