Vous êtes ici

Allier Collecte déchets de soins

Les carnets économiques du territoire

Installée dans la ZAC des Ancises à Creuzier-le-Neuf, Allier Collecte déchets de soins est une société spécialisée dans la collecte de déchets de soins auprès des laboratoires, médecins, dentistes, vétérinaires, infirmières, maisons de retraite et pharmacies.

Allier Collecte déchets de soins , c’est l’histoire de deux amis d’enfance, qui ont décidé, en octobre 2009, de s’associer pour créer une société de service à destination des professionnels de la santé. « L’idée est venue de Patrick. Ça faisait des années qu’il me disait que dans ce secteur, il y a à faire. Il a travaillé dans ce métier pendant 15 ans pour une société basée à Saint-Pierre-des-Corps et qui avait un dépôt à Varennes-sur-Allier. Il en était responsable et s’occupait de tout le secteur centre de la France. Un jour, ses employeurs ont souhaité voir d’autres horizons et ont vendu la société. Elle a été rachetée par un grand groupe qui « naturellement » a délocalisé et fermé des sites dont celui de Varennes pour le centraliser à Clermont-Ferrand. »

Qu’à cela ne tienne, les deux amis ont uni leur volonté et ont développé leur propre activité, à Creuzier-le-Neuf, dans les locaux de la pépinière d’entreprises gérée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Moulins-Vichy. « Nous sommes bien ici. La pépinière est un bon tremplin pour démarrer une activité. Les coûts sont abordables. Nous louons un bureau et un entrepôt pour stocker les emballages.  Géographiquement, nous sommes bien situés, à proximité des axes routiers. »

Le principe de leur société est basé sur la collecte de déchets de soins classés DASRI (Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux). « Nous proposons aux petits producteurs une prestation de services de A à Z. Nous leur fournissons les emballages et définissons avec eux les contenances dont ils ont besoin – la capacité va de la petite boite d’1 litre au fût de 60 litres – ainsi que la périodicité des passages et les bordereaux cerfa de suivi. Pour les infirmières par exemple, ça peut être tous les trois mois, et tous les mois pour les médecins, les dentistes… Le stockage maximum des déchets jusqu'à 5 kg est de trois mois. »

La société travaille également pour une centrale d’achats regroupant plusieurs laboratoires : SOMABIO à Troyes. « Nous travaillons avec eux depuis juin 2010. Comme ils sont implantés partout en France, ils aimeraient bien que l’on aille sur plusieurs secteurs, d’où notre adhésion à un regroupement de collecteurs nommé « DASRI and CO » , pour pouvoir répondre au niveau national.»

Une activité méconnue et pourtant écologiquement nécessaire

« Beaucoup ne connaissent pas notre activité. Pendant plusieurs années, ce type de déchets passait directement dans les poubelles municipales. » La collecte est très réglementée depuis 1999. Un texte officiel précise que « tout producteur de déchets est tenu de les éliminer et surtout d’en avoir la traçabilité ». 

Le classement se fait en deux catégories : piquant, coupant, tranchant (scalpel, aiguilles,…), et déchets mous (tubulures, poches de sang, pansements...).

« Suivant le type de déchets, le conditionnement est un fût pvc de façon à ce que ça ne transperce pas ou un carton avec sac plastique intégré pour garantir l’étanchéité. » Une fois les emballages fermés, ils sont considérés comme inviolables grâce à un système de sécurité. Ils sont ensuite envoyés dans un incinérateur. « Tout est incinéré, l’emballage aussi. Nous travaillons avec deux incinérateurs : Bayet 03 et Gien 45 en raison de notre secteur de collecte qui se situe essentiellement sur le centre de la France. La réglementation nous oblige à en avoir deux parce que si un tombe en panne ou est en maintenance, il faut que l’on puisse évacuer les déchets. » Tous les incinérateurs ne sont pas agréés pour les déchets DASRI, seulement quelques-uns le sont (Bayet, Nantes, Bordeaux, Gien, région parisienne…).

Se regrouper pour être plus forts

De nouveaux marchés se profilent à l’horizon sur lesquels ils souhaitent se positionner. « Aujourd’hui, en France, le problème a été pointé sur la collecte des déchets des particuliers en automédication. Les pharmacies leur fournissent des boîtes pour les piqûres par exemple mais qu’en font-ils ? S’ils n’ont pas la possibilité de les remettre à une déchetterie qui accepte de les prendre, ces boîtes finissent dans les ordures ménagères. » Au mois de mars dernier, un décret est passé pour organiser le dépôt des boîtes et leur évacuation par des collecteurs. « Nous sommes plusieurs petites structures en France à s’être regroupée (DASRI and CO) pour collecter au niveau national et pouvoir répondre à ce nouveau marché. »

 

Allier Collecte Déchets de soins

ZAC Les Ancises (Pépinière d’entreprises)

03300 Creuzier-Le-Neuf

04 70 32 41 79

collecte-medicale03@orange.fr

Accéder à la fiche entreprise