Vous êtes ici

L'Express encense Jacques Decoret

"Jacques Decoret n'a rien perdu de son énergie créatice. Vite, à Vichy!"

Des coups de maître. Comme cette petite lotte d'Oléron ravie d'être de la fête, entre serpentins de carottes, yaourt aigrelet et beurre noisette tonique; cette drôle de soupe à l'oignon travestie sous les traits d'un vieux cantal liquide immergeant de son voile lacté un assortiment de quatre variétés d'oignons aux textures tantôt croquantes, tantôt fondantes, ou ce pigeon Miéral -cuisse et suprême- à la cuisson redoutable, remplumé par quelques quartiers de betterave fondante et un jus prodigieux aux mûres sauvages et olives noires.  

Même cet ice tea! Ce serait juste une de ces farces et attrapes pas plus raffinées qu'un coussin péteur si la bouteille en plastique à l'étiquette détournée n'enfermait une implacable infusion fraîche et ambrée au puissant goût de tomate. En dessert, c'est au tour de l'After Eight d'être changé en assiette de marque: le chocolat dans tous ses états, troublé par la présence laiteuse d'un explosif sorbet menthe, dans un dressage chaotique que ne renieraient pas les meilleurs cuisiniers de Scandinavie. Preuve supplémentaire qu'on peut être chef à Vichy, n'avoir qu'une seule étoile et... valoir le voyage! 

En savoir plus : lexpress.fr

 

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com