Vous êtes ici

Opéra de Lyon et Vichy, vers une"complicité pérenne"

Les opéras de Lyon et Vichy unissent leurs « qualités complémentaires » autour du Couronnement de Poppée . Une première que les protagonistes souhaitent pérenniser.

Avec la création de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes, un lien artistique se tisse entre l'Opéra de Lyon, 2 e de France, et l'Opéra de Vichy. Il se concrétise autour d'une œuvre emblématique de Monteverdi, Le Couronnement de Poppée, produit par l'Opéra de Lyon et accueilli à Vichy les 7, 9 et 11 mars prochains.

« Vers une complicité pérenne »

« La nouvelle région offre l'avantage d'avoir un Opéra comme celui de Vichy, expose Serge Dorny, directeur général de l'Opéra de Lyon. C'est un patrimoine à l'acoustique extraordinaire. Dans le cadre de notre festival « Mémoires » nous produisons trois opéras dont Le Couronnement de Poppée. J'ai souhaité que Vichy, qui a des qualités complémentaires avec nous, soit notre partenaire pour l'accueillir. On espère que ce sera le début d'une complicité pérenne pour partager des productions d'opéras ou de ballets. J'ai proposé que l'on soit audacieux avec trois représentations à Vichy et trois au Théâtre national populaire de Villeubanne. Cela afin d'accueillir le public le plus large possible. »

Diane Polya-Zeitline souligne : « J'ai adhéré à la proposition de Serge Dorny autour de cette œuvre de Monteverdi, recréée, en 1999, par Klaus Michaël Grüber. Cette co-réalisation permet de renforcer l'identité de Vichy comme scène lyrique au nord de la grande région. Elle permet de profiler également le développement de l'Opéra. Pour en avoir les moyens, nous ne pouvons œuvrer seuls. Cette co-réalisation avec l'Opéra de Lyon le préfigure et amorce une mutualisation avec le Centre lyrique de Clermont-Ferrand. C'est une opportunité qui peut éclairer les politiques sur l'avenir de l'Opéra de Vichy. »

« Créer une atmosphère de théâtre mêlant naïf et kitsch »

La re-création du Couronnement de Poppée par l'Opéra de Lyon reste fidèle à la mise en scène de Klaus Michaël Grüber et à la scénographie de Gilles Aillaud. « On travaille avec son assistant, Bernard Michel. C'est un décor très sobre dans sa construction, explique Jean-Charles Scottis, adjoint au directeur technique en charge des Ateliers de l'Opéra de Lyon (ADOL). Gilles Aillaud a voulu créer une atmosphère de théâtre mêlant naïf et kitsch. Il y a un mur de fonds de scène sur lequel, on greffe une fresque de 17 mètres de long sur 8 mètres de haut. Le reste du décor se compose d'une grotte, d'un totem de 7 mètres et d'une autre toile avec des cyprès. Deux mois de réalisation sont nécessaires. »

Jean-Noël Bonniaut, peintre décorateur réalise, avec une équipe, les 17 personnages de la fresque inspirée d'une peinture de Pompéi. « On trace un carroyage pour reproduire le dessin à l'échelle, Après le fusain, puis le feutre, on passe une couche de blanc sur le fond. »

« On travaille avec des peintures flexibles »

« Cela nourrit la toile et évite ensuite que la peinture diffuse. Pour les couleurs, on utilise une brosse ou un pistolet. On revient dessus, façon Matisse, pour donner l'impression d'une esquisse. On travaille avec des peintures flexibles. » La grotte, construite en cinq parties, est sculptée dans du polystyrène extrudé. Les équipes de l'Adol travaillent en même temps sur les décors de trois opéras du festival « Mémoires » Le Couronnement de Poppée, Elektra et Tristan et Isolde.

Les décors de l'histoire d'amour de Néron et Poppée seront donc sur la scène de l'Opéra de Vichy en mars prochain.

Billetterie. 19, rue du Parc, à Vichy. Tél.04.70.30.50.30.

Source : www.lamontagne.fr

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com