Vous êtes ici

Le Cancéropole accélérateur de projets

La recherche en cancérologie n’a pas attendu la réforme territoriale pour unir les forces en présence.
Depuis 12 ans, le CLARA – à savoir le Cancéropôle Lyon Auvergne RhôneAlpes– fédère près de 3.200 chercheurs, cliniciens et entrepreneurs de Clermon-tFerrand, Grenoble, Saint-Etienne et Lyon.
 
Universités, hôpitaux, entreprises...
 
Une stratégie d’union née du premier Plan cancer de 2003 et un dynamisme qui porte ses fruits, comme l’ont évoqué, hier à ClermontFerrand, Amaury Martin, secrétaire général du CLARA et Frédérique PenaultLlorca, directrice du Centre de lutte contre le cancer Jean Perrin à Clermont-Ferrand et membre du conseil d’administration du Cancéropôle.
 
1 Un territoire de référence.
Positionner RhôneAlpes Auvergne en tant que territoire de référence dans la recherche en oncologie telle est l’ambition du CLARA et le réseau ainsi créé en atteste. Si l’Auvergne ne représente que 5 % dans le CLARA en termes d’effectifs de chercheurs (160), ses spécificités en font en revanche un partenaire complémentaire de ses homologues rhône-alpins.
Des chercheurs réunis autour de quatre pôles universitaires rassemblant les établissements de recherche et d’enseignement supérieur, les établissements hospitaliers et 70 entreprises autour de l’urgence nationale de santé que représente le cancer.
 
2 Développement économique.
Une des spécificités du CLARA par rapport aux six autres créés en France, c’est justement ce partenariat industriel. « Le cancéropôle soutient le développement économique régional en accompagnant le transfert clinique et industriel de la recherche en oncologie et des startup et par là même des emplois se créent », précise le secrétaire général citant notamment le Lyonbiopôle, pôle de compétitivité mondial en sciences de la vie. Financé par les collectivités territoriales et l’Inca (Institut national du cancer) le CLARA est également soutenu par les entreprises. Depuis 2003, 180 millions d’euros d’aides ont été alloués par les collectivités locales et l’Inca et 250 millions d’euros investis par les entreprises avec une centaine d’emplois à la clé.
 
3 Une médecine personnalisée.
162 projets ont été soutenus par le CLARA depuis 2013. Pour exemple, en 2014, trois projets « Preuve du concept » ont été mis en oeuvre : une étude clinique pour mieux évaluer le ratio bénéfice/risque des radiothérapies ; une phase préclinique d’un vaccin pour soigner les cancers de la peau et une étude pour réduire la toxicité des traitements des cancers tête et cou. Pour les années à venir, le Cancéropôle vise à soutenir une médecine personnalisée : un traitement pour un patient.
L’idée étant de rapprocher soins et recherche afin que les avancées bénéficient au plus vite aux patients. Parmi les projets, CaP, Cancer Auvergne prostate réunit neuf équipes multidisciplinaires de recherche académique et clinique.
Autant de projets et une lisibilité qui devraient être, de surcroît, facilités avec l’union entre les régions au 1er janvier 2016.
 
Source : La Montagne

 

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com