Vous êtes ici

Première pierre aux Docks de Blois

15 000 000 d’euros sont investis par le groupe CDR sur le vaste chantier des Docks de Blois.

docks de blois vichy

Photo Ville de Vichy

100% des entreprises réalisant les travaux sont régionales, dont 70% de l’agglomération vichyssoise.

Prochainement :
-Nouvel Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie
-Résidence intergénérationnelle de 81 logements
-Places de parking et jardin
-Surface alimentaire

15 millions d’euros d’investissement, au total, pour CDR, promoteur d’un projet qui verra cohabiter cette école avec une résidence intergénérationnelle et un centre commercial.
Une pierre comme le symbole de la rénovation d’un quartier entier de la ville. « Avec 100 % des entreprises travaillant ici issues de la région, et 70 % de la région vichyssoise, s’est félicité Olivier Réolon, l’un des trois associés de CDR. La livraison opérationnelle est prévue pour septembre 2018. Les délais sont tenus à ce jour. »
La première prise de parole d’une longue succession de discours, sous le signe d’une « émotion » et d’une « fierté » unanimement partagées. Ému, Christian Corne d’abord, président du conseil d’administration de l’IFMK « depuis 25 ans », de voir aboutir le projet, malgré les « problèmes de choix du lieu, de financement, et politiques ». Heureux également que la Région abonde, via une subvention exceptionnelle et inattendue, à hauteur de 500.000 €, pour le financement de  l’école.

Fier également, Fabrice Bridon, directeur de l’IFMK, de « former une génération de kinés qui nous soignent déjà et qui demain nous soigneront particulièrement ».

Les trois « obsessions »  de Claude Malhuret

Claude Malhuret sénateur-maire LR de Vichy, a tenu, à son tour, à partager trois « obsessions ». La première : « que les villes moyennes qui n’arrivent pas à développer de formations supérieures ne peuvent pas garder leurs jeunes ». D’où sa volonté de ne pas faire l’erreur dans la cité thermale.
La deuxième : « supprimer les friches » qui abîmaient le visage vichyssois dans les années 90. « Les Docks de Blois étaient la dernière “verrue” de la ville, si je puis dire. »

Et la troisième, enfin : « Depuis 25 ans, de rénover tous les quartiers de la ville. On est en passe d’y parvenir. » Et l’édile d’annoncer qu’une partie du site avait été « réservée » pour accueillir, à terme, « un projet d’institut de formation aux métiers de réadaptation ».
Enfin, Gérard Deriot, président du conseil départemental, voit dans ce nouvel IFMK « le signe que tout le monde a bien travaillé », après s’être donné l’ambition, grâce à « l’ancienne » école, « d’attirer les jeunes et de leur donner les moyens de rester ».

Source : http://www.lamontagne.fr