Vous êtes ici

Financement d'entreprises

Oséo va disparaître pour mieux renaître sous le nom de Banque publique d’investissement.

Coup de frein sur les aides à l’investissement, augmentation de celles liées à l’innovation. C’est ainsi que Christian Quéré, directeur, résume l’activité 2012 d’Oséo. Au-delà de l’aspect économique, Oséo entre en 2013 dans une période de profonde mutation. En 2006, cet organisme a été créé avec le regroupement de l’ANVAR, de la banque des PME et de Sofalis. En 2013, en se rapprochant d’UBIFrance (qui accompagne les entreprises à l’export) et du fonds stratégique d’investissement, Oséo va perdre son nom pour devenir la Banque publique d’investissement (BPI). « On perd notre nom mais pas notre raison d’être qui est d’apporter des aides aux entreprises innovantes ou à celles qui investissent », souligne Christian Quéré.

De fait, l’objectif avoué de la BPI est de soutenir les entreprises en croissance. Placée sous la double tutelle de l’État et de la Caisse des dépôts, la BPI se déclinera dans les régions.

Source : La Montagne

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com