Vous êtes ici

RETOUR EN IMAGES SUR L'IRONMAN VICHY 2016

Après les épreuves du half, du kids et du girl hier samedi, l'Ironman Vichy s'est poursuivie ce dimanche 28 août, avec l'épreuve reine de triathlon, l'Ironman, regroupant la nage (3,8 km), le cyclisme (180,2 km), la course à pied (42,195 km) .

ironman vichy 2016

Catherine FAUX, vainqueur de l'IRONMAN Vichy en 9h13'40

Après Richard Ebbage au half, deux autres Anglais ont inscrit leur nom sur les tablettes de l'Ironman Vichy : Harry Wiltshire chez les hommes et Catherine Faux chez les femmes. Chacun battant le record de l'épreuve.

Dans le groupe de tête en natation, doublé par le vétéran (49 ans) Andreas Niedrig en vélo, l'Anglais, après avoir repris l'Allemand dans le premier des quatre tours de la course à pied, a dû mater la résistance de l'Italien Ivan Risti (finalement troisième) pour s'adjuger la victoire en 8h17'14", devant Tim Brydenbach (Belgique).
 
Chez les femmes, un autre duel a opposé Céline Schaerer à Catherine Faux. La première à été la plus rapide à la natation. Mais la seconde a fait son retard en vélo. L'explication finale a donc eu lieu dans la course à pied. Et c'est l'Anglaise, Catherine Faux, qui a eu logiquement le dernier mot en 9h13'40". Nouveau record.
Et pendant que les lauréats faisaient sauter les bouchons de champagne sur les podiums, certains triathlètes amateurs n'en étaient qu'aux premiers kilomètres du marathon. Avec encore, devant eux, plusieurs heures de souffrance...
 
ironman vichy 2016
 
Les bords d'Allier noirs de monde

Grâce à la folle énergie des trois animateurs, tout le monde se lève pour applaudir ou faire un maximum de bruit à l'arrivée de chaque « finisher ». Car c'est le terme usité afin de qualifier les personnes ayant bouclé l'intégralité des trois disciplines. Et dès que l'ambiance retombe, une distribution de cadeaux ou la musique crachée par les enceintes contribuent à remettre le feu aux poudres.

Car, si enthousiastes soient ils, bon nombre de spectateurs sont là depuis le petit matin. Dès 6 h 30, les bords de l'Allier étaient noirs de monde. Une foule conséquente s'était donné rendez-vous pour assister au départ de l'Ironman. Pour le public aussi, cette journée est un marathon. Même si le vainqueur a bouclé l'épreuve en 9 heures et 17 minutes, c'est un long moment d'attente qui a rythmé la journée de milliers de personnes.

Dans le stade, en bord de l'eau ou de la route : des amateurs de sport, des curieux mais aussi des amis des athlètes ou des membres de leur famille. Pour eux, les minutes paraissent interminables. En espérant que leurs proches tiennent physiquement face à cette compétition qui mène très souvent le corps au-delà de ses limites.

L’Ironman est une épreuve pour amateurs de l’effort longue distance. Dans sa version 70.3, organisée ce samedi 27 août, les épreuves sont réduites de moitié. Mais, pour boucler le parcours, un entraînement et une volonté de fer sont de rigueur.

Dès le lever du jour, il faut être prêt à se jeter dans l’eau pour nager. Et, après 1,9 km de natation, chaque athlète monte sur son vélo pour affronter 90 kilomètres de bitume… avec un mercure qui ne cesse de monter. Ces forçats de la route ne s’arrêtent pas là. S’en suivent, 21 kilomètres de course à pied.
 
Pour les premiers à franchir la ligne, il est 11 heures et l’atmosphère est encore supportable. Pour d’autres, plusieurs heures après les vainqueurs, ce sont de longs, très longs moments de galère.
 
Mais, à l’arrivée, une tribune en fusion est là pour acclamer des amis, un père, une épouse ou même de simples inconnus. Des applaudissements, des cris pleuvent pour témoigner un immense respect à ces quelques 2.000 athlètes qui viennent de se surpasser en réalisant une performance magistrale.
 
Source et plus de photos : lamontagne.fr