Vous êtes ici

Planète Cavilam : « Je réalise mon rêve d’enfant »

Heejung Kim a parcouru 9.000 kilomètres pour réaliser son rêve de petite fille. De Séoul à Vichy, itinéraire de cette Sud-Coréenne qui a tout mis en œuvre pour devenir pâtissière.
 
Heejung - cavilam vichy

Agir pour ne plus subir. Beaucoup de gens y pensent mais peu le font. Heejung, elle, a décidé de prendre sa vie en main.

« J'ai toujours eu envie de faire des pâtisseries pour partager mes desserts avec mes proches. C'est mon rêve de petite fille », explique-t-elle. Alors, après des études à l'université et dix années dans le monde de la finance, Heejung a décidé de tout plaquer.

Un stage chez Pierre Hermé

« À un moment de ma vie, j'ai réfléchi et j'ai décidé de me reconvertir. Je me suis tournée vers la France car sa gastronomie est mondialement connue et notamment sa pâtisserie ». Un engouement particulièrement perceptible en Corée-du-Sud. « La gastronomie française est très à la mode en Corée. C'est un vrai boom ! », sourit la jeune femme. Après un voyage de plusieurs milliers de kilomètres, Heejung a posé ses valises à l'École nationale supérieure de pâtisserie (ENSP) à Yssingeaux l'an passé. Une année qui lui a permis d'obtenir son CAP de pâtisserie et de faire plusieurs stages à Paris, et notamment chez l'un des plus grands pâtissiers du monde, Pierre Hermé. « C'était une très bonne expérience, j'ai appris plein de choses. D'autant plus que les macarons sont très appréciés en Coreé », précise Heejung. Mais cette acharnée du travail ne compte pas en rester là. « À la rentrée, je vais me spécialiser dans la chocolaterie. Car, pour moi, il faut savoir travailler le chocolat pour être un bon pâtissier ».

Pour l'instant, Heejung perfectionne son français, déjà très correct, au Cavilam-Alliance Française. « Je suis ici jusqu'au mois de septembre pour apprendre le français car la pâtisserie c'est un esprit d'équipe qui passe énormément par la parole ».

« Un véritable art de vivre »

Un apprentissage difficile loin de sa famille et de son pays. Mais, bercée par son rêve de petite fille, Heejung est heureuse ici. « En France la pâtisserie est un véritable art de vivre. Pour moi, la France c'est la pâtisserie. Les Français ? Je ne me permets pas de juger car je ne maîtrise pas assez la langue encore ». Une exigence envers elle-même qu'elle retrouve dans la rigueur essentielle à la pâtisserie.

À terme, Heejung veut créer sa propre boutique en Corée. Qu'importe les sacrifices. Même loin de sa famille, la jeune femme poursuit son rêve français avec passion. Une vraie leçon de vie.

Source : lamontagne.fr

Proposer un sujet ou soumettre vos communiqués de presse :

servicecommunication@vichy-economie.com