Vous êtes ici

Débat public LGV : quelle voie prendre pour le consensus ?

Près de 400 personnes et trois heures de questions et de prises de positions, hier soir à Vichy, pour la troisième des vingt-six réunions du débat public sur le projet de ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon.

Claude Malhuret, maire de Vichy, a ouvert et fermé le débat par les mêmes mots. « Nous n'arriverons à être entendus que si nous parlons d'une seule voix. Il va falloir discuter, dialoguer et faire des compromis réels. »

Désaccord sur le tracé

Les interventions incisives de la première adjointe au maire de Moulins, Nicole Tabutin, et de son collègue Guy Charmetant, maire de Montbeugny, ont montré que le ver est déjà dans la pomme. « Avec la gare nouvelle du côté de Varennes, Moulins sera dans un cul-de-sac », a prévenu ce dernier. « L'idéal de l'un peut être néfaste pour l'autre, a complété l'élue moulinoise. Il faut commencer par écarter les tracés les moins favorables : les scénarios Est et Ouest-Sud sont à exclure. »

Le Ouest-Sud et sa gare nouvelle, c'est pourtant le credo du président de l'agglo de Vichy, Jean-Michel Guerre : « L'ensemble du département a tout à y gagner. Ainsi, l'Allier peut se trouver au coeur d'une croix ferroviaire nord sud et ouest est. »

Serge Godard, maire de Clermont, « milite » également pour le Ouest-Sud afin de développer « la plateforme Vichy\Clermont » et la liaison vers Lyon et Roanne.

" Trouver le chemin de l'union "

Outre le maire de Vichy, le maire de Nevers, Florent Sainte Fare Garnot, plaide pour un rapprochement des positions : « Avec les maires de Moulins et Bourges, nous sommes d'accord pour dire que le projet Est est inacceptable. Et que le Ouest-Sud est déraisonnable. Nous devons travailler aux tracés Ouest et Médian, en passant par Roanne. Nous sommes aujourd'hui disponibles à une discussion qui permette de trouver le chemin de l'union. »

Le président du Conseil général, Jean-Paul Dufrègne, laisse lui aussi les portes ouvertes... puisqu'il ne prend pas position tout de suite sur les tracés : « C'est normal que chacun souhaite se focaliser sur tel ou tel scénario. Sauf que l'Allier a besoin de maintenir son unité. Nous nous appuierons sur le débat public pour poser des questions et avancer des arguments, en jouant la carte de l'unité. »

C'est pour atteindre ce consensus que la CCI de Moulins-Vichy souhaite que le choix se porte « sur les deux scénarios les mieux placés en terme de rentabilité et de possibilités de financements ». C'est-à-dire les tracés Ouest et Médian.

Quid du développement durable ?

Les élus d'Orléans et de Roanne étaient à Vichy pour porter le message de ces deux territoires également concernés par le POCL. Pour Orléans, seuls les deux scénarios à l'ouest « répondent aux exigences de développement durable et de développement du territoire ». À Roanne, on a une exigence : l'exclusion des variantes qui passent par Mâcon.

Plusieurs citoyens, militants ou élus ont posé les questions du développement durable. Pour la fédération Allier Nature, René Chanaux a estimé qu'il fallait « aller vers l'optimisation des moyens existants, avec des TER fiables et attractifs ». Élue Europe Écologie de l'agglo de Vichy, Anne Babian-Lhermet valide le tracé Ouest-Sud tout en affirmant son « refus du financement local d'une infrastructure nationale ».

D'autres ont évoqué « l'impact énorme » sur la forêt de Tronçais du tracé Ouest-Sud.

Source : La Montagne

Le site internet du débat

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com