Vous êtes ici

Analgesia agit là où ça fait mal !

Créé en 2010 à Clermont-Ferrand, le cluster d'Excellence Analgesia Partnership a donné le jour à l'Institut Analgesia, une initiative unique en Europe, entièrement dédiée à l'innovation contre la douleur. Pour ce faire, il a établi un lien opérationnel entre recherche fondamentale, expérimentation préclinique et premières évaluations des médicaments susceptibles de devenir les antalgiques de demain.

Comme le souligne le professeur Alain Eschalier, président de l'Institut Analgesia et directeur de l’UMR 1107 NeuroDol (Inserm/Université d’Auvergne) : « Nous nous orientons vers une médecine personnalisée afin de ne plus traiter la douleur à l'aveugle. » Hors norme par son triple dimensionnement – clinique/préclinique, public/privé, santé humaine/santé animale –, Analgesia place le patient (quel qu'il soit) au cœur de sa recherche. « Nous pratiquons une recherche translationnelle inverse, autrement dit, nous partons du lit du malade pour mieux y revenir. »

Les chercheurs investis dans le projet de l’Institut Analgesia collaborent ensemble depuis plus de 5 ans au sein du cluster Analgesia Partnership. Celui-ci a pour l'heure permis la synthèse de plus de 200 molécules (dont une vingtaine entrées en début de développement), le dépôt de 6 brevets, la mise en œuvre de trois essais cliniques et la publication de plusieurs articles de référence [Nature Communication (décembre 2013), European Journal of Medicinal Chemistry (mars 2014), Pain (avril 2014)].

En point de mire, une amélioration du rapport bénéfice/risque des antalgiques actuellement sur le marché (pour exemple en essayant de supprimer certains effets secondaires provoqués par un anti-douleur comme la morphine : somnolence, constipation, nausées, dépendance physique…).

De premiers résultats encourageants qui devraient aider à la mise en place d'une Fondation afin d'apporter le ciment nécessaire à la construction d'un écosystème toujours plus propice à l'innovation. « Nous sommes face à un problème sociétal », remarque Alice Corteval, docteur en pharmacie et directrice opérationnelle de l’Institut. Rappelons que le traitement de la douleur représente un enjeu considérable en matière de santé publique car celle-ci affecte 1/5 de la population européenne et se traduit, entre autres, par une perte de 88 millions de jours de travail/an en France) soit une estimation de coût socio-économique équivalent à plus de 3 % du PIB.

« À l'occasion de la journée mondiale contre la douleur du 17 octobre dernier, nous avons lancé une première campagne d'appel à la générosité publique. D'où l'importance du parrainage qu'a bien voulu nous apporter Renaud Lavillénie. » Tout comme le recordman mondial du saut à la perche, le Nouveau Monde prouve une fois encore sa capacité novatrice à surmonter les difficultés. La campagne de soutien est accessible sur www.institut-analgesia.org/ rubrique « nous soutenir ». Légende photo : évaluation de la douleur du patient, à l’aide d’une échelle visuelle analogique © Institut Analgesia.

Source : www.auvergne-nouveau-monde.fr

 

 

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com