Vous êtes ici

Bartois

Les carnets économiques du territoire

Une entreprise qui planche pour sa croissance

Investissements permanents, formation, obtention de certifications : la SARL Bartois mène sa barque sagement dans le monde mouvementé des fabricants de fenêtres, escaliers, cuisines et salles de bains. Pilotée par les deux fils de son fondateur et menuisier Raymond Bartois, la PME de Saint-Germain-des-Fossés grandit sans bruit, soigne ses racines en regardant vers le ciel.


En 2007, Alain et Didier Bartois investissaient 150.000 € dans l'achat d'un centre d'usinage. Un pari audacieux pour une société comptant une poignée de salariés. Un pari réussi : « Nous avons multiplié notre production de portes et fenêtres par deux », explique Didier Bartois, co-gérant chargé de la fabrication des portes, fenêtres et escaliers tandis que son frère dirige le versant cuisines, salles de bains et agencement d'intérieur de la SARL créée par leur père Raymond en 1990.


Expansion maîtrisée


Investir pour grandir et ne pas périr, tel est le credo des deux frères, qui ont pris la suite de leur père en 2005 dans la zone artisanale du Coquet, à Saint-Germain-des-Fossés. Les locaux de 850 m2 ont suivi l'expansion maîtrisée de l'activité, qui emploie aujourd'hui huit salariés et deux apprentis : « Nous avons en projet une extension de 90 m2 », précise Didier Bartois. « Tous les ans, nous avons des investissements. En 2010, nous avons acheté une déligneuse, et dans les deux à trois ans à venir, nous investirons dans une scie à plat. »


Des évolutions qui favorisent la productivité (sans perdre de vue la qualité artisanale cultivée par l'entreprise) mais aussi la sécurité : fini le temps où un menuisier était pratiquement certain d'arriver en retraite amputé de quelques doigts. « Et tout notre personnel est formé à l'utilisation des nouvelles machines », souligne le co-gérant, qui mène avec son frère la SARL dans un univers rude et concurrentiel : « Le prix des fenêtres ne bouge plus . »


Norme et classement


Le crédit d'impôt encourageant l'acquisition de portes et fenêtres mieux isolées a fait la pluie et le beau temps. Après avoir fait décoller leur fabrication (environ 65% du chiffre d'affaires de Bartois) et conforté une croissance de 10-15% annuels depuis 2007, le voilà réduit au régime sec par l'État : « Résultat, cela fait baisser notre activité. L'exercice en cours devrait être stable. Avec la crise et la baisse du pouvoir d'achat, le montant des chantiers baisse . »

Pour se distinguer de la concurrence, la société a fait passer à ses fenêtres les fourches Caudines de la norme CE et du classement AEV*( A pour perméabilité à l'air, E pour étanchéité à l'eau, V pour résistance au vent.).

« La norme CE va nous permettre de vendre nos produits aux professionnels , explique Didier Bartois.

Quant au classement AEV, très peu de petites entreprises le demandent. C'est un peu comme un contrôle technique : nous voulions savoir où en était notre niveau de production. Les normes évoluent sans cesse, c'est compliqué de les suivre . »


Bartois.sarl@akeonet.com