Vous êtes ici

IMMOBILIER : LE MARCHE SEMBLE REPARTIR EN ALLIER

Après une forte baisse consécutive à la crise économique de 2008, les prix de l’immobilier semblent se stabiliser dans l’Allier.

construction maison allier
 
Comme au niveau national, le nombre de transactions y est en augmentation cette année, malgré des situations contrastées selon les zones géographiques.

«On constate un redémarrage des ventes et les prix ne baissent plus. Nous avons touché le point bas, maintenant on va se stabiliser. » Pour maître Jean Meyzen, président de la Chambre départementale des notaires, après des années de crise, le marché de l'immobilier tend à s'améliorer dans l'Allier.

« L'année 2017 est partie très fort pour une année d'élection présidentielle, poursuit maître Meyzen. D'habitude, les gens attendent de voir les premières mesures ». Si les transactions immobilières ont ralenti depuis août, la chambre des notaires prévoit une augmentation du nombre de ventes par rapport à 2016. « La conjoncture est encore favorable, les taux bas soutiennent le marché, mais les gens ont pris conscience que ces taux pouvaient remonter », analyse le notaire.

Accordé sous conditions de ressources pour un maximum de 40 % de l'emprunt, le prêt à taux zéro, ainsi que les taux de crédits, souvent compris entre 1 à 2 %, tirent marché vers le haut. « Les clients qui ont accès à un prêt à taux zéro représentent 60 à 80 % de nos transactions », confirme Benoît Pierre, le directeur de l'agence Century 21 de Moulins. La remise en cause de cette mesure fiscale en 2018 pourrait porter un coup à la fragile reprise du marché immobilier de l'Allier.

Des prix bas dans l'Allier

Côté prix, si les situations sont très différentes selon les zones du département, ils restent globalement bas, notamment par rapport aux autres départements de l'ancienne région Auvergne. La raison tiendrait, selon le notaire, à un manque d'investissement historique dans l'immobilier, surtout dans les zones rurales.

Dans ces zones, des prix proches des 700 €\m ² sont couramment constatés. Une situation qui peut toutefois profiter à certains ménages selon maître Meyzen. « Pour des primo-accédants qui seraient un peu bricoleurs, on peut arriver à avoir un logement à un prix très raisonnable ». En zone rurale, le taux de logements vacants est élevé dans les centres bourgs.

Des trois sous-préfectures du département, c'est sans conteste Vichy qui s'en tire le mieux avec des prix médians entre 1.000 et 1.200 €\m ² selon les quartiers. « On observe un maintien, voire une hausse des prix, sur les biens de qualité », indique Jean Meyzen. Le notaire note aussi la présence d'un marché de « biens exceptionnels », autour du plan d'eau, « qui attire des acheteurs de l'extérieur ».

«Le marché de l'immobilier reprend des couleurs, affirme Élisabeth Cusset. Au service de l'instruction des permis, les agents sont débordés. » La vice-présidente de Vichy communauté, en charge de l'aménagement de l'espace et de l'habitat, s'appuie sur des chiffres plutôt très bons, notamment en ce qui concerne le marché de la construction neuve. Sur les 23 communes qui composent l'agglomération de Vichy, 316 maisons ou logements ont été construits en 2016, contre 210 en 2015.

« La conjoncture reste favorable »

À Moulins, la situation est mitigée, avec une baisse des transactions. Les prix médians se situent autour de 900 €\m ² pour les appartements et environ 1.100 €\m ² pour les maisons. C'est à Montluçon que les prix ont plus de mal à repartir. « On voit des ventes à 500 ou 600 €\m ² dans certains quartiers ».

Dans les zones proches des agglomérations, la construction a le vent en poupe. Pour la constructeur de maisons individuelles, Tradiéco, qui opère dans le Puy-de-Dôme et l'Allier, l'augmentation de l'activité atteint 38 % par rapport à 2016.

Ces nouvelles maisons voient le jour principalement dans un rayon de 15 minutes en voiture autour d'une agglomération.

Source : www.lamontagne.fr