Vous êtes ici

L'agglomération de Vichy dans l'Expansion.com

Pour prendre le relais d'un thermalisme qui doit se réinventer, la ville et la communauté d'agglomération s'appuient sur les congrès, le sport et l'éducation. Priorité des priorités : accélérer le désenclavement.

Vichy Val d'Allier (VVA) rassemble 75 200 habitants, dont plus de la moitié résident dans le Grand Vichy qui inclut, outre la ville (26 500 habitants), Cusset (13 900) et Bellerive-sur-Allier (8 700). La communauté d'agglomération a enrayé sa chute démographique, à l'inverse du département, et mis fin à sa dépendance à l'égard d'une monoactivité. Les congrès et le sport apportent désormais plus à l'économie que le thermalisme. Le BioParc est sorti de terre, la réhabilitation du quartier des Ailes (600 logements) et des projets d'écoquartiers sont en cours. La région, elle, a investi dans le marché couvert, l'hippodrome, le haut débit...

L'offre culturelle s'étoffe grâce au festival de Gannat, à l'Opéra, au centre Valery-Larbaud. Les offres éducatives et sportives ne sont pas en reste, avec des structures comme le Cavilam, le Creps et l'hippodrome. Et le stade nautique de Bellerive-sur-Allier peut s'enorgueillir de recevoir l'équipe américaine de natation pour ses entraînements en prévision des jeux Olympiques.

La liaison Centre-Europe -Atlantique se dessine

L'agglomération possède des atouts pour faire mieux encore. Le thermalisme accueille chaque année 25 000 curistes pour 150 000 nuitées, loin de son âge d'or. Néanmoins, la Compagnie de Vichy table sur de nouveaux programmes, comme "Maigrir à Vichy", et sur l'exportation de la marque. L'idée d'un centre thermoludique est en gestation, mais la perspective de la fin, dans vingt ans, de la concession accordée par l'Etat à la Compagnie freine les investissements. Les élus, unanimes, souhaitent que l'Etat cède le patrimoine à la ville de Vichy, mais le dossier est complexe, et la Compagnie préférerait se porter acquéreuse.

Le désenclavement de l'agglomération, dossier majeur, progresse sur le contournement sud-ouest de l'agglomération et sur la route Centre-Europe-Atlantique (RCEA), mais stagne sur la LGV. Le directeur de l'office du tourisme, Jérôme Joannet, estime que, pour pouvoir se mesurer à une ville comme Biarritz, "il faudrait un hôtel trois ou quatre étoiles de plus".

Enfin, la convergence entre les acteurs du marché du travail est en cours, avec des tables rondes qui devraient aboutir d'ici à la fin de l'année, afin de mieux coordonner les formations et les offres d'emploi.

Source : lexpansion.com

 

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com