Vous êtes ici

Des transporteurs s'engagent contre le CO2

La lutte contre le réchauffement climatique passe par la réduction des émissions de CO2. Des transporteurs routiers en sont conscients. Depuis six ans, en Auvergne, ils peuvent s’engager à travers une démarche collective économique.

Incontournable ! Alors que se profile la conférence de Paris sur le réchauffement climatique, les idées liées à la réduction d’émissions de CO2 se multiplient. Certains n’ont pas attendu cette échéance pour s’impliquer. Et ouvrir la voie.

En 2009, répondant à l’invitation de l’Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie (Ademe) et de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal), Yves Jamon s’est engagé dans une démarche collective. À la tête d’une société familiale de transport basée à Clermont-Ferrand, ainsi que sur Issoire, Le Puy-en-Velay et en région lyonnaise, il a rapidement compris l’intérêt que représentait la formation de ses 460 conducteurs routiers pour jouer la carte du développement durable.

Ses 500 poids lourds, dont la moitié sur le site clermontois du Brézet, transportent des matériaux ou produits pour l’industrie, l’agroalimentaire ou les travaux publics, sur des parcours nationaux ou régionaux. Autre métier de cette entreprise, assurer l’organisation de transports pour de la sous-traitance étrangère et la logistique de produits industriels ou de biens de consommation venant, par exemple, d’Asie. Autant dire que l’engagement « Objectif CO2 » importe pour cette société qui consomme 15 millions de litres de carburant par an.

8,2 % d’économie de gasoil

« En six ans, notre économie en gasoil représente 8,2 %. Ce qui se traduit par une quantité de CO2 proportionnelle non relâchée dans l’atmosphère », précise Yves Jamon. Pionnière à travers cette démarche, Multi Transports améliore ainsi ses performances à différents niveaux. « La crédibilité auprès de notre clientèle et la volonté affichée de la direction de travailler pour le développement durable motivent tous nos salariés, notamment les conducteurs, à adopter une éco-conduite, c’est-à-dire une conduite plus rationnelle. Et tous se prennent au jeu ! »

Informatique embarquée, prudence au volant et itinéraires les plus adaptés constituent autant de paramètres qui concourent à cette dynamique économique. Par ailleurs, le parc de camions reçoit des améliorations allant dans ce sens : ergonomie, prise à l’air, boîtes de vitesses robotisées, filtre à particules et huiles de synthèse nécessitent de « faire son marché » et de renouveler les camions.

Au final, le chef d’entreprise en est convaincu : « Dans notre métier de transporteur, tout le monde a compris le double intérêt, financier et moins polluant. Aussi, maintenant, on a des devoirs, car on affiche la consommation de CO2 pour informer nos clients ! ».

Source : lamontagne.fr

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com