Vous êtes ici

L'Allier veut financer les études des futurs kinés et dentistes pour les retenir

Le département projette de verser des bourses d’études aux futurs kinésithérapeutes et chirurgiens-dentistes pour qu’ils s’installent en retour dans l’Allier. Les ordres concernés sont partagés.

Le manque de kinésithérapeutes et de chirurgiens-dentistes est dans le viseur du conseil départemental de l'Allier. Comme elle le fait depuis 2006 pour les médecins généralistes, la collectivité veut faire profiter son dispositif Wanted à ces deux professions.

Pourquoi elles ? « C'est chez les kinésithérapeutes et les chirurgiens-dentistes qu'on peine le plus à trouver des remplaçants quand il y a des départs en retraite », analyse Gérard Dériot, le président du département, qui aime rappeler qu'il a mis en place le dispositif Wanted dans l'Allier en 2006.

Il y a dix ans, le Bourbonnais avait été le premier territoire en France à verser une bourse d'études aux étudiants en médecine de troisième cycle pour qu'ils s'engagent en contrepartie à rester dans le département au moins six ans.

L'Ordre départemental des masseurs-kinésithérapeutes se montre « plutôt favorable » à cette idée. « Une grosse partie des étudiants réalisent déjà des emprunts personnels pour payer leurs études », remarque Thierry Delapierre, président de l'ordre, qui attend toutefois de voir l'adaptation du dispositif à sa profession.

Le projet Wanted pour les chirurgiens-dentistes et kinésithérapeutes n'a pour le moment pas encore été chiffré par les services du conseil départemental. « Mais ça pourrait aller très vite », annonce Gérard Dériot, qui évoque un lancement possible d'ici la fin de l'année ou le début de la suivante.

Source : lamontagne.fr

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com