Vous êtes ici

Des professionnels de santé lancent un réseau d’addictologie, le premier du genre dans la région

Face à la complexité des conduites addictives, des professionnels de santé se réunissent, ce soir, pour créer ensemble un réseau d’addictologie.

Complémentarité et pluridisciplinarité sont les maîtres mots pour répondre à l'ensemble des problèmes posés par l'addiction. C'est pourquoi, ce soir, des professionnels de santé se réunissent pour créer une association permettant de mettre en place un réseau de microstructures d'addictologie.

« Le rôle fondamental est d'améliorer la prise en charge de tous les types d'addictions, explique Jean-Pierre Garmy, médecin-addictologue à Cusset. Mais l'association permet également d'avoir une formation médicale partagée et de fédérer les différents acteurs autour des problèmes d'addictologie ».

Fédérer les différents acteurs

Lancées il y a quelques années à Strasbourg par le docteur George-Henri Melenotte (qui animera la réunion d'information de ce soir), ces structures sont en train de se multiplier sur le territoire national. Le réseau, lancé ce soir à Vichy, sera le premier du genre dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. « Ce réseau local a pour vocation de rassembler des professionnels mais aussi des bénévoles de l'Allier, pour le moment. Mais ce n'est pas exclusif, tout le monde peut nous rejoindre », poursuit Jean-Pierre Garmy. Elle rassemble, pour l'instant, une trentaine de membres, des professionnels de la santé mais aussi des adhérents sympathisants et des demandeurs. « Nous faisions déjà des réunions de ce genre mais l'association c'est un plus. Cela permet d'avoir un outil institutionnel, précise le médecin. Elle est aussi indispensable pour obtenir les financements de l'Agence régionale de santé (ARS). » L'association est un cadre indispensable pour mettre en place des microstructures d'addictologie chez les médecins généralistes et remplir les objectifs fixés. Le premier d'entre eux concerne les professionnels eux-mêmes. « L'addiction concerne le tabac, l'alcool, les jeux, l'achat, toutes les drogues,… et la prise en charge est parfois très en dessous comme pour la consommation de cannabis chez les jeunes hommes, précise Jean-Pierre Garmy. Notre volonté est d'impliquer les médecins libéraux, les établissements hospitaliers, les maisons de santé, les spécialistes, etc. dans ces problèmes d'addictologie. Les médecins généralistes et les maisons médicales sont demandeurs. Leur intégration dans un réseau peut les aider face à la complexité des conduites addictives qui touchent une multitude de domaines. »

Partager les connaissances des personnels de santé et avoir une pluridisciplinarité sur cette problématique est nécessaire pour coordonner les actions et de former les professionnels de santé ensemble.

Le temps, un facteur essentiel

« Pour le patient, l'objectif, si nous avons les financements, est d'avoir un tissu de professionnels mieux formés et plus disponibles. D'avoir une meilleure prise en charge tout simplement », résume Jean-Pierre Garmy.

Et face aux addictions, le temps est un facteur essentiel. Le réseau doit permettre d'en obtenir et de l'optimiser pour accompagner les patients vers la guérison. « L'éducation thérapeutique est essentielle, explique Virginie Cartailler, infirmière qui participe à la création de l'association. C'est un accompagnement complémentaire pour prendre le temps de trouver des solutions avec le patient, vu comme acteur de son changement. Cela demande du temps avec des séances de 45 minutes à une heure pour peser les choses, ce qu'un rendez-vous médical normal ne peut pas offrir bien évidemment. »

Réunion d'information. Ce soir à partir de 19h30 à l'hôtel Mercure Vichy Thermalia.

Source : www.lamontagne.fr

 

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com