Vous êtes ici

DEUX GEANTS DE LA SANTE SE RAPPROCHENT

Elsan et MédiPôle Partenaires, regroupant plus de 120 cliniques privées à eux deux, sont en discussions en vue d’un rapprochement. Ces deux groupes réunissent huit établissements de soins en Auvergne.

deux géants de la santé se rapprochent

La tendance est au regroupement dans le secteur de l’hospitalisation privée en France. Ainsi, depuis la fin de l’année 2016, des discussions sont, engagées en vue d’un rapprochement entre deux groupes de santé privée – Elsan et MédiPôle Partenaires – tous deux actionnaires de plusieurs établissements de l'ex-région Auvergne.
Dans le Puy-de-Dôme, l’hôpital privé la Châtaigneraie, à Beaumont, les cliniques des Chandiots et de la Plaine font partie du groupe Elsan et le Pôle santé république du groupe MédiPôle Partenaires.

Que signifie ce rapprochement ? la question brûle toutes les lèvres mais la mise en oeuvre du rapprochement étant soumis à un processus de consultation des instances représentatives des personnels concernées et de l’accord des autorités de concurrence (*), très peu d’information transparaît.

MédiPôle Partenaires par Elsan, le numéro deux de la santé privé en France, paraît assez probable. Quelles sont les forces en présence ? Le groupe Elsan est né en 2015 de la fusion de Vitalia – auquel appartenait la clinique de Beaumont – et de Vedici.
Dans la région, le groupe est donc désormais actionnaire de sept établissements. Soit les cliniques la pergola à Vichy, Saint-Antoine à Montluçon et Saint-François à Desertines, le CMC de Tronquières à Aurillac, l’hôpital privé la Châtaigneraie à Beaumont, les cliniques de la Plaine et des Chandiots à Clermont-Ferrand ainsi que plusieurs cliniques en Limousin.
Aujourd’hui, Elsan représente un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros et compte 80 établissements et 4.000 praticiens dans l'hexagone. C'est le deuxième groupe de santé privée, le premier étant le groupe Ramsay-Générale de santé, actionnaire de la clinique de l’Auzon, à la Roche-Blanche (63) avec un total de 124 établissements et de 6.000 médecins, pour un chiffre d’affaires de 2,3 milliards d’euros. Enfin, le groupe MédiPôle partenaires – né de la fusion, en 2014, de MédiPôle Sud Santé et Médipartenaires – représente quant à lui 35 établissements de médecine, chirurgie, obstétrique, 10 établissements de SSR, 7 centres de dialyse… soit 2.500 praticiens pour un chiffre d’affaires de 865 millions d’euros.

Au sein des établissements puydômois, la nouvelle de ce rapprochement n’a pas vraiment surpris, compte tenu de la tendance actuelle à la concentration des cliniques privées. Les syndicats des établissements concernés, notamment la CGT, sont dans l’attente de voir l’articulation du projet et admettent que le peu d’information qui a circulé génère quelques inquiétudes.

« Quel est le fond ? », interroge ce praticien. « Des raisons financières, économiques ? Quid des spécialités communes ? », s’inquiète-t-il.
Pour cet autre spécialiste, il n’y a pas de craintes à avoir car les établissements de l’agglomération clermontoise ont des orientations différentes. De surcroît « des mutualisations existent déjà et un rapprochement permettra de les améliorer encore ». Cet autre médecin y voit même une consolidation des pôles d’excellence et l’opportunité d’innovations thérapeutiques et technologiques renforcée.
Réponses d’ici à la fin du premier semestre 2017.

Source : la Montagne (11/03/2017)