Vous êtes ici

L’enseignement supérieur et la recherche auvergnate sur la voie de l’excellence

« C’est une excellente nouvelle pour le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. Une étape décisive pour l’Université Clermont Auvergne et associés », s’enthousiasme Philippe Dulbecco (cf photo), actuel président de l’Université d’Auvergne (Uda), mais également président du conseil d’administration des établissements associés de l’Université Clermont Auvergne et associés.

Cette nouvelle entité dans le paysage auvergnat a passé avec succès vendredi, à Paris, devant un jury international, les présélections de l’appel à projet national I-Site (Initiatives science-innovation-territoires-économie).

Engagée dans le cadre du second programme d’Investissements d’avenir, cette convention État-ANR (Agence nationale de la recherche) vise à favoriser l’émergence de nouveaux pôles pluridisciplinaires d’excellence d’enseignement supérieur et de recherche. Avec la volonté de doter le pays d’une dizaine de grandes universités de recherche, comparables aux meilleures universités du monde.

C’est aussi des financements. Avec un capital de près d’un milliard d’euros, dont les groupements d’établissements lauréats bénéficieront des intérêts, cet appel à projet ne laisse personne indifférent à l’heure des tensions budgétaires et des universités en difficulté financière. Pour l’université Clermont Auvergne et associés, les intérêts des 320 millions d’euros placés sur dix ans pourraient représenter huit à dix millions d’euros par an. Une somme que la Région Auvergne s’est engagée à doubler.

« Ce n’est pas encore gagné, précise Philippe Dulbecco, la décision finale ne sera connue en fin d’année. Mais cette première étape était déterminante. Sur treize dossiers, seulement trois ont été retenus : Paris Est, Bourgogne-Franche-Comté et l’université Clermont Auvergne et associés ».

Et si le dossier clermontois a été retenu, c’est grâce sa capacité à développer des partenariats efficaces avec le monde économique et scientifique. Pour défendre le dossier auvergnat, le président Région, René Souchon, mais également le directeur du laboratoire Magmas et Volcans, Pierre Schiano, et des représentants de chez Michelin et Limagrain avait fait le déplacement à Paris.

« C’est la preuve que lorsque nous travaillons collectivement, nous pouvons rivaliser avec les meilleurs. C’est tout un territoire qui s’est mobilisé pour tenter de décrocher ce label d’excellence », poursuit Philippe Dulbecco qui veut parler des partenaires avec Michelin, Limagrain, le CHU de Clermont, Jean-Perrin mais également des clusters et pôles de compétitivité auvergnats.

Un label qui permettrait au monde de l’enseignement supérieur et la recherche auvergnate de prendre une dimension internationale et d’attirer les chercheurs de haut rang.

Université Clermont Auvergne et associés

Le décret de création de l’Université Clermont Auvergne et associés est en cours de publication. Cette nouvelle entité est composée de l’université d’Auvergne, de l’université Blaise-Pascal, de l’École nationale supérieure de chimie de Clermont Ferrand, de l’Institut français de mécanique avancée (Ifma), de l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand, de l’Institut d’enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale sciences agronomiques et de l’environnement (VetAgro), et du Crous. Sont en passe de formaliser leur entrée : le CNRS, l’Inserm, l’Inra et l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environemment et l’agriculture (IRSTEA).

 

Source : lamontagne.fr