Vous êtes ici

Chromascreen

Les carnets économiques du territoire

Spécialiste mondialement connu de la chimie appliquée aux encres d'imprimerie

Chromascreen, l'histoire d'un ancrage territorial

Chromascreen est l'histoire atypique d'un homme et d'un territoire. William Tegues, le Britannique qui va bientôt souffler sa 70ème bougie, est dans le bassin de Vichy depuis douze ans déjà. Il a quitté son pays dans les années 1970, abandonné Pontoise et la région parisienne où ses affaires marchaient du feu de Dieu pour venir, en 1998, installer ses machines à Saint-Germain-des-Fossés. « Jamais je ne quitterai ce territoire qui m'a si bien accueilli! », confie-t-il.

Le coup de foudre

C'était un dimanche de juin 1996 quand William Tegues et sa femme, Catherine (sa collaboratrice à l'époque), prirent place à la terrasse d'un café à Vichy. Après avoir arpenté les rues principales de la ville et observé la tranquillité imperturbable qui régnait sur les Vichyssois, le chef d'entreprise commença déjà à prendre note.

Le couple fait ensuite quelques magasins pour remarquer l'énorme différence des prix avec ceux pratiqués par les commerçants franciliens et parisiens. Alors que le responsable de Chromascreen songeait déjà, à l'époque, à quitter Pontoise « pour le coût trop élevé du loyer de ses trois ateliers, leur exiguïté de plus en plus contraignante et la difficulté d'y accéder pour les fournisseurs », il vit en vichy une prospère terre d'accueil.

L'ingénieur chimiste, fabricant de gros tonnages d'encre d'imprimerie, décide alors de venir s'installer dans le bassin économique de vichy, sans vraiment se poser des questions. « Je ne me suis pas vraiment interrogé sur les éventuelles difficultés à venir. J'étais très positif et je me suis fié à mon instinct. J'ai aimé ce territoire au premier contact et j'ai décidé d'y implanter mon entreprise. La région parisienne ne m'intéressait plus »

Vichy Val d'Allier Développement, « une agence économique fiable »

« Bruno Pinard-Legry, de l'agence de développement économique, a été mon premier contact. Avec lui, j'ai étudié toutes les possibilités et, grâce à lui, mon déménagement s'est très bien passé. Il m'a présenté le maire de Saint-Germain-des-Fossés et, deux ans plus tard, Chromascreen fut établie à la zone industrielle du Coquet. Je dois reconnaître que l'agence de développement économique a su me présenter le territoire et me convaincre de tout l'intérêt qu'il représente. Effectivement, comparée à ma première implantation à Pontoise, où je ne disposais même pas d'un quai ni de suffisamment d'espace, la Z.I. du Coquet offre l'espace et l'accessibilité, en plus de la qualité environnementale des lieux.

Ce sont finalement les points forts de l'entreprise ». Pendant presque deux ans, avant de s'installer définitivement à Saint-Germain-des-Fossés, William Tegues continue à fabriquer ses produits en région parisienne. Très difficilement, puisqu'il était en concurrence à l'époque avec deux gros fabricants à la renommée internationale. Mais il ne s'est pas inquiété outre mesure ; il avait déjà son idée pour un nouveau départ.

Nouveau territoire, nouvelle stratégie

Dès son arrivée dans la zone industrielle du Coquet, le chef d'entreprise décide de changer de stratégie économique. Le territoire lui donne mille possibilités, mille idées d'adaptation.

Alors qu'il peinait à Pontoise à évacuer les déchets de l'entreprise à cause de l'étroitesse des lieux, à avoir suffisamment d'électricité pour faire venir des machines très productives et passer ainsi à des tonnages beaucoup plus importants, William Tegues va enfin remédier à ses frustrations à Saint-Germain-des-Fossés.

Il laisse tomber l'encre d'imprimerie et les encres informatiques matricielles pour se consacrer à la fabrication d'additifs type offset. « Cette migration vers les additifs ne m'aurait jamais été possible à Pontoise. J'étais coincé entre les ateliers exigus et les petits passages, je n'avais pas suffisamment de puissance électrique pour ce type de production et les fournisseurs n'auraient jamais pu me livrer. Dans le bassin de Vichy, non seulement j'ai considérablement diminué mes charges, j'ai tout de suite compris que le terrain était propice au changement. Je me suis facilement adapté et tout marche comme sur des roulettes douze ans plus tard encore », se félicite à juste titre William Tegues.

Lorsqu'il a jeté « l'encre » à Saint-Germain-des-Fossés, le Britannique ne savait pas qu'il était éperdument tombé amoureux de l'Allier. Après avoir acheté deux maisons et fondé sa famille, réussi ses affaires en plus de son attachement à la population et au paysage, il s'identifie aujourd'hui mieux que quiconque à son territoire, à son Allier.

William Tegues est clairement une victoire économique pour le bassin de Vichy. Même si cette petite entreprise reste discrète et pas suffisamment connue du grand public, elle travaille avec le monde entier et défend brillamment l'image de son territoire.

 

3 Questions à William Tegues, fondateur de Chromascreen
 

Pour quelles raisons avez-vous choisi le bassin de Vichy ?

Je pense que cela a dépendu de deux éléments très décisifs. Premièrement, j'ai aimé ce territoire dès que je l'ai découvert. J'ai vu qu'il était tout à fait différent de la région parisienne, qu'il y avait mille et une possibilités de mener mes affaires à bien.

L'environnement et le paysage, la disponibilité des locaux et le montant des charges et des loyers, et, enfin, la disponibilité des gens, m'ont clairement décidé à venir m'installer à Saint-Germain-des-Fossés.

Deuxièmement, c'était aussi le résultat d'une belle rencontre. Je dois dire que M. Bruno Pinard-Legry m'a tout de suite rassuré et motivé dans mes choix. L'agence de développement économique m'a accompagné dans toutes mes démarches, conseillé et introduit dans le tissu économique par le biais de ses réseaux. Mais Vichy Val d’Allier Développement m'a surtout ouvert son carnet d'adresse et cela m'a été d'une très grande aide. Il ne me restait donc plus qu'à bosser…

Quels sont précisément les points forts de ce territoire ?

Pour un chef d'entreprise, je n'apprends rien à personne, le temps c'est de l'argent. Il faut noter, à ce titre, que je mettais une heure et demie à deux heures par forts bouchons pour aller de chez moi jusqu'à mon entreprise à Pontoise (une distance de 25 km !).

Ici, en revanche, je mets un peu moins de quinze minutes. Mais en plus du temps gagné, on gagne aussi, dans le bassin de Vichy, en tranquillité et en facilité d'organisation. J'ai mon grand quai pour la marchandise et un parking, mon entreprise est très bien située et est accessible…pour beaucoup moins de charges tout de même !

Concernant la communication, elle est beaucoup plus facile ici, et le réseau très solide. Quant aux fournisseurs, ils nous livrent très vite, sans retard contrairement à ce que j'ai connu en région parisienne.

Enfin, en dehors du travail, la qualité de vie est mille fois mieux ici. On n'est pas stressé ni pressé à courir partout, on profite des grands espaces non pollués et du paysage magnifique. On se promène surtout avec un grand plaisir en ville et au bord de l'Allier.

Votre bilan après douze ans ?

Après plusieurs expériences et cinq décennies (j'ai commencé comme chimiste spécialiste des encres de l'imprimerie en 1959) à verser de l'encre, à fabriquer des additifs et à pousser les techniques de l'imprimerie, je peux dire que le bassin de Vichy est un terrain fertile à la création des entreprises.

Il faut toutefois avoir le bon projet et connaître les bonnes personnes. Mais, me concernant, je suis à la zone industrielle du Coquet depuis douze ans et pour tout l'or du monde je n'irai pas ailleurs.

Mon entreprise familiale marche très bien et le travail est un grand plaisir de tous les jours. Même si je pense aujourd'hui à ma retraite, je sais que j'ai encore beaucoup d'exploits à réaliser sur ce territoire !

 

Mail : chromascreen@orange.fr

 

Note : partie en retraite en février 2012, M. tegues a été remplacé par M. Jolivet