Vous êtes ici

L’outil en main clôture l’année

Dans le nouveau local de l’association, les jeunes ainsi que les intervenants ont fait découvrir leurs réalisations aux familles. C’est l’heure du bilan.

C’est avec enthousiasme que l’association L’Outil en main a dévoilé ses réalisations durant la journée portes ouvertes du mercredi 6 Juillet. Enfants et intervenants de différents horizons de l’artisanat se sont retrouvés une dernière fois avant la pause estivale.

Bavares et agités, ces cinq jeunes de L’Outil en main ne se sont pas fait prier pour partager leur expérience au sein de l’association.
Ruben va passer en classe de 5e, il raconte ce que l’association lui a apporté. « Avec Théo, on ne se voyait pas souvent, on aimait bien faire des cabanes ensemble alors on s’est inscrits pour apprendre de nouvelles choses qui peuvent nous aider dans nos projets, savoir
 aire un peu de tout. On voudrait même avoir une compagnie de travaux publics ensemble plus tard. »

De l’énergie et des projets, ils en ont à revendre, Nathan fait part des siens : « J’ai bien aimé travailler avec des gens qui ont déjà du savoir-faire. Je suis aussi venu pour apprendre à bricoler et pouvoir me débrouiller tout seul. J’aimerais être ébéniste et venir ici m’a aidé pour plus tard. »

M. Alain a été meilleur ouvrier de France dans son métier de fourreur et, selon lui, « c’est toujours intéressant de partager avec les jeunes générations nos savoir-faire dans la mesure de nos moyens.»

Le local étant mis à la disposition de l’association depuis le 1er janvier, Jean-Michel Brédillat, intervenant expert en automobile et trésorier, pense déjà à la rentrée. « Une hausse des inscriptions est attendue. Avec le bouche à oreille les effectifs devraient augmenter. Les donations, nous en avons peu, trouver des fonds c’est important pour avoir de nouveaux équipements.» En effet, les jeunes réclament plus de matériel dans l’espoir de diversifier les activités, surtout en fin d’année.

M. Alain remarque « quand même une certaine ambiguïté avec le cadre car les enfants ne sont pas à l’école, ni au travail, mais pas non plus en récréation.» Selon les intervenants malgré la relation intergénérationnelle qui enrichit leur quotidien, il faut des efforts d’adaptation de chaque côté pour parvenir à travailler, ce qui n’est pas toujours évident. « Je ne l’ai pas appris à l’école, je l’ai découvert ici. » Cette phrase de Kevin n’est pas singulière et revient souvent dans le discours de ces jeunes. Les cinq garçons présents cette année viennent avec de bon coeur. Une complicité, un esprit de groupe s’est installé entre eux.

Contact association : Tél. 06.13.46.46.47

Source : La Montagne (11/07/16)

 

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com